Présentation du cross Sud Ouest, qualificatif pour les championnats d’Europe de cross

Article écrit par Quentin Guillon

Le cross Sud-Ouest se déroule ce week-end à Gujan-Mestras, près de Bordeaux. L’épreuve est support de sélection pour les championnats d’Europe pour les seniors hommes ainsi que pour le relais mixte.

24785098_1700939099945738_2639045180956174689_o

Comme le soulignait Hugo Hay dans les colonnes de Ouest-France la semaine dernière, la sélection tricolore aux championnats d’Europe de cross le 8 décembre à Lisbonne s’annonce plus forte chez les espoirs que chez les seniors, dans le sillage de Jimmy Gressier, premier Français à Allonnes le week-dernier où il a devancé le triple champion de France de cross Hassan Chahdi.

 

Le plateau du sélectif, dimanche au cross « Sud-Ouest », est moins dense que les années précédentes. La raison ? La plupart des meilleurs Français courront le marathon Valence le week-end suivant, avec dans le viseur les minima pour les Jeux Olympiques de Tokyo (2h11’30).

Dans le désordre : Florian Carvalho, Benjamin Choquert, Emmanuel Roudolff-Lévisse, Benjamin Malaty, Nicolas Navarro (dont les performances en cross n’égalent pas celles sur route), Michaël Gras (et son frère Damien). 

Presque une équipe à elle seule, en définitive. Les trois premiers seront directement qualifiés, l’éventuel complément de trois athlètes est à la discrétion de la DTN.

Les deux premiers Français à Tilburg l’année dernière, Hassan Chadhi (25e), et Félix Bour (32e), ne seront pas présents dimanche en terre girondine, en dépit de leur forme actuelle. Chahdi –qui a réalisé le niveau de performance requis pour les JO de Tokyo sur marathon et 4e des Europe de cross en 2017- semble monter en puissance alors que Bour est à son meilleur, lui qui vient de porter son record personnel à 1h03’47’’ sur semi-marathon le week-end dernier à Boulogne-Billancourt. 

Dans ce contexte et avec autant d’absences, qui reste t-il pour briguer les trois premières places qualificatives sur un parcours de 10,2 km, plat et ponctués de quelques obstacles à franchir ?

Pas aisé de dégager des noms, d’autant qu’il est difficile d’évaluer les états de forme de tous à ce stade de la saison. Des surprises ne sont donc pas à exclure. Tel que Jawad Abdelmoula, surprenant à Taulé-Morlaix (28’46’’ à cinq secondes de Félix Bour) même si le parcours n’était pas homologué ? 

 

 

Le retour de Yohan Durand

 

Yohan Durand avait lui aussi prévu le marathon de Valence à son programme. Opéré du tendon d’Achille en septembre 2018, sa rééducation fut un peu plus lente qu’escompté, et sa préparation a été retardée par deux pépins au mollet. Le 8e des Europe de cross 2015 a préféré jouer la sagesse et a renoncé à Valence. Il fera donc son retour dans les labours dimanche. « Je ne regrette pas du tout ce choix. L’opération a changé ma façon de courir et de vivre l’athlétisme. Je prends beaucoup plus de plaisir que ces dernières années. Je fais des séances très intéressantes, qui doivent valoir entre 29 minutes et 29 min 30 sur 10 km. Mais n’ai couru que deux fois en deux ans (Houilles en décembre 2017 et les championnats d’Europe sur marathon à Berlin où il avait terminé 31e, en août 2018, ndlr). J’espère ne pas me faire déborder par l’évènement »

Yann Schrubb, impressionnant sur 10km à Sarreguemines (28’57’’ en solo mi-octobre) sera à suivre, de même qu’Azzedine Habz, crédité de 13’38’’00 cet été sur 5 000 mètres, Simon Denissel, qui a couru en 14’07’’ à Lille sur 5 km route le 9 novembre, et Freddy Guimard (16e à Allonnes).

Abderrazak Charik est en forme cet automne (29’21’’ aux France de 10 km ; 1h01’20’’ aux 20 km de Paris) mais il a abandonné, touché aux ischios, à Allonnes dimanche. Il est annoncé dimanche, de même qu’Alexandre Saddedine, très en retrait à Allonnes (36e et 54e l’an dernier aux championnats d’Europe), et Quentin Tison. A ne pas oublier non plus Julien Masciotra, toujours à l’aise en cross même si le parcours de Gujan-Mestras est peut-être trop plat pour lui, Youssef Mekdafou ou Gatien Airiau.

 

 

Quatre tickets pour le relais mixte

 

Les espoirs Pierrick Jocteur Montrozier, en vue à Allonnes la semaine passée (3e espoir), et Bastien Augusto, qui a couru en 29’14’’ aux France de 10km mais fut un peu plus en difficulté à Allonnes (17e et 8e espoir) devraient figurer aux avant-postes, aussi. A noter que Yoann Kowal sera au départ, mais sans prétention pour les championnats d’Europe, quand bien même il finirait dans les trois premiers français. Le Périgourdin veut simplement prendre quelques repères dans l’optique des courses suisses qu’il disputera la première quinzaine de décembre, avant de couper trois semaines. 

 

Gujan-Mestras est aussi sélectif pour le relais mixte, épreuve où l’équipe de France a terminé deuxième l’an passé, derrière l’Espagne. Si la DTN juge l’équipe tricolore compétitive, deux athlètes féminines et deux athlètes masculins seront sélectionnés. Les spécialistes du 1 500 mètres Elodie Normand, Johanna Geyer-Carles et Aurore Fleury devraient se disputer les deux places qualificatives.

L’an dernier, Johanna Geyer-Carles avait été du voyage aux Pays-Bas. « C’est un format qui me plaît beaucoup. La dimension individuelle s’efface ; on pense davantage à la force du collectif. J’ai parfois du mal à trouver des repères en début de saison et le relais permet de se dépasser sans trop cogiter à sa propre performance ».

Chez les hommes, Alexis Miellet, brillant cette saison et demi-finaliste aux championnats du Monde à Doha sur 1 500 mètres, partira avec les faveurs des pronostics. Il avait été remarquable l’an dernier à Tilburg. Paul Renaudie, Mehdi Belhadj, sélectionné l’an dernier sur le long, Baptiste Mischler, bien placé à Allonnes (14e sur le long), Antoine Senard ou Yani Khelaf devraient se disputer la deuxième place. 

Réagissez