Syndrome pyramidal ou tendinopathie du psoas ?

Yannick Guillodo, médecin spécialiste du sport, éclaircit un internaute sur la différence entre syndrome pyramidal et tendinopathie du psoas.

La question : J’ai un syndrome pyramidal à droite, qui répond assez bien aux étirements spécifiques. J’ai également des douleurs au niveau de l’aine droite, peut-être s’agit-il d’une tendinopathie du psoas. Comment faire la différence ? Pouvez-vous faire le point sur ces deux pathologies qui semblent assez fréquentes chez le coureur de fond.

La réponse de notre médecin du sport, Yannick Guillodo.

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. Les douleurs unilatérales au niveau du bassin (l’aine, la fesse, les adducteurs) ne sont pas fréquentes chez les coureurs de fond. Ces douleurs sont nettement plus fréquentes chez les sportifs pratiquant une activité avec une latéralité podale : le football (shoots du pied droit et appui du pied gauche), l’escrime, certains sports de combat (boxe thai), ….

Dans la course à pied, les deux membres inférieurs ont sensiblement la même fonction. Il n’existe donc pas de latéralité podale. De ce fait, les douleurs unilatérales du bassin, type syndrome pubalgique (qui englobe de nombreuses pathologies) sont assez rares.
Mais bien évidemment, vous pouvez souffrir d’un syndrome pyramidal et/ou d’une tendinopathie du psoas.

Le syndrome pyramidal, souvent cité, est une notion assez floue puisqu’il ne repose que sur une hypothèse clinique. Aucun examen complémentaire (radiographies, échographie, I.R.M.) n’objective cette pathologie. Il s’agit d’une douleur de la fesse, assez profonde, répondant bien aux étirements spécifiques du muscle pyramidal, comme vous le signalez. De toute façon, c’est une pathologie (si elle existe !!!) totalement bénigne et qui ne contre indique aucune activité physique et sportive.

La tendinopathie du  psoas est différente puisqu’elle se situe en région antérieure (l’aine). Il s’agit d’une douleur lors de l’étirement et/ou  la contraction du muscle psoas qui est principalement un releveur de hanche (fléchisseur de la cuisse sur le tronc). L’examen clinique est assez discriminant. L’échographie (ou une I.R.M.) peut montrer une bursite (inflammation localisée) sous le tendon. Dans ce cas, une injection (infiltration) sous contrôle échographie peut être tout à fait efficace.
Malgré tout, là encore, la pathologie n’est pas vraiment grave.

Mais cette association que vous décrivez (douleur profonde de la fesse et douleur de l’aine, du même côté) doit attirer votre attention. Il faut absolument vérifier votre hanche pour éliminer toutes pathologies articulaires, à ce niveau. C’est le conseil que je vous donne.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

9 réaction à cet article

  1. Après 9 mois de souffrance on me diagnostique un syndrome du pyramidal . Peut on s’en sortir? Comment? Aucun traitement ne m ‘st proposé à part le lyrica. Je souffre le martyr et j ai vu 5 rhumato, un neurochirurgien, un neurologue…
    Et le médecin de la douleur!!!je suis donc désespérée
    Merci pour votre reponse

    Répondre
  2. Bonjour Maria,

    Vous souffrez d’un syndrome du pyramidal et vous êtes prise en charge par de nombreux médecins qui sont d’accord sur le diagnostic mais ne parviennent pas à vous traiter.

    Avant de vous livrer quelques conseils, j’aurais souhaité que vous décriviez précisément votre douleur : son mode de déclenchement au tout début (brutalement ou plutôt progressif), les facteurs qui aggravent les phénomènes douloureux (exercice, position assise prolongée ou bien même au repos), les facteurs qui soulagent la douleur (positions particulières, repos nocturne). J’imagine que vous avez décrit votre douleur à de très nombreuses reprises depuis quelques mois et que vous trouvez cela à présent ennuyeux ou fastidieux…

    Le syndrome du pyramidal (ou piriforme) est une compression d’une branche du nerf sciatique lors de sa traversée dans ce muscle fessier. Il s’agit donc d’une atteinte du nerf sciatique, non pas à sa racine au niveau du canal lombaire, mais sur son trajet au niveau de la fesse. On parle donc d’atteinte tronculaire. Cette pathologie n’est pas rare chez les coureurs à pied et se soigne, la plupart du temps, très bien par les étirements des muscles fessiers qui sont abducteurs de hanche et rotateurs externes de hanche. Ces étirements ne sont pas toujours faciles à réaliser mais les kinésithérapeutes qui ont l’habitude de suivre les sportifs sont très bien formés pour les appliquer et les apprendre aux coureurs et coureuses à pied.

