Journal de bord : Les France de cross, c’était il y a un siècle, avant l’ouragan

Article écrit par Quentin Guillon

La France, confinée, vit au ralenti. Comment continuer à s’entraîner ? Dans quel but, alors que la saison estivale, se profile, peut-être blanche ? Quel sens donner à tout cela ? Journal de bord d’un confinement, #1.

La saison de cross paraît déjà très lointaine (crédit : Eric Guillon)
La saison de cross paraît déjà très lointaine (crédit : Eric Guillon)

C’était il y a dix jours. C’était il y a dix ans. J’écrivais Faire le deuil des championnats de France de Cross annulés qu’il fallait faire le deuil des championnats de France de cross, prévus le dimanche 8 mars et annulés pour éviter la propagation coronavirus. Aujourd’hui, certains font le deuil de leurs proches, morts à cause du coronavirus. Et ne pensons pas à demain… 

J’étais le premier vent debout contre cette annulation. A posteriori, c’était pourtant la bonne décision, à l’aune du drame actuel qui se joue, pour éviter la création d’un nouveau foyer d’infection (« cluster »). Mais ce qui avait marqué, rappelez-vous, c’était moins la décision d’annuler que son incohérence par rapport au maintien d’autres évènements sportifs. 

C’était il y a dix jours. C’était il y a dix ans. Aujourd’hui, on se désole de notre égoïsme. Ça change quoi, de finir 30e ou 70e aux France ? Ça change quoi, de courir en 1h06’35’’ ou 1h08’45’’ sur semi-marathon, à Paris ? Ça ne change rien, mais ça change tout. 

Ce confinement va, peut-être, nous offrir de précieux instants pour réfléchir sur notre condition d’être humain. Déterminer l’essentiel de l’accessoire. Mais ce qui paraît accessoire est peut-être essentiel. Lire, peindre, cuisiner, écrire, s’enquérir de la santé de ses proches, passer une matinée à admirer le jardin à travers la fenêtre, se réveiller au chant des oiseaux et s’y laisser bercer des heures durant, plutôt que de sursauter au son du réveil, s’empresser de préparer les enfants, d’avaler un café tiède et un bout de pain au débotté avant de fuir la maison, robotique, dans un quotidien qui file à 100 à l’heure, jour après jour.

 

L’impression que le temps a muté. Il y a une semaine, deux clics sur Skyscanner vous ouvraient les portes du monde. Aujourd’hui, un bout de papier et quelques cases à cocher font office d’éphémères passeports quotidiens pour sentir la légère brise qui vous fouette le visage…sur le palier de votre porte.  

J’ai oublié de dire que j’écris depuis l’Angleterre, où je me trouve depuis lundi 9 mars, chez ma copine, au lendemain des France annulés. Nous nous sommes auto confinés, car si la France a pris des jours de retard par rapport à l’Italie, que dire du Royaume-Uni …

 

 

L’ouragan se prépare et la mer est plate, ici 

 

Dans un premier temps, le premier ministre Boris Johnson n’a pris aucune mesure, tout juste conseillé aux personnes de plus de 70 ans de rester chez elle pendant quatre mois…

L’objectif, à rebours des confinements réalisés en Italie, en Espagne, et maintenant en France ? La stratégie de l’immunité de groupe : quand 60% de la population aura contracté le virus, les gens seront immunisés. « Sachant que le pays compte un peu plus de 66 millions d’habitants, il s’agirait que 40 millions de Britanniques soient infectés par le virus. Si la plupart d’entre eux ne développeront qu’une forme légère de la maladie, quelques millions (6, 7, 8 millions ?) risquent quand même de tomber gravement malades » écrit Le Monde https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/14/immunite-collective-la-strategie-risquee-du-royaume-uni-pour-lutter-contre-le-coronavirus_6033097_3210.html

 

Résultat ? Une stratégie incertaine (le virus peut muter) et criminelle qui entraînerait 510 000 morts, selon une étude de l’Imperial College de Londres, citée par Le Monde (en raison de la saturation des hôpitaux et des morts « illégitimes », ceux qui sont actuellement hospitalisés pour d’autres maladies mais qui ne pourraient alors plus être soignés). Boris Johnson a fini par prendre un virage, lundi 16 mars, annonçant quelques mesures, non obligatoires toutefois. Mardi 17 mars, la vie semblait pourtant suivre son cour normal.

 

Pour ma part, la mutation, violente, s’est opérée samedi 14 mars, après avoir visionné cette émission https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/coronavirus-on-doit-se-preparer-a-louragan. Elle est gratuite, prenez VRAIMENT le temps de la regarder, et  questionne avec acuité le rôle de médias et des gouvernements – j’y reviendrais.

