Syndrome de l’essuie glace et préparation marathon

Peut-on courir un marathon avec le syndrome du fascia lata ?

Un internaute demande de l'aide à notre médecin pour préparer le marathon de New York avec le syndrome de l'essuie glace

Marathon de New York

Question : je suis en préparation en vue du marathon de New York. Je pense vue la description que c’est le syndrome de l’essuie-glace. En vue du marathon qui se déroule le 6 novembre, quelle est la meilleure solution à votre avis.

La réponse de notre médecin, Yannick Guillodo

le diagnostic le plus plausible est effectivement celui du syndrome du fascia lata nommé également syndrome de l’essuie glace, dans le milieu sportif.

Il s’agit d’un conflit entre le tendon (fascia lata) et le condyle externe (os) du genou. Ce conflit (le frottement du tendon contre l’os) va entraîner une inflammation du tendon et/ou de l’espace entre le tendon et l’os : c’est la création d’une bursite (lame liquidienne bien vue en échographie).

Le point de départ et la cause de cette inflammation sont souvent très énigmatiques. En effet, certains  sportifs courent  depuis des années, sans douleur, et, … sans raison aucune, assez brutalement, débute, comme vous,  un syndrome du fascia lata.  Pourquoi cette douleur commence alors qu’il n’y a aucun changement dans vos entraînement, chaussures, technique de course, … ?  « Pourquoi suis-je malade, docteur, alors que je pratique depuis des années sans aucune douleur? ». Il faut rester très humble et savoir dire que l’on n’explique pas tout. Bien évidemment, on vous donnera plein de raisons à cette douleur : de mauvaises chaussures (mais vous courez avec ce type de chaussures depuis plusieurs années !!??), une malformation des genoux (mais vous avez ce genu varum depuis de nombreuses années !!??), la fatigue (mais vous êtes justement en phase d’entraînement bien qualibré !! ??),  bref …

Cette douleur n’est pas vraiment inquiétante sur le long terme pour l’articulation. En effet, il s’agit d’une pathologie extra articulaire donc moins préoccupante qu’une pathologie intra articulaire (arthrose par exemple). De toute façon, s’il s’agit bien d’un syndrome du fascia lata, cette douleur disparaitra un jour … et souvent d’une façon aussi énigmatique que son apparition.

Mais je comprends que vous êtes dans l’urgence et que vous voulez une solution rapide. La première chose qu’il faut savoir, c’est que ce tendon (fascia lata) ne casse jamais. Donc il n’existe aucune gravité à poursuivre votre activité de running à condition que vous supportiez la douleur… !!!  Vous pouvez donc courir  sans oublier les fondamentaux : s’échauffer, boire beaucoup, faire des étirements après l’effort, appliquer de la glace sur la zone douloureuse et vérifiez bien évidemment  vos chaussures qui ont, peut être, perdu leur qualité (mauvais amortie : chaussure usée ?).

Il faut aussi diminuer l’inflammation locale : appliquer des gels  anti-inflammatoire matin et soir ou mettre des pansements aux anti-inflammatoires, la journée ; prendre éventuellement, par la bouche, des anti-inflammatoires ; enfin, il est toujours possible d’injecter dans la bursite (poche liquidienne  entre le tendon et l’os) un anti-inflammatoire (infiltration faite sous échographie), c’est certainement la meilleure solution, chez vous.

Vous devez également modifier votre entraînement en attendant l’échéance : faites des entraînements plus courts mais plus durs (qualité plutôt que quantité) et privilégiez le vélo, tout ou en partie, pour vous sorties longues.

Comme vous ne risquez pas la rupture du tendon, comme je l’ai déjà dit, vous pouvez également « masquer cette douleur » par des antalgiques pris avant et/ou  pendant la course.

Enfin, je vous conseille d’aller à New York, de prendre le départ, car je pense que cette douleur, dans le premier semi marathon, plus ou moins importante en fonction des anti inflammatoires et des antalgiques, disparaîtra dans le  deuxième semi…mais  pour laisser place à d’autres douleurs musculaires, plus communes de tout marathonien.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo :vous aussi posez votre question à notre médecin

1 réaction à cet article

  1. J’ai eu ce problème il y a quelques années. Mon kiné m’a dit que c’était lié a un problème de rotation du bassin, lui-même associé a un manque de gainage.
    Dans un premier temps j’ai appris a contrôler la douleur un contractant mes abdos pendant la course – ce n’est pas idéal mais ça marche très bien pour empêcher la douleur de monter – puis en faisant des exercices quotidien de gainage.
    Plus de soucis depuis.

    Répondre

Réagissez