Douleur soudaine malléole externe

Cheville douloureuse

Bonjour,

Actuellement en phase de préparation du Grand Trail des Templiers (73km et 3400D+ le 26 octobre 2014), je ressens une douleur au niveau de l’os de la malléole externe. J’ai 33 ans, je pratique la course à pieds depuis quelques années et de manière plus « intensive » depuis un an.

Cette douleur est apparue il y a 6 jours en descendant un trottoir. Peu intense à l’origine, j’ai participé à un trail de préparation de 43 km les jours suivants (en 4h10) en pensant que cette gêne était probablement liée à un stress post-compétition ou à une piqûre (cheville un peu enflée et avec une rougeur au niveau de la malléole). Depuis, la douleur est plus intense et perceptible à la marche.

Je suspecte (à tort je l’espère), une fracture de fatigue…
J’essaye pourtant d’augmenter progressivement le nombre et la qualité de mes séances. Je ne cours « que » 3 à 4 fois par semaine en laissant toujours un jour de repos après une séance de qualité. Je croise mes entraînements avec du vélo et de l’aquajogging. Je fais attention à bien m’hydrater et manger équilibré…

Seul élément marquant, j’ai retiré mes semelles orthopédiques il y a 3 mois à la suite d’une sciatalgie et de douleurs récurrentes au pyramidal. Ces orthèses m’avaient été prescrites car j’ai les pieds creux et une inégalité des membres inférieurs (comme presque tout le monde, il me semble…)

J’ai bien sûr pris un rdv avec un médecin du sport pour confirmer le diagnostic, mais je n’ai pas de rdv avant 10 jours.

Partagez vous mon diagnostic? Puis-je continuer à faire du vélo et de l’aquajogging en attendant mon rdv? Ma participation aux Templiers est-elle compromise? Et surtout comment éviter que cela ne se reproduise?

Merci d’avance de l’attention que vous porterez à mon questionnement.

Sportivement

Une réponse à la question

  1. Il faut savoir raison garder !

    Mon conseil : ne pas participer à cette course car vous risquez d’aggraver votre mal et de perdre de nombreuses semaines et peut être des mois. Cette douleur est peut être la conséquence d’un trait de fracture de fatigue. Pour avoir un diagnostic précis, il faut consulter un médecin de sport qui vous fera faire tous les examens nécessaires (radio, scientigraphie …).
    Ne pas prendre le départ d’une course n’est pas dramatique il ya en des milliers d’autres . Votre fierté et détermination ne doit pas mettre votre intégrité physique.

    Répondre
    • Bonjour,

      suite aux divers examens (radiographie, échographie), il semblerait que ce soit une lésion du ligament tibio fibulaire antérieur, consécutif à une entorse survenue avant mon trail de 45 km. En effet, ma cheville avait « tournée » lors d’un entrainement 10 jours avant la course. Par précaution, j’avais donc coupé la course à pieds jusqu’au trail, en pensant que cette épisode était passé.

      Je suis rassuré que ce ne soit pas une fracture de fatigue, car j’avais essayé d’éviter au maximum ce type de blessure.

      Concernant cette entorse, un kiné m’a posé un strapp (à renouveler 3 fois tous les 3-4 jours) afin de pouvoir reprendre le vélo dans un premier temps, puis la course à pieds si pas de douleurs.

      J’envisage de privilégier les sports « portés » dans cette fin de préparation (vélo, elliptique, aquajogging) et espère donc toujours pouvoir participer aux Templiers.

      Pensez vous que ce programme est « raisonnable » et compatible avec ma blessure, ou que je mets en danger mon intégrité physique?

      Je n’envisage pas de participer à tous prix à ce trail, (même si cela fait plus de 8 mois que j’oriente ma préparation pour boucler mon premier « ultra »), mais s’il existe une chance d’y participer, je souhaite la saisir…

      Encore une fois, merci de votre réponse.

      Sportivement

      Répondre
  2. Réponse à mickael

    A 1 mois de l’échéance votre approche est bonne. Faire un travail non spécifique (Vélo, elliptique, aquajogging ou natation) devrait vous donner les bases cardio-respiratoires suffisantes ainsi une bonne condition musculaire générale pour appréhender votre course et vous permettre d’en prendre le départ.
    2 conseils néanmoins :
    • Poursuivre un travail de kiné.
    • Ne pas chercher à courir au moins les 15 prochains jours
    • Lors de vos entraînements non spécifiques, arrêtez si la douleur apparaît
    • Lors de la reprise de la course à pied, reprendre avec un volume limité et si cela va augmentez progressivement.
    • A J-7 testez véritablement votre cheville pour décider de la suite :
    o 2 options :
     douleur trop tenace et donc en conséquence pas de course
     quasiment plus de douleur et course possible. Dans cette configuration, ne cherchez pas à rattraper le temps perdu mais poursuivez sur le même modèle d’entraînement en restant prudent (alternance course et sports portés)

    Bon courage

    Répondre
  3. Merci pour vos conseils!

    Répondre
  4. Une douleur est apparue brusquement après une nuit de repos. Dès que je pose mon pied gauche au sol, une forte douleur se fait ressentir à l`arrière de la malléole gauche; une douleur tellement forte qui me porte à claudiquer. Aussitôt que je m`assois, la douleur disparaît. Que puis-je penser de cet état si subit? Que puis-je faire pour faire disparaître ceci? Merci

    Répondre

Réagissez