« Pourquoi il ne faut PAS boire un jus de citron dans de l’eau chaude tous les matins »

Boire un jus de citron dans de l'eau chaude tous les matins pour rester en bonne santé est une idée largement répandue. Alors bien ou pas le cocktail citron/eau chaude à jeun tous les matins ? Pas si sûr... Explications avec Corinne Peirano, diététicienne-nutritionniste.

citron citron
  • 7 idées reçues et donc 7 bonnes raisons de ne pas boire du jus de citron dans de l’eau chaude tous les matins :

1. Eau chaude et citron : un bon mélange ? Non ! Le citron est un agrume riche en vitamine C (53 mg/100 g). Cette dernière est cependant thermosensible, elle ne résiste pas à la chaleur. Lorsque vous utilisez de l’eau chaude pour diluer votre jus de citron, vous détruisez sa vitamine C et perdez en partie le bénéfice santé de celui-­ci (valable pour le thé citron également).

2. Il favorise le péristaltisme intestinal. En réalité, toute boisson chaude stagne dans l’estomac pour y être refroidie avant d’être assimilée. On note par ailleurs des cancers de l’estomac et de l’œsophage liés à la consommation de breuvages très chauds : la chaleur agressant la muqueuse du système digestif. En résumé, si boire chaud est réchauffant, boire brûlant est contre indiqué. D’autre part, la pulpe (qui contient des fibres en faveur d’un bon transit) a quasi disparue quand on boit un jus de citron.

3. Le citron est un acide alcalinisant. Un contresens si l’on ne pousse pas l’explication. En effet, un aliment acide ou basique passe par l’estomac qui est lui-même un milieu acide (acide chlorhydrique). Ce qu’il faut retenir ici, c’est le terme acide. Le pH du citron (2 à 2,5) peut le rendre très agressif pour les muqueuses de votre bouche, de votre œsophage et de votre estomac et contre-­indiqué en cas d’état inflammatoire (œsophagite, reflux, ulcère…).

4. Il est acide et donc bactéricide en bouche. Le citron est acide, comme tout agrume, mais notez que son pH (2 à 2,5) fragilise surtout l’émail de vos dents en cas d’abus.

5. Il est bon pour mon foie. Ce n’est pas le jus mais les huiles essentielles de la pelure du citron (et donc son limonène) qui aident à la digestion. En revanche, sa vitamine C qui se conjugue avec l’enzyme glutathion-peroxydase (du foie) en fait un bon détoxifiant. Nouvel argument en faveur de cette dernière qui explique aussi pourquoi il ne faut pas utiliser de l’eau chaude.

6. Il protège contre les calculs ? En principe, les citrates du citron sont protecteurs mais en cas de sensibilité, le citron peut contribuer à une cristallurie par hypercitraturie et donc une présence de cristaux dans les urines, par l’entretien d’un terrain trop alcalin et favorable à la formation de calculs (cas rares mais avérés).

7. Enfin, on a pu lire qu’il faisait maigrir… Là c’est pousser mémé dans les orties quand même (pauvrette !).

  • 7 bonnes raisons d’utiliser à table du jus de citron :

1. Sa densité nutritionnelle est élevée : avec 89 % d’eau, il contient 26 kcal/100g, quasi pas de lipides, très peu de protéines et de glucides. En revanche, il est riche en vitamine C (53 mg/100 g) tout comme l’orange mais moins que le pamplemousse (76 mg) ou que le kiwi (92 mg). Sa vitamine C renforce le tissu de soutien (collagène) et protège tendons, ligaments et cartilage (pensez-­y amis sportifs).

2. Ses antioxydants : citro-­bioflavonoïdes (hespéridine, rutine…) comme sa vitamine C sont protecteurs des petits vaisseaux sanguins.

3. Ses acides organiques (citrique, malique, caféique, férulique etc.) en se liant aux bicarbonates produits lors de la digestion (sucs pancréatiques) et autres métaux alcalins du corps (potassium, calcium) contribuent à réguler l’équilibre acido­basique.

4. Sa vitamine C (acide ascorbique) est antioxydante. Elle vous protège contre la formation de radicaux libres (fumeurs, exposition au soleil, sportifs…). Utilisez également le jus de citron pour limiter le brunissement des crudités (légumes et fruits).

5. Sa vitamine C (acide ascorbique) augmente l’absorption du fer végétal et animal au cours d’un repas.

6. Le jus de citron est désaltérant. On peut profiter de quelques gouttes de citron dans de l’eau (température 15 °C) pour se rafraîchir en été.

