Appuis, semelles, minimalisme : les réponses d’un podologue

Interrogé à plusieurs reprises par des coureurs et traileurs sur la protection et le soin de leurs pieds, Sébastien Chaigneau a choisi de s’adresser à la personne qui fabrique ses semelles. Interview de Sébastien Henri, podologue du sport et traileur.

Eco Trail Paris 2012 50 km Versailles


Lepape-info : Quelle est l’importance de la qualité de la pose de pieds pour un coureur et un sportif en général ?

Sébastien Henri :
Il faut d’abord prendre en compte que le pied est le relais entre le sol et le reste du corps. De part sa constitution biomécanique, il a un double rôle fondamental. Le premier est de capter les variations du sol ainsi que ses différentes positions (pronation, supination, éversion). Le second, c’est le contrôle et le maintien de toute la posture du corps. En résumé : il est à la fois capteur et effecteur.
Pour un sportif, il est important d’avoir un équilibre d’appuis, que ce soit pour réaliser un geste sportif précis, ou un geste répétitif.
Dans le cas du coureur à pied, les appuis sont très importants. Le caractère répétitif de la foulée engendre une dégradation automatique de la qualité des appuis. Plus le pied est équilibré, meilleure sera la foulée.

Lepape-info : Quels sont les signes annonciateurs d’un besoin d’une visite chez un podologue ?
S.H. :
Les raisons les plus courantes de consultation sont une douleur persistante pendant la course (ex : tendon d’Achille), l’usure anormale des chaussures de running, une mauvaise qualité de foulée, une faible qualité d’appuis (ex : entorse à répétition) ou encore une douleur persistante d’après course (ex douleur articulaire).

Lepape-info : Faut-il absolument porter des semelles ? Quelle adaptation nécessitent-elles ?
S.H. : Il ne faut pas prendre le port de semelles orthopédique à la légère. Il s’agit d’un acte médical, après un bilan podologique précis et complet, le podologue décide de la conception des semelles. Les semelles fabriquées par le podologue sont complètements différentes de celles des magasins de running.
Le port de semelles peut être préventif. Dans ce cas, les semelles agiront sur l’équilibre du pied, en prévention d’éventuels troubles statiques du pied. C’est une sorte d’assurance de la qualité des appuis. Le port de semelle peut aussi être curatif, pour traiter différents types de pathologies : tendinite, syndrome de l’essuie glace, périostite, aponévrose… ainsi que d’autres douleurs liées aux gestes sportifs.
Le port de semelles entraîne la modification de la foulée, des appuis et même des sensations de course. Les appuis étant modifiés, c’est toute la posture qui est adaptée voire corrigée. Le délai d’adaptation varie selon la qualité des semelles.

Lepape-info : Doit-on respecter un processus avant de consulter un podologue ?
S.H. :
Vous pouvez obtenir un rendez-vous soitsur prescription médicale, de la part d’un spécialiste ou d’un médecin généraliste ou sportif. Soit en contactant directement un podologue pour établir un bilan podologique et discuter du port des semelles.
Je vous conseille le bouche à oreille. Les podologues « spécialisés course à pied » sont rares. Et ceux pour les « ultra-runners » encore plus rares.

Lepape-info : Quel est votre avis sur la mode du barefoot et ses conséquences ? Doit-on prendre des précautions avant de passer à un drop proche de zéro ?
S.H. :
Je pense qu’il s’agit à la fois d’un coup marketing énorme, et d’une vraie envie de retour à la sensation d’appuis. C’est une chose positive pour l’évolution de notre sport. Et s’il faut passer par le minimalisme pour faire comprendre l’importance des appuis, je suis d’accord.
Mais le passage d’une chaussure classique à une chaussure minimaliste avec un drop proche de zéro ne se fait pas sans adaptations. Ces adaptations sont longues et soumises à un travail musculaire important. Le travail du pied est primordial, les exercices de polymétrie avec renforcement de la stature sont nécessaires. La proprioception doit être travaillée.
Tout coureur qui a de bons appuis de base ou des appuis corrigés est capable de faire le saut du minimalisme. Mais il ne faut pas brûler les étapes car il est très facile de se blesser. Il faut progresser à la sensation et non à la contrainte de l’exercice.
De nombreux coureurs viennent au trail par la porte du minimalisme. Je vous conseille dans un premier temps de faire le point sur vos appuis, ensuite avec beaucoup d’engagement,vous pourrez courir avec des chaussures apportant d’énormes sensations.

