Faut-il porter un masque pour courir en milieu urbain ?

Attention à ne pas gêner votre respiration

Des coureurs à pied portant un masque anti-pollution... Vous en avez peut-être déjà croisés si vous habitez à Paris ou dans d'autres grandes villes. Alors, question : est-ce utile de s'équiper ainsi ? La réponse de notre médecin du sport, Yannick Guillodo.

C’est une excellente question et elle mérite effectivement que l’on s’y intéresse.

Tout le monde le sait de nos jours, la pollution urbaine est une réalité notamment dans les grandes villes « riches » en voitures. Je ne suis pas un spécialiste de la qualité de l’air mais le dioxyde de soufre, les particules en suspension, les oxydes d’azote, l’ozone,  le monoxyde de carbone, les composés organiques volatiles  … sont des éléments importants à prendre en compte pour la santé des citadins.

De plus,  chez le sportif, ces éléments deviennent encore plus sérieux.
En effet, lorsque l’on fait du sport, on augmente la fréquence respiratoire (on augmente donc, au total, la quantité d’air ventilé), on respire plus souvent par la bouche (le nez est le premier « filtre » naturel du corps humain) et enfin la vitesse « d’arrivée » aux alvéoles pulmonaires est accélérée.

On comprend alors facilement que le sportif augmente le risque de  « respirer plus d’air pollué » que le sédentaire (le conducteur de voiture).

Le sport est le meilleur médicament du monde et il ne faut pas sortir de cette vérité. Mais la pratique urbaine est, médicalement parlant, plus à risque que la course nature, par la différence de la qualité de l’air.

Alors que faire ?

  • Continuer à faire du sport, à courir, même sur les trottoirs des grandes villes : oui
  • Porter un masque pour diminuer le risque de ventiler un air moins pur : pourquoi pas. Mais un véritable masque, filtrant, n’est absolument pas adapté à la pratique sportive. Je vous conseille un simple masque protecteur, fin et léger, qui ne vous entraine aucune gêne à la ventilation. C’est probablement mieux que rien …

7 réaction à cet article

  1. Bonjour,

    Je suis surpris qu’aucun commentaire n’ait été fait suite à ce poste.
    La réponse à la question est fournie en 3 lignes sans argument.

    Sachant que ces masques sont utilisés par les cyclistes depuis plus d’une dizaine d’année et je rappelle que le vélo est un sport.

    Plusieurs études montrent ces risques: http://www.maxisciences.com/course-%E0-pied/pollution-de-l-039-air-courir-en-ville-serait-mauvais-pour-le-cerveau_art27959.html je ne suis pas scientifique, mais cela me semble de bon sens.

    Je vais donc continuer à chercher des informations et des retours d’utilisateurs un peu plus avertis.

    Répondre
  2. Bonjour,

    Nous avons réalisé une étude comparative des masques anti-pollution. Le besoin est très simple, plus que le marathon, nous nous interessons au masque pour les déplacements musculaires du quotidiens, typiquement le trajet domicile-travail en vélo.

    Vous trouverez le résultat du benchmark sur l’URL suivante : http://wp.me/p63VtP-e

    N’hesitez pas à nous dire ce que vous en pensez!

    Répondre
  3. Bonjour,

    Tout à fait d’accord avec Emeric. Vous intitulez votre article « Faut-il porter un masque pour courir en milieu urbain ? » et la conclusion est « C’est probablement mieux que rien… ».
    J’aime beaucoup ce « probablement » qui ne fait que souligner le fait que vous n’avez pas suffisamment étudié la question pour apporter une quelconque réponse argumentée.
    Soit, vous avez fait une étude comparative des masques anti-pollution. Et c’est tout à fait dans votre rôle de vendeur de matériel que de connaître ce que vous vendez.
    Mais, épargnez-nous (et épargnez-vous la peine) ces rédactionnels pour poser des questions (intéressantes) sans rien apporter.

    Répondre
  4. Bonjour
    Nous ne vendons pas de masque anti-pollution.

    Ce un post a été publié par un médecin du sport qui a écrit cet article en tenant compte de ses connaissances, de ce qu’il avait pu trouver dans le milieu médical et dans les revues scientifiques. « Probablement » signifie qu’aux moments où il a écrit cet article qui date de 2012, il n’y avait pas dans le milieu médical d’études permettant de valider ou d’invalider le port du masque. De fait il a conclu avec une opinion personnelle en disant qu’il pensait que c’était toujours mieux que rien.

    D’autre part;, des chercheurs de qui collaborent avec la rédaction sont en train de faire le point sur les différentes études publiées. Un article sera publié prochainement afin de mettre à jour ce sujet.

    Cordialement

    Répondre
  5. Je ne trouve aucun élément à ce sujet, mais courir en milieu rural est encore plus dangereux qu’en milieu urbain, quand on habite dans une zone de grandes cultures. C’est effrayant, mais c’est ainsi : quand on réside en pleine campagne, on ne peut pas sortir de chez soi.
    Je suis passée d’une banlieue parisienne ultra polluée (trafic automobile, incinérateur) à la pleine campagne (aspergée de pesticides toute l’année).
    Dans le premier cas, j’avais trouvé une « solution » : je courais tôt le matin (en partant entre 5 et 7 heures du matin), avant que le trafic ne soit trop dense. À vélo, je partais en soirée (faire des courses par exemple).

    Maintenant que je suis à la campagne, il n’y a plus aucune solution : si aucun traitement n’est en cours, les traitements de la veille, des jours passés continuent pendant des jours de rendre l’air ultratoxique. Chaque fois que l’on sort, la santé est un peu plus gâtée. Les épandages ne s’arrêtent JAMAIS. Il n’y a aucune trêve.

    Ma question est : existe-t-il un maque que l’on peut porter pour se protéger en partie de l’air saturé de pesticides lorsque l’on court à la campagne (pour le vélo, c’est bienvenu aussi) ?

    Répondre

Réagissez