 

 

Ici, je suis un migrant

 

Un ouragan se prépare, dit François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière et membre du collectif Inter-Hôpitaux, et connu depuis son interpellation d’Emmanuel Macron. L’œil du cyclone tournoie au-dessus de l’Italie, et les vents violents ont depuis convergé vers la France ou l’Espagne.

Ici en Angleterre, la mer est plate, mais l’écume bouillonne dans mon cerveau. Instinctivement, on pense à soi. Et si j’avais contracté le virus ? Instinctivement, on pense à ses proches, à ses amis, dont certains travaillent dans les hôpitaux et sont en première ligne. Et si cela se passait mal pour l’un d’entre eux, Whatsapp ferait-il office de sépulture ? 

 

Je me demande si je pourrais être soigné dans un hôpital anglais en cas de problème – je me félicite d’avoir demandé la carte d’Assurance maladie européenne en janvier –moi qui suit un impénitent procrastinateur pour ces choses administratives. Enfin bon, avec Boris Johnson, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver. 

Je me sens, à cet instant précis, dans la peau d’un migrant. L’indifférence polie que l’on porte aux catastrophes du Monde, aux déplacements de population, aux migrants qui meurent dans la Méditerranée pour survivre à la guerre m’heurte, ici, de plein fouet : on est tous l’immigré de quelqu’un. 

On s’est bien foutus de la gueule des Chinois, qui avait, croyait-on, lancé un concours du déguisement les plus loufoques dans les transports en commun pour se protéger du coronavirus. On a fait comme si rien ne se passait en Italie, et d’aucuns ont ricané de lenteur des Transalpins à prendre des mesures. Dimanche, les Italiens ont été stupéfaits de voir certains parcs et quais investis de Paris à Bordeaux. Dimanche, les Italiens ont été stupéfaits de voir que des millions de Français sont allés voter, dans le sillage de l’injonction paradoxale prononcée la veille au soir par Emmanuel Macron : « Restez chez vous, mais allez voter ». Bombe à retardement. 

 

 

Un dernier semi ? 

 

Dimanche matin, je devais participer au semi-marathon de Wilmslow, près de Manchester. La veille, es organisateurs, suivant les (non)mesures prises par le gouvernement, avait prévu de maintenir l’épreuve. J’y vais, je n’y vais ? Samedi après-midi, c’était oui. Samedi soir, après de multiples lectures, et notamment quelques témoignages de personnes confinées en Italie, c’était non. Mais mon prisme journalistique avait repris le dessus, dimanche matin. J’avais décidé de raconter cette course qui s’annonçait toute particulière –et sûrement la dernière avant un bout de temps, en prenant moult précautions. Les organisateurs avaient annoncé que les départs seraient espacés pour éviter la coagulation de gens ; en prenant du recul, je me demande comment ils comptaient faire. 

Elle a été annulée dimanche…à trois heures du matin. Les messages postés sur le groupe Whatsapp de mon club, ici outre-Manche, disaient la déception. C’était moi, c’était vous, c’était nous, la semaine précédente pour les France de cross. Dimanche, loin d’attiser les flammes de l’amertume, cette annulation largua en moi une lance de soulagement. 

 

Nous nous sommes donc auto-confinés, avec ma copine, sauf pour deux choses. Courir, et faire quelques courses. La saison, déjà amputée du semi de Paris et des France de cross, paraît bien incertaine. Mon objectif est de me préparer pour l’Unogawa Challenge en juin http://quentinguillon.com/index.php/2019/11/01/unogwaga-challenge-en-afrique-du-sud-participez-vous-aussi-a-laventure/ (1,700 km de vélo et les Comrades Marathon, 90 km à pied). A vrai dire, je ne me projette pas sur ce challenge, qui, de surcroît, peut être annulé à tout moment.

Je cours pour courir, pour me libérer l’esprit, pour aérer mes neurones saoulés de dizaines d’articles lus et des centaines de messages envoyés sur Whatsapp et Messenger, de l’autre côté de la Manche, les yeux hagards, aveugles au temps qui défile. Je cours, en prenant soin de respecter les 1 à 2 mètres préconisés quand je croise du monde. C’est assez déstabilisant. Les sens sont constamment en alerte. Je n’écoute pas mon souffle. Je n’écoute que mes yeux. Anticiper, constamment. Je suis un danger pour les autres –si j’ai contracté le virus-, et les autres sont un danger pour moi. 

