Morhad Amdouni : « J’aimerais gagner mon 3ème titre national en cross, la forme est là. »

Ce dimanche, Morhad Amdouni sera au départ du cross long (10 285 m) des championnats de France aux Mureaux (Yvelines) avec de sérieuses ambitions après ses 2 titres nationaux en 2011 et 2018.
Morhad Amdouni qui sera cette année sur tous les fronts (cross, route, piste) se confie sur ses objectifs, son retour auprès de son ancien entraîneur Jean-Claude Vollmer sans oublier de nous livrer son avis sans concession sur le Franco-Suisse Julien Wanders qui sera l'un de ses rivaux au marathon de Paris. Entretien.

morafd okkkahd

Lepape-info : Morhad, qu’attendez-vous des Championnats de France de cross ?   

Morhad Amdouni : J’aimerais gagner mon 3ème titre national en cross, la forme est là, maintenant il faut répondre présent le jour J, rien n’est gagné d’avance. Ma compétition en 1/2 finale il y a 3 semaines fut très satisfaisante. Les Championnats de France de cross sont symboliques, les athlètes présents viennent de la route, de la piste mais il y a moins de pression car il n’existe pas cette importance du chrono. J’adore les changements de rythme, ce sont des séances de fractionné. Si je suis en bonne forme, je crois que cela sera difficile de me battre, il faudra courir en moins de 27’20-27’10, en France il n’y a pas beaucoup de coureurs capables de faire cela.

 

Morhad Amdouni : « Mon nouvel entraîneur est Jean-Claude Vollmer, nous avons reformé le duo. C’est l’occasion aussi pour moi d’avoir une structure, une base et de la visibilité. »

 

Lepape-info : Votre nouvel entraîneur est quelqu’un que vous avez déjà côtoyé longuement par le passé ?  

M.A : Oui mon nouvel entraîneur est Jean-Claude Vollmer, nous avons reformé le duo. Le fait qu’il soit dans l’encadrement du running permet de me donner un élan, d’éviter de me retrouver tout seul sur le Val d’Europe pour préparer ma saison. C’est l’occasion aussi pour moi d’avoir une structure, une base et de la visibilité. Jean-Claude me connaît depuis longtemps (1ère collaboration de 2011 à 2015), cela fait du bien, on commence à voir des évolutions sur du long comme le marathon, j’espère accrocher quelque chose de gros sur cette distance.

 

Lepape-info : Que retenez-vous de votre première collaboration avec Jean-Claude Vollmer ? 

M.A : À l’époque j’étais surtout sur 1 500 m, j’étais souvent blessé, ce ne fut pas une période facile, je me suis fait opéré du tendon d’Achille. Avec lui j’ai quand même signé mon record sur 1 500 en 3’34″05 (Monaco en 2015), juste avant j’avais gagné le 5 000 m du Championnat d’Europe par équipes à Tcheboksary en Russie. Je manquais un peu de foncier, j’avais du mal à récupérer, je ne comprenais pas trop lorsqu’il me disait d’enchaîner alors que mon corps n’arrivait pas à le faire. Maintenant je n’ai plus ce problème, je peux mieux assimiler les séances. C’était le bon moment de collaborer à nouveau avec lui. Ces dernier temps sur Val d’Europe, j’avais des amis qui m’accompagnaient à vélo mais il me fallait vraiment quelqu’un qui puisse m’aider, me voir, me conseiller.

 

morhad vollmer
Morhad Amdouni de nouveau entraîné par Jean-Claude Vollmer

 

Lepape-info : Qu’est ce que vous aimez chez un entraineur comme Jean-Claude Vollmer ?  

M.A : Il a le sens de l’analyse, il a le recul nécessaire et il aime comprendre les paramètres, tout ce qui touche à la recherche, au développement. L’idée est de pouvoir mixer tout cela pour évoluer, progresser. J’en profite aussi pour remercier mon ancien coach Abderrazak Zbairi pour son accompagnement, son aide, son soutien sans faille. Je peux le dire sans trembler, sans lui, j’aurais sans nul doute arrêté l’athlétisme. Son engagement à mes côtés m’a permis d’atteindre une certaine maturité nécessaire pour la suite.

 

Lepape-info : Après le cross, on vous retrouvera le 3 avril au départ du marathon de Paris 

M.A : Le but est de se repositionner sur le plan chronométrique et d’obtenir ma qualification sur marathon pour les Championnats de cet été sachant que j’ai déjà fait les minima sur 10 000 m pour les Mondiaux en juillet à Eugene (Etats-Unis). J’ai un record sur semi en 59’40 (Mondiaux à Gdynia en 2020) j’aimerai convertir ce chrono de référence sur marathon alors que mon record pour le moment est de 2h09’14 (Paris 2019).

 

Morhad Amdouni : « Il faut que l’on ait un soutien à ce sujet. Julien Wanders ne court pas pour l’équipe de France, il ne soutient pas l’équipe de France, il n’a pas à détenir ce record de France du marathon s’il le bat. Cela m’ennuie pour tous les athlètes Français qui se battent au quotidien pour avoir des partenaires, des sponsors et qui courent avec le maillot de l’équipe de France.

