Peut-on étirer le tendon du fascia lata ?

Une blessure spécifique du coureur à pied

Comme beaucoup de coureurs, un internaute souffre du syndrome de l'essuie-glace. Pour faciliter sa guérison, il souhaiterait étirer son tendon du fascia lata. Yannick Guillodo, médecin du sport, remet les choses au clair.

La question : Quels sont les étirements qui vont aider à éviter les problèmes du syndrome de l’essuie-glace. On nous explique partout ce que c’est mais je ne trouve aucun exemple d’étirement. Quand les faire et à quelle fréquence, etc… ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Votre question est excellente. En effet le syndrome de l’essuie-glace est très fréquent chez les coureurs à pied. Il s’agit d’une contrainte (friction) entre le tendon du fascia lata  (TFL) et le fémur (condyle externe). Cette maladie n’existe pratiquement pas chez d’autres sportifs mis à part quelques cyclistes. Donc nous sommes devant une spécificité de la course à pied.

Comme il existe une contrainte entre un tendon et un muscle, il semble logique de proposer un assouplissement du tendon, pour diminuer cette friction « os contre tendon ».

Dans cette même logique, la proposition d’étirements du tendon du fascia lata est souvent proposée.

Mais on ne peut pas étirer ce tendon !!!!

En effet, la structure anatomique, particulière, de cette longue bandelette fibreuse rend tout étirement  quasiment impossible. C’est pour cette raison que vous ne trouvez nulle part de schémas explicatifs sur cet étirement spécifique. Il existe certes une ou deux positions qui mettent en tension le fascia lata  mais sans étirement réellement efficace,  donc sans effet sur le syndrome de l’essuie-glace.

On est souvent victime de banalités,  type réponse toute faite,  malgré leurs incohérences.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

2 réaction à cet article

  1. J’ai eu ce syndrôme de l’essui glace. effectivement, pas d’étirements possible. J’ai eu 20 séances de kiné avec un repos total de deux mois sans course à pied. Natation et un peu de vtt pour que le genou reste bien dans l’axe. Soins kiné: massages sur le tendon et jusque dans les muscles fessiers. J’ai pu aussi découvrir les fonctionnalités d’un électrostimulateur en récupération. En tout cas, les étirements d’après entraînements me semblent essentiels: fessiers, ischio jambiers, mollets, etc. Bonne continuation à toutes et à tous.
    Laurent.

    Répondre
  2. Bonjour, je sors tout juste une tendinopathie du tenseur fascia-lata et je confirme le témoignage de Laurent Vautrin. Je n’ai pas tout juste compris dont provenait cette « nouvelle » douleur à l’extérieur du genou, j’ai donc continué à m’entraîner jusqu’à ne plus pouvoir emprunter les escaliers… Attention, ceci reste une inflammation il est donc possible de forcer dessus (si on tolère la douleur) mais l’aggravation de cette blessure peut être vraiment problématique avec une chronicité de la tendinite à minima.

    Pour me soigner même mode opératoire de mon côté : repos + 17 séances de kinésithérapie (massage KABAT, stimulation avec COMPEX, ultrasons, vélo). Tout ceci en l’espace de 2 mois.
    Là j’ai repris la course à pied depuis 2 semaines en ayant quand même pris soin de consulter un osthéothérapeute pour faire un bilan complet.

    J’ai compris la leçon : remettre des semelles orthopédiques qui m’étaient nécessaire mais que j’avais retiré depuis le début de l’année, soigner les étirements, être attentif au repos entre les séances.

    Bon courage, on apprend beaucoup de ces moments difficiles ;)

    Répondre

Réagissez