Vitamine D : l’hiver suppose-t-il une supplémentation pour le sportif ?

Article écrit par Cyril Schmit

Lorsque l’on discute de cette vitamine, on pense au soleil et ses rayons UVB qui en représentent la source majeure pour l’organisme. On pense aussi à l’hiver pendant lequel le manque d’ensoleillement en entraîne des insuffisances, et au sportif, dont la performance pourrait en être affectée. Ces idées suscitent naturellement des recommandations, celle d’une supplémentation en vitamine D en faisant partie. Recommandation légitime… ?

sporthiver

À dire vrai, on ne sait pas aujourd’hui quel est le seuil précis du métabolite sanguin 25-OH à partir duquel il est possible de statuer d’une insuffisance en vitamine D. D’ailleurs, on n’est pas encore bien certain non plus de la façon la plus fiable de mesurer la concentration d’un tissu en vitamine D.

Autrement dit, si la recherche multiplie les protocoles et que le commerce en profite pour proposer diverses supplémentations, la prise de décision n’en reste que plus confusante et une relation de cause à effet entre supplémentation et performance reste à démontrer.

 

Certaines conséquences du manque de vitamine D sur l’organisme sont pourtant déjà bien définies. Les effets principaux connus sont ceux d’une plus grande fragilité osseuse (en raison d’une moins bonne assimilation du calcium) et immunitaire (plus grande prévalence des maladies auto-immunes). Des arguments supplémentaires sont avancés sur la baisse des niveaux de force et d’endurance, mais comme souligné, cela reste encore supposé. Chez le sportif, la question se pose donc : s’il n’y a pas de carence particulière, une supplémentation en vitamine D est-elle légitime ?

 

Grâce à de toutes récentes études, un début de réponse se dessine.

  1. Sur une population d’environ 1000 hommes et femmes ayant réalisé un test d’endurance sur 2km, une relation a dernièrement été observée entre le niveau de performance et la disponibilité de leur organisme en vitamine D, de telle sorte qu’il a été suggéré que 5% de cette performance pourrait dépendre de leur statut en Vitamine D.

Résultat intéressant donc, puisque la taille de l’échantillon était très importante, mais cela ne permet pas encore de distinguer l’œuf de la poule : Vitamine D ßà Performance. Lequel origine lequel ? (la vitamine D source de performance vs. l’entraînement comme un mode de vie plus ensoleillé).

Autre constat frappant dans cette étude : seulement 9% des hommes et 36% des femmes présentaient une disponibilité en vitamine D estimée suffisante en hiver – si le seuil du diagnostic est certes imprécis, les chiffres n’en restent pas moins alarmants. De quoi réagir donc, au moins pour des raisons de santé osseuse et immunitaire.

 

  1. Sur une autre population de 137 hommes, une supplémentation en vitamine D et en lumière solaire a révélé des effets positifs comparativement à des groupes placebo : 97% des hommes ont en effet été déclarés en état de « suffisance » par rapport à leur taux de vitamine D à l’issue du protocole. À noter néanmoins, aucune variation du niveau de performance n’a été enregistrée ici – peut-être en raison de la durée modérée du protocole (12 semaines).

 

La conséquence positive d’une supplémentation en vitamine D sur la performance reste donc peu évidente aujourd’hui. Ce manque de clarté ne suffit évidemment pas à freiner l’usage d’une supplémentation par les sportifs… C’est pourquoi il conviendra de rappeler que, lorsqu’elle est abusive, la supplémentation en vitamine D peut être toxique pour l’organisme, notamment au niveau rénal. Ainsi les recommandations actuelles suggèrent qu’un apport en vitamine D ne devrait être envisagé que :

  • Lors de périodes d’absence d’exposition possible au soleil.
  • Si la disponibilité de l’organisme en vitamine D a été précisément mesurée (et non pas supposée intuitivement), permettant ainsi de décider avec clairvoyance.

Si le type de test réalisé pour effectuer la mesure est effectivement adapté à la couleur de peau du sportif – le facteur « couleur de peau » pouvant en effet influencer la me

Réagissez