 

Lepape-info : L’objectif à Paris c’est de battre le vieux record de France en 2h06’36 établi en 2003 par Benoît Zwierzchiewski  ?  

M.A : Oui battre le record de France j’y pense comme d’autres marathoniens Français, c’est important médiatiquement. Je ne me prononce pas avant même si sur le fond j’y pense. L’idée c’est d’être bien classé lors du marathon de Paris et surtout d’être prêt pour le championnat. Avant j’ai besoin de faire les minima (2h14’30) pour les Championnats d’Europe à Munich en août. Je veux remettre les choses en place et réaliser un chrono conforme à mon niveau actuel, je veux comme l’on dit « remettre les pendules à l’heure ».

 

Lepape-info : Le Franco-Suisse Julien Wanders sera aussi au départ à Paris, il disputera son premier marathon avec l’ambition de réaliser un gros chrono 

M.A : S’il bat le record de France cela me pose un problème, cela m’ennuie pour tous les athlètes Français qui se battent au quotidien pour avoir des partenaires, des sponsors et qui courent avec le maillot de l’équipe de France. J’ai mal pour la discipline, il faut que cela cesse. Il le dit lui-même il s’en fout complètement. Je ne vois pas pourquoi on va parler de quelqu’un alors que le niveau ne cesse de monter au sein du collectif  marathon Français. Il faut que l’on ait un soutien à ce sujet. Julien Wanders ne court pas pour l’équipe de France, il ne soutient pas l’équipe de France, il n’a pas à détenir ce record de France du marathon s’il le bat.

 

Lepape-info : À Paris s’il est juste devant vous avec le record de France en ligne de mire, cela peut vous donner encore plus d’énergie pour le battre ?  

M.A : Je vais rester concentré sur ce que j’ai à faire, si Julien Wanders est prêt on verra bien. Je ne vais pas me mettre une pression supplémentaire, je vais me préparer pour être à mon niveau optimal à Paris. Au regard de ce que j’ai fait, je vise mieux que le record de France mais pour en revenir à cette situation c’est une erreur de la Fédération de pouvoir homologuer un record de France avec le nom de Julien Wanders. Il m’a déjà privé des records de France sur semi marathon (59’13 record d’Europe) et sur 10 km (27’13 record d’Europe) j’ai la 2ème meilleure performance de tous les temps derrière lui sur les 2 distances, cela me foutrait les boules que je sois encore le 2ème meilleur performer de tous les temps en France s’il bat le record de France, surtout si cela se passe à Paris.

 

Morhad Amdouni : « Avoir un coach totalement transparent avec vous, bénéficier d’un suivi au quotidien c’est important, c’est une tranquillité pour l’athlète. Je vais pouvoir m’entraîner à l’INSEP dans une belle structure avec un département dédié à la recherche. C’était le bon moment pour moi en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. »

 

Lepape-info : Cet été vous avez prévu de disputer les 2 grands championnats ?  

M.A : Pour le moment j’ai prévu de courir sur 10 000 m aux Mondiaux à Eugene et sur marathon lors des Championnats d’Europe à Munich (sous réserve d’avoir fait les minima à Paris et d’être sélectionné). Il y’a le décalage horaire à gérer, il faudra une semaine pour récupérer même si j’ai de l’expérience à ce niveau-là. La plupart des marathoniens dans leur préparation font une compétition sur semi ou 10 km avant leur course environ 3-4 semaines avant donc le timing est bon. On a une belle carte collective à jouer à Munich mais attention il y a de la densité en Europe.   

 

Lepape-info : C’est une belle saison dense et variée qui s’annonce pour vous ? 

M.A : Oui avec en plus à Pacé (Ille-et-Vilaine) en mai la Coupe d’Europe du 10 000 m que j’ai remporté l’an passé. C’est pour cela aussi que de collaborer à nouveau avec Jean-Claude c’est important. Avoir un coach totalement transparent avec vous, bénéficier d’un suivi au quotidien c’est important, c’est une tranquillité pour l’athlète. Je vais pouvoir m’entraîner à l’INSEP dans une belle structure avec un département dédié à la recherche. C’était le bon moment pour moi en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. On a les moyens pour insuffler un élan, à nous en France d’avoir un collectif ambitieux avec des entraîneurs qui le sont. Il faut se dire : « On peut si on essaye ».

1 réaction à cet article

  1. Super interview même si vous pourriez vous relire/faire relire pour les fautes d’accord quand même assez basiques qui piquent les yeux…

    Sinon faudrait prévenir Vollmer que le nouveau DTN a décidé que seules les perfs à partir du 1er janvier 2022 comptaient pour les minimas du coup Amdouni les a pas encore contrairement à ce qu’il dit dans l’interview.

    En tout cas bonne chance pour les France de Cross et le Marathon de Paris à ce super athlète, ce serait top qu’il soit récompensé par le RF !

    Répondre

Réagissez