7. Enfin, c’est un antiseptique naturel grâce à l’action de ses flavonoïdes (antioxydants).

En résumé, quelques gouttes de jus de citron sont plutôt bénéfiques pour la santé. Mais le jus de citron n’a rien de miraculeux. Sachez simplement bien l’utiliser pour éviter un contre-emploi !

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

15 réaction à cet article

  1. Bonjour,très pertinente votre analyse,car étant adepte du jus de citron depuis 15 ans chaque matin!!j’en reste bouche bée.Sur quelle analyse vous basez vous? Avez vous fait les mêmes analyses avec de l’eau tiède ou froide? Merci pour votre réponse.
    Cordialement

    Rémi

    Répondre
    • Ca ne repose évidemment sur rien…. C’est ce qu’on appelle « pousser mémé dans une barrique de citrons » cet article :-) (on adore la force de l’argumentaire SIC)

      Que celui qui aime le jus de citron se fasse plaisir… Il n’y a aucune contre indication…. Vous l’aimez dans de l’eau chaude? Eh bien allez y…. Contrairement au titre de ce post qui se veut faussement accrocheur pour ne rien dire de tel ensuite (re-SIC)

      Répondre
      • Cher Confrere,

        Voici quelques References:

        McGuffin M, Hobbs C, Upton R, Goldberg A, eds. American Herbal Products Association’s Botanical Safety Handbook. Boca Raton, FL: CRC Press, LLC 1997.

        Electronic Code of Federal Regulations. Title 21. Part 182 — Substances Generally Recognized As Safe. Available at: http://ecfr.gpoaccess.gov/cgi/t/text/text-idx?c=ecfr&sid= 786bafc6f6343634fbf79fcdca7061e1&rgn=div5&view= text&node=21:3.0.1.1.13&idno=21

        Moufida S, Marzouk B. Biochemical characterization of blood orange, sweet orange, lemon, bergamot and bitter orange. Phytochemistry 2003;62:1283-9. View abstract.

        Naganuma M, Hirose S, Nakayama Y, et al. A study of the phototoxicity of lemon oil. Arch Dermatol Res 1985;278:31-6. . View abstract.

        Vitetta L, Thomsen M, Sali A. Black cohosh and other herbal remedies associated with acute hepatitis. Med J Aust 2003;178:411-2.. View abstract.

        Williams HL Jr. Eriodictyol glycoside in meniere’s disease. Trans Am Acad Ophthalmol Otolaryngol 1964;68:45-59. View abstract.

        Williams HL, Maher FT, Corbin KB, et al. Eriodictyol glycoside in the treatment of meni’ere’s disease. Ann Otol Rhinol Laryngol 1963;72:1082-101. View abstract.

        Seltzer MA, Low RK, McDonald M, et al. Dietary manipulation with lemonade to treat hypocitraturic calcium nephrolithiasis. J Urol 1996;156:907-9. View abstract.

        Odvina CV. Comparative value of orange juice versus lemonade in reducing stone-forming risk. Clin J Am Soc Nephrol 2006;1:1269-74.

        Miyake Y, Murakami A, Sugiyama Y, et al. Identification of coumarins from lemon fruit (Citrus limon) as inhibitors of in vitro tumor promotion and superoxide and nitric oxide generation. J Agric Food Chem 1999;47:3151-7. View abstract.

        Ceccarelli I, Lariviere WR, Fiorenzani P, et al. Effects of long-term exposure of lemon essential oil odor on behavioral, hormonal and neuronal parameters in male and female rats. Brain Res 2004;1001:78-86. View abstract.

        Bear WL, Teel RW. Effects of citrus flavonoids on the mutagenicity of heterocyclic amines and on cytochrome P450 1A2 activity. Anticancer Res 2000;20:3609-14. View abstract.

        Bear WL, Teel RW. Effects of citrus phytochemicals on liver and lung cytochrome P450 activity and on the in vitro metabolism of the tobacco specific nitrosamine NNK. Anticancer Res 2000;20:3323-30. View abstract.

        Bernhard RA. Occurrence of coumarin analogues in lemon juice. Nature 1958;4643:1171. View abstract.

        Ranganna S, Govindarajan VS, Ramana KV. Citrus fruits. Part II. Chemistry, technology, and quality evaluation. B. Technology. Critical Rev Food Sci Nutr 1983;19:1-98. View abstract.

        Ranganna S, Govindarajan VS, Ramana KV. Citrus fruits. Part II. Chemistry, technology, and quality evaluation. A. Chemistry. Critical Rev Food Sci Nutr 1983;19:313-86. View abstract.

        Miyake Y, Yamamoto K, Tsujihara N, Osawa T. Protective effects of lemon flavonoids on oxidative stress in diabetic rats. Lipids 1998;33:689-95. View abstract.