    Dans certains cas, le traitement médical par la rééducation ne suffit pas à soulager la sportive qui continue à se plaindre de douleurs sciatiques très invalidantes. Chez les sportifs, les traitements comme le Lyrica et la prise en charge par des spécialistes de la douleur n’apportent que rarement une réelle amélioration, car il s’agit d’une douleur dont l’origine est véritablement mécanique.

    En cas de douleurs persistantes, le traitement consiste à faire une injection de corticoïdes dans le muscle pyramidal au niveau de la compression nerveuse. Cette infiltration se fait sous scanner car c’est le meilleur moyen de mettre l’aiguille au bon endroit et d’éviter d’embrocher le nerf sciatique qui est très épais. Si les infiltrations de corticoïdes ne sont pas efficaces, ce qui peut arriver, il est intéressant d’infiltrer un produit à base de toxine botulique pour libérer le nerf. Dans la plupart des cas, cette injection est efficace.

    En conclusion, je vous assure qu’il ne faut pas désespérer car vos médecins trouveront sans doute une solution pour vous soulager. Si vos étirements sont bien réalisés et si le « corps médical » vous propose des infiltrations de cortisone puis de toxine botulique, surtout soyez confiante et n’hésitez pas à accepter ces thérapeutiques.
    Tenez-nous au courant.

    Répondre
    • Quel médecin peut diagnostiquer cette pathologie ? Connaissez vous quelqu un dans les bouches du Rhône ? Merci

      Répondre
      • Bonjour
        Vous devez aller voir un médecin du sport. Difficile ensuite de vous conseiller un médecin plutôt qu’un autre.
        Cordialement

        Répondre
        • Bonjour,

          Je souffre également d’une douleur à la fesse droite depuis 1 an

          J’ai passé une IRM des sacro-iliaques (rien), une IRM des lombaires et il s’avère que j’ai deux légers tassements de disque L4/L5et L5/S1.

          Cependant, les médecins m’affirment qu’il n’y a pas de compression de la racine.

          Je faisais de la course à pied et je me suis résolu à arrêter pour l’instant. Cela fait 8 mois.

          Mes symptômes sont les suivants :

          J’ai une douleur lancinante à la fesse droite au quotidien, pas très douloureuse, comme une espèce de compression, qui peut parfois lancer un peu plus.

          J’ai essayé de recourir 20 minutes et au bout de 10 minutes, j’ai eu une forte de douleur comme si on m’enfoncer le poing dans la fesse droite. Je l’avais avant d’arrêter la course à pied mais moins fort et au bout de 30. minutes seulement. Comme quoi, l’arrêt de la course à pied n’y a rien fait.

          Depuis 3 semaines, je fais de de la kiné basée sur des assouplissements (car je suis très raide), du gainage et de la mobilité du dos. Aucun résultat pour l’instant.

          Si cette douleur n’est pas liée à une compression de la racine nerveuse, quelle peut en être l’origine ? J’ai vraiment le sentiment que c’est localisé. Le syndrome du pyramidal est-il envisageable et que faire ?

          Merci d’avance pour vos précisions.

  3. Bonsoir,
    perso je souffre depuis très longtemps de ce pyramidal, infiltré x fois, sans résultats, et kinés très souvent. Diagnostique difficile car je suis passé par tout , médecins , neuros, rhumatos, cliniques spécialisées, examens multiples et répétés, etc.
    Une chose est sûre : aucun médicament ne m’a soulagé, et je sens bien le coté mécanique du probleme, tensions dans la hanche (claquements, craquements).
    Vérifiez la mécanique et attention aux examens faux négatifs.
    bon courage.
    PS : si qq’un a un bon contact en Hautes Pyrénées pour m’aider, merci.

    Répondre
    • Même symptôme
      claquement lors de la rotation de la hanche.
      contraction dans la fesse qui tire jusqu’au bas du dos.
      En position asisse je sens une g^ne au milieu de la fesse.

      IRM rien
      Semelle orthopédique léger mieux
      Etirement depuis 1 an et pas trop d’amélioration.

      L’arrêt réduit la douleur mais elle revient dès la reprise de la course à pied.

      Si quelqu’un a des pistes j’essaierai tout pour ne plus avoir ce problème!

      merci

      Répondre
  4. ma rhumato a décellé un syndrome pyramidial avec comme cité sur tous vos commentaires pincements et brulure au milieu de la fesse avec nerf sciatique pincé. la rhumato m’a débloqué le nerf en appuyant fortement sur le fessier coté nerf c’est guerri mais le fessier je fais de la kiné et dès que je reste debout j’ai mal à l’aine et à la hanche. On m’a parlé d’un rebouteux mr PERRIER à ferrières (65) et si le syndrome persiste j’ai fonce il déplace le nerf et soulage les douleurs à l’aine voilà une piste de guérisson que j’anvisage. cet homme a une bonne renommée

    Répondre
  5. non Mr PERE à poueyferre (65)

    Répondre

Réagissez