Le site de Sébastien Henri : www.podologie-henri.com

6 réaction à cet article

  1. bonjour ,

    Suite a une tendinite quadricipitale a droite ,je suis alle voir mon medecin qui m’as demande un bilan podologique .
    je pencherais a gauche ,j’aurais un pied supinateur et l’autre pronateur ,donc des semelles sportives ,ainsi que pour mes chaussures de ville ,Je l’ai depuis environ quinze jours ,par contre je viens de reprendre la course a pied j’ai couru une demi heure (jogging).
    Pas de douleurs ,pas contre je marche beaucoup a mon travail , 4 jours apres j’ai une douleur au matin .
    Comment faut il gere par rapport a la douleur ,ainsi que le programme pour reprendre tranquillement .

    merci

    Répondre
  2. Il y a 2ans j’avais une tendinite au tendon d’achile que je n’arrivais pas à la soigner malgré du repos et beaucoup beaucoup de soins…..resultat quasi 1 année de complétion de perdue……
    J’avais fait une visite chez le podologue et le mec m’avait dit d’essayer de courir pied nu sur mon tapis de course pendant 3 semaines……..resultat je n’avais plus aucune douleur au tendon belliqueux…..je retourne le voir et là il me dit  » basket sans aucun amorti » donc je suis passé au minimalime et depuis plus aucun douleur…..je cours tous les jours et je ne me suis encore jamais blessé…..
    les sensations n’ont rien à voir avec une paire de basket , par exemple il est quasi impossible de se tordre la cheville avec une paire de basket mini…
    aussi le pied s’est musclé de lui même tous comme les mollets qui jouent leur rolent d’amortisseur……
    un conseil, minimalisme à tout prix et arrêter avec les baskets sur amorti!!!!!

    Répondre
    • Bonjour, moi, ça fait 20 ans que je cours avec des semelles ce qui ne m’a jamais apporté de solution pour mes blessures à répétition.
      Je pense passer au minimalisme au printemps prochain.

      Répondre
  3. Bonjour,

    Avez-vous une idée de la distance à partir de laquelle on peut changer sa paire de chaussures pour éviter les blessures ? On s’habitue assez facilement à la perte d’amorti et malheureusement l’apparition des douleurs est un signe annonciateur. Je pense que l’on s’en préoccupe à partir de 500 km (Asics – Kayano). Qu’en pensez- vous ?
    Merci pour votre article

    Répondre
    • La réponse d’Hubert Rocher, chirurgien du pied, Institut Aquitain du Pied, PESSAC (33)

      Si les chaussures sont de qualité, je conseille de les changer tous les 800 km.
      Mais cela est une moyenne, tout dépend aussi du poids de la personne et de la chaussure (type), des surfaces de course. Il faut aussi tenir compte des problèmes orthopédiques sus-jacents (varus, valgus, torsion externe etc) qui provoquent une usure prématurée au niveau de la semelle et du contrefort postérieur.

      La qualité de l’entretien des chaussures doit aussi être pris en compte, tout comme le nombre de fois où la chaussure a été utilisée par temps de pluie, dans la boue, bref dans des conditions qui l’abime un peu plus vite.
      On tiendra aussi compte des lavages et du stockage (oui même lorsque la chaussure est non utilisée elle s’use !)

      Comme vous le voyez la réponse n’est pas simple mais la base de 800 km est certainement la moyenne la plus juste.

      Cordialement

      Répondre
  4. bonjour
    je suis aide soignant et je parcours ainsi que mes collègues environ 10 km par jour sur un sol lisse et dur se qui représente environ 2850 km an ,et je cherche des state médical , usure chaussure pour appuyer mon plaidoyer auprès de mon employeur afin d’avoir une paire de chaussure en dotation au moins une fois l’an
    merci marchcordialement

    Répondre

Réagissez