        Répondre
  2. Merci !!! Hyper instructif !

    Répondre
  3. Bonjour Gé, bonjour Rémi
    Merci pour vos sympathiques commentaires ! Merci de nous lire également.

    Rémi, la stabilité de l’acide ascorbique (vit C) étant fragile, il vaut mieux prendre des précautions d’usage quand on consomme les aliments à teneur élevée en vitamine C. Pour les jus de fruits ou de légumes, utilisation de l’eau fraîche ou température ambiante et consommation express.

    Bien cordialement,
    Corinne Peirano diététicienne-nutritionniste sport & santé

    Répondre
  4. Bonjour, moi, j’aime le jus de citron pur. Le citron garde t’il toutes ses vitamines dans ce cas ?

    Répondre
  5. Je ne peux faire des commentaires scientifiques sur cet article par ce que j’ai pas la compétence necessaire pour le faire. Cependant en tant personne ayant fait l’experience avec le jus de citron à l’eau tiède, permettez moi de dire que les resultats ont été bons pour moi.

    Répondre
  6. Ouf, enfin un mot sensé !!! Moi qui refusais de boire cette horreur depuis un temps, alors qu’on m’incitait à le faire pour… diminuer l’inflammation améliorer… perdre… retrouver…

    Beurk, beurk et rebeurk…

    Encore une fois, merci !!!

    Répondre
  7. Article completement discrédite par la totale absence de sources/ etudes verifiables
    et ca aimerait que le commun des mortels avalent ces fadaises comme si la nutrition scientifique etait au meme niveau que la diététique.

    On vit dans un monde de bigmac, kinder bueno, pesticides et compagnie, ce n’est certainement pas un bon citron bio a consommer quotidiennement qui nous serait mauvais pour la sante ! – « Le pape – info » > parce qu’aussi dogmatique que lui ?

    Répondre
  8. Bonjour
    j’ ai un serieux doute sur votre argumentation, car je ne sais comment pas quelle quantité vous mettrez dans le jus d’un citron pour avoir un PH de 2 ou 3 ?
    Sachez qu ‘un citron contient environ 3, 85 % d’acide citrique …
    J’ attends une réponse et je pense qu’ elle viendra car vous êtes sérieux !
    merci

    Répondre
  9. Le jus de citron à un pH entre 2 et 3, il est donc très avide pur, moins dilué mais acide quand même. Vous ne parlez pas du risque pour les terrains qui n’assimilent pas les acides légers car ne compensent pas bien (tampons) et donc s’acidufient encore plus et de déminéralisent. Voir ref. Christopher Vasey naturopathe spécialiste. Sinon je valide toutes les infos qu’on ne lit que trop rarement ! Mais il est vrai que les refs appuient…

    Répondre
  10. Les points cités sont très pertinents et vont à l’encontre des idées reçues, je ne manquerais pas de partager ces informations censées.

    Répondre
  11. Il y a qqc que je ne pige pas…Notre corps n est il pas à 37 degré? On detruirait donc autant les vitamines que dans de l eau tiède non?

    Répondre
  12. Une donnée oubliée qui à mon sens a son importance : l’indice de pral du jus de citron : -2,44. C’est donc un aliment alcalin et non acide.

    Répondre
  13. BONJOUR, depuis toute petite, j’ai tendance à être très sensible aux ingrédients contenus dans l’alimentation – exemple : je ne mange que du pain rassis : le pain frais me donne du pyrosis ; j’évalue la bonne qualité d’un aliment acheté en grande surface (pain de mie, gateaux secs, etc .. )à la survenue ou non du pyrosis ; je ne peux boire du café à midi car sinon j’ai l’estomac qui me fait mal ; à 38 ans, j’ai bu 1 L de coca-cola tous les jours : au bout d’un mois, j’ai dû me soigner pour ulcère grave de l’estomac et les médicament donnés n’avaient plus d’effet au bout d’u mois ; à 70 ans, je ne bois au maximum que deux-trois verres par semaine sinon j’ai mal à l’estomac – à signaler : j’ai un terrain acide depuis plus de 60 ans – exemple, à 6 ans, j’avais des crises de colibaccillose au moins trois-quatre fois tous les étés. ; j’en conclus que nous naissons tous différents les uns des autres et si l’excès d’or dans le sang m’a protégé de la polyarthrite rhymatoide, je suis par contre très sensible aux germes, bactéries, microbes, virus (quand j’ai la grippe, je tousse pendant un mois entier) : je suis donc obligée de faire très attention à ma santé tout ça parce que j’ai très peu d’argent dans le sang – voilà ce que je peux vous dire si cela peut aider quelqu’un -

    Répondre

Réagissez