Triathlon : Léo Bergère, Dorian Coninx, Vincent Luis, Cassandre Beaugrand et Léonie Périault sont « sélectionnables » pour les JO de Tokyo

Comme prévu , la Fédération Française de triathlon a dévoilé ce mercredi la liste des triathlètes "sélectionnables" pour les Jeux olympiques de Tokyo.
Au nom de Vincent Luis déjà assuré de figurer dans cette liste sont venus s'ajouter ceux de Léo Bergère, Dorian Coninx, Cassandre Beaugrand, Léonie Périault. Pierre Le Corre, Emilie Morier et Sandra Dodet sont remplacant(e)s.

Départ de l'étape WTS à Yokohama (Vincent Luis au 1er plan). - crédit photo : ©T.Zafares World Triathlon
Départ de l'étape WTS à Yokohama (Vincent Luis au 1er plan). - crédit photo : ©T.Zafares World Triathlon

Il fallait faire des choix pas évident vu la densité et la qualité de l’équipe de France de triathlon.

Le directeur technique national Benjamin Maze savait qu’il ferait un malheureux et 2 malheureuses à l’annonce des sélectionnables pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Le verdict est tombé ce mercredi matin peu après 10h30. Sans surprise le double champion du monde en titre Vincent Luis assuré d’être dans le groupe sera bien le leader de cette équipe de France à Tokyo pour ce qui seront ses 3èmes Jeux olympiques.

Chez les garçons, ils étaient 3 pour les 2 autres places de sélectionnables. Les heureux élus sont Léo Bergère qui n’a jamais connu l’émotion des JO et Dorian Coninx qui aura à cœur de se racheter après sa déconvenue (36ème place) aux Jeux 2016 de Rio. Il fallait faire un choix, Pierre Le Corre, malheureusement pour lui, n’aura que le rôle de remplaçant.

Chez les dames, elles étaient 4 pour 2 places. Cassandre Beaugrand et Léonie Périault ont été placées dans la liste des sélectionnables pour les Jeux. En revanche, Emilie Morier et Sandra Dodet seront remplaçantes.

Les sélectionnables deviendront le 14 juin prochain sélectionné(e)s officiellement pour les Jeux olympiques de Tokyo.

 

Cédric Gosse (président de la Fédération française de triathlon) : « Cette équipe de France est une vraie fierté, nous avons de grandes ambitions légitimes et nous avons raison d’y croire. Nous avons acquis de la stabilité, depuis plusieurs années cette équipe de France à la fois en triathlon et paratriathlon affiche un niveau de performance régulier dans le TOP 10. On a des athlètes très performants mais qui font aussi preuve d’humilité, de solidarité et ce sont des valeurs que nous voulons incarner dans notre fédération. Ils et elles ont toute notre confiance, notre énergie. Nos clubs, nos licenciés, nos organisateurs sont derrière eux.

 

Benjamin Maze (directeur technique national) : « Cela fait 5 ans que l’on se projette sur ses Jeux olympiques de Tokyo. Ces modalités de sélections traduisent l’ambition fédérale, j’ai décidé au regard du calendrier international après la manche WTS de Yokohama pour offrir le plus de confort possible à ceux et celles qui sont sélectionné(e)s pour se préparer au mieux. Nous avons une densité incroyable, on aura une équipe de France offensive. Le relais mixte sera une vraie occasion de décrocher une médaille pour le triathlon Français. Depuis l’entrée du triathlon au programme des Jeux en l’an 2000, la France collectionne les places d’honneur. Depuis 2018, tous les titres européens et mondiaux ont été récoltés par la France en relais mixte et forcément ce relais mixte qui fait son apparition aux Jeux cette année a été l’élément clé qui a prédominé pour établir la sélection.

 

Vincent Luis : C’est une bonne nouvelle de pouvoir participer pour ma part à ces 3èmes Jeux. C’était un travail que j’ai entamé au lendemain des JO de Rio. Je voulais me qualifier et arriver compétitif, j’ai passé un bon hiver et je me sens prêt. Sur les 4-5 dernières années je suis monté en gamme, j’ai comblé mes points faibles. Ce fut une olympiade relativement excitante pour nous athlètes au contraire de ce que l’on pourrait penser. Avec la crise sanitaire on a du se remobiliser mais cela nous a permis de se réinventer, de faire autre chose, d’essayer. Pour moi ce fut bénéfique je suis vraiment impatient d’être au départ de mes 3èmes JO, je me sens un peu vieux en disant cela (sourire) mais je suis motivé comme jamais c’est sûr. La France est favorite pour le relais mixte, il ne faut pas avoir peur de le dire mais on est pas tout seul, il y’a d’autres favoris comme les Australiens, les Américains mais aussi des outsiders comme les Belges et les Norvégiens. Il faut garder de l’humilité et continuer à travailler, on est une équipe soudée, on a des remplaçants qui feraient le bonheur de n’importe quelle autre nation pour un relais. À nous de faire le boulot, de se présenter à ce relais ultra compétitif et en montrant aux autres nations que nous sommes là uniquement pour gagner. »

 

Dorian Coninx : « Ce sera mes 2èmes Jeux, à Rio cela avait été un peu compliqué même si ce fut une expérience qui m’a beaucoup apporté. Je vais prendre le départ (en individuel) en essayant de faire un coup. La sélection fut difficile on était 4 très compétitifs pour 3 places, c’était un premier cap à passer. Maintenant c’est concentration maximum pour les Jeux olympiques et on a 2 courses pour se faire plaisir. »

 

Léo Bergère : « Ce sont des années de préparation, même si la sélection n’est pas une fin en soi cela fait du bien d’être dans la liste. J’ai déjà eu de bons modèles avec mes aînés en équipe de France et qui m’ont  parlé de cet évènement olympique. On va bien se préparer pour cette course assez spéciale, j’ai plutôt hâte, je suis excité à l’idée de retourner au Japon dans quelques semaines. »

 

Cassandre Beaugrand : « J’ai déjà connue les Jeux, j’ai pu engranger de l’expérience, j’espère vraiment pouvoir aller chercher une médaille par équipe et performer en individuel on verra bien, c’est la course d’un jour, on a prévu des sessions en thermo room pour se préparer à la chaleur. »

 

Léonie Périault : « C’est un rêve, il y’a de l’excitation, je vais aller aux Jeux avec une grande envie. Sur le relais, la France est attendue j’ai hâte d’y être. »

 

 

 

Réagissez