Je n’ai jamais fait de ski mais je suis passé maître dans l’art de faire des courbes et de slalomer, pour respecter les distances entre êtres humains, en frôlant de près une ou deux voitures… 

 

 

Le virus est un boxeur qui lance des uppercuts dans le vide mais qui touche quand même sa cible

 

Je retiens ma respiration dès que je croise un quidam (ça va, je suis à 13-14 à l’heure, je ne risque pas l’asphyxie), comme une prophétie autocréatrice : ne pas inhaler les miasmes de ce virus invisible, impalpable, mais qui parcourt peut-être mes veines. C’est une guerre contre un ennemi que l’on ne voit pas. Et c’est bien ce qui nous est difficile à intégrer. Le virus est un boxeur qui lance des uppercuts dans le vide mais qui touche quand même sa cible. 

 

Car j’étais à Liverpool les jours précédents pour un reportage –et notamment mercredi 11 mars autour d’Anfield, où se sont pressés 60 000 personnes, dont des milliers d’Espagnols. Je ne vois pas comment je ne pourrais pas être porteur du virus. Depuis dimanche, je perçois une légère brûlure dans la poitrine, quasi constante. Cependant, quand mon esprit vagabonde, quand mon attention s’échappe quand j’écris, elle s’évanouit. Je deviens fou ? 

 

Lundi et dimanche, les oiseaux chantaient, les poussettes avaient envahi les parcs, pour ce deuxième jour ensoleillée (ce qui n’a pas dû arriver depuis des semaines, à Manchester), les enfants sortaient de l’école (qui n’ont pas fermées), et j’ai profité de mes deux footings pour faire quelques courses, en loucedé, en rasant les rayons, évitant tout contact, avec des gants en latex bleus que j’ai balancé dans la poubelle sitôt la porte refermée, avant de m’en retourner me calfeutrer. 

J’ai évité un Aldi blindé, optant pour une supérette, mais une petite queue s’est formée au mooment de payer alors que la caisse était vide dix minutes auparavant. J’ai alors fait deux pas de côté vers la droite, presque en apnée tout en exhortant, au fond de moi, le caissier de se presser (des caissiers et caissières qui prennent des risques, pour nous permettre de manger…). « Ça doit faire un mètre, là »

Je me suis senti pestiféré, mais j’ai repensé à ces témoignages d’Italiens, qui disaient peu ou prou : « Vous serez ridicule, mais le ridicule ne tue pas. Le virus, si »

 

 

Rouleau de sopalin, camelbak et musculation naturelle

 

Mardi, je suis allé rouler dans la campagne et les bosses anglaises. Je n’y aurais pas été s’il avait plu. C’est si bon, de pédaler. Soudain, je mesure la chance de pouvoir le faire. Dans quelques jours, peut-être cela sera-t-il interdit ? Ou faudra t-il imprimer une attestation : « Je suis dehors car je « borne » comme cela pullule sur les réseaux sociaux » –le rire, quel bel antidote. 

Sur la route embouteillée du retour vers la civilisation, les sens en alerte comme jamais. Dans ma tête : « Ne tombe pas, ne tombe pas, ne tombe pas ». Ne te met pas en danger en te cassant un poignet. Ne met pas en danger les autres en volant un lit dans un hôpital – si tant est ce que j’y sois accepté. 

 

Je croise un corbillard. Me revient en tête l’article du Monde à Bergame https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/16/bergame-nouvel-epicentre-italien-de-la-crise_6033223_3244.html , où, en milieu de semaine dernière, les noms des morts se sont étalés sur plus de dix pages dans un journal local. Un habitant racontait que le silence de la ville était seulement trompé par le chant funèbre des sirènes des ambulances.

Je frisonne d’une effrayante vision : des dizaines de corbillards en procession, dans quelques semaines – beaucoup d’Anglais, dans le sillage de leur mortifère gouvernement, n’ont visiblement pas conscience du danger, à part pour, agglutinés les uns aux autres, vider les rayons des supermarchés en papier toilette.

 

Il ne nous n’en reste plus beaucoup, d’ailleurs, avec ma copine. Lundi, j’ai seulement trouvé un gros rouleau de sopalin que j’ai trimballé dans ma main pendant une demi-heure en terminant mon footing, le camelbak alourdi par quelques courses pour les deux, trois jours à venir. Une belle trouvaille, si vous cherchez des idées pour une séance de muscu naturelle… 

1 réaction à cet article

  1. Soyons solidaires …

    Répondre

Réagissez