Les aliments pro-inflammatoires vous attaquent !

Article écrit par Amélie Fosse (Diététicienne et Coach Sportif)

Quels sont les aliments pro-inflammatoires à supprimer ? Les précisions de notre diététicienne et coach sportif.

Les aliments pro-inflammatoires vous attaquent !

Qu’est-ce qu’une inflammation ?

 

Une inflammation est un ensemble de réactions générées par le corps en réponse à une agression interne ou externe (infection, traumatisme, frottements, brûlure…). C’est un processus de défense. Toute douleur a pour origine une inflammation. Leurs conséquences peuvent aller de la tendinite au cancer. Certains spécialistes pensent même qu’elle pourrait être à l’origine d’état dépressif.

 

Le plus dangereux est de laisser s’installer l’inflammation. Lorsqu’elle devient chronique il est difficile de s’en débarrasser. La tendinite en est le parfait exemple. Méfiez-vous, parfois l’inflammation peut être profonde, discrète et généralisée à tout le corps. Elle accélère le vieillissement et la dégradation des cellules. C’est un assassin silencieux.  

L’ancrage d’une inflammation prend appui dans notre mode de vie. Prenons l’exemple d’une tendinite récidivante : si d’une part vous mettez en place un ensemble d’actions anti-inflammatoires (glace, soins, compléments, alimentation…) sans d’autre part supprimer tous les facteurs pro-inflammatoires (stress, polluants, aliments) c’est un coup d’épée dans l’eau !

 

 

Quels sont les aliments pro-inflammatoires à supprimer ?

 

Pour tout le monde

 

  • Les produits transformés

 

Dans ces produits les facteurs inflammatoires sont multiples :

 

  • Matière première bas de gamme riche en polluants (pesticides)
  • Ajout d’additifs pour obtenir le produit souhaité : conservateurs, édulcorants, épaississants, correcteur d’acidité…
  • Index Glycémique souvent très élevé
  • Oméga 6 en excès
  • Acides gras transformés

 

 

Liste, non-exhaustive, des produits concernés :

Plats préparés surgelé ou en boite (Hachi Parmentier, couscous, ravioli, cassoulet…), légumes préparés en boite ou surgelés (provençales…), pâtisseries, biscuits, charcuteries sous vide, oléagineux salés/grillés, steak végétaux industriels, jus de fruits industriels…

 

 

 

  • Le sucre et les glucides à index glycémique élevés

 

Ils provoquent une hausse spectaculaire du glucose dans le sang qui est pro-inflammatoire.

 

Liste, non-exhaustive, des aliments et produits concernés :

Les aliments raffinés : pain blanc, riz blanc, pâte blanche, farine blanche

Index glycémique élevé : pomme de terre, farine de blé,

Produits sucré et industriel : Galette de riz soufflé, céréales pour petit déjeuner, compote industriel, jus de fruits (100% fruits ou nectar), desserts, pâtisseries, barres chocolatées, bonbons, pain de mie blanc/complet/céréales, biscottes, crème laitière, flan, yaourt aromatisé (fruits, chocolat…), riz au lait, sucre.  

 

 

  • L’excès de produits venant des animaux 
  • Polluants dans la chair animal (pesticides, métaux lourds)
  • Excès d’oméga 6
  • Indice de Pral très élevé, révèle que l’aliment est acidifiant pour l’organisme.
  • Une consommation excessive d’animaux peut être à l’origine d’un excès de fer dans le sang ayant une action pro-inflammatoire. D’ailleurs, toutes les personnes souffrant d’hémochromatose devrait réduire leur consommation animale.

 

 

On constate actuellement que la consommation d’animaux (viande, poisson, charcuterie) est excessive. La population en consomme en moyenne 2 fois par jour (midi et soir).  

La consommation de viande ne devrait pas excéder plus de 10% du bol alimentaire. Consommer plutôt du poisson mais sans excès. Les protéines végétales sont à tort négligées alors que la conjugaison céréales et légumineuses garantie une bonne couverture en protéines et en acides aminés essentiels.

 

Pour les personnes sensibles

Toutes les personnes présentant un ou plusieurs de ces symptômes sont susceptibles d’être concernés :

  • Trouble de l’immunité : terrain allergique (aliments, pollen, graminées…), rhinites allergiques (éternuement incontrôlé), faible immunité (rhumes, angines, maladies à répétition…)
  • Terrain inflammatoire : tendinites, arthrose, cancer
  • Problèmes de peau : psoriasis, acné,
  • troubles intestinaux : côlon irritable, diarrhées, constipation, digestion difficile…

 

Pour ces personnes il faut supprimer ou limiter fortement les allergènes majeurs c’est-à-dire : protéine de lait, protéine de blé (gluten), arachides.

 

 

  • Les produits laitiers

 

Aliments concernés : laits, yaourts, fromages, crème fraiche, beurre, spécialités laitières.

Conseil : Optez plutôt pour du fromage de chèvre ou de brebis. Les petits animaux sont moins soumis aux conditions d’élevage intensif.

 

 

  • Le gluten

 

Aliments concerné : farine de blé, pâtes, pain, pâtes à pizza/à quiche/à tarte, biscottes, brioche, semoule, boulghour, snacks salés, bière, crêpes, gâteaux et pâtisseries.

Le gluten est un puissant agent collant. Il est très utilisé par l’industrie agro-alimentaire pour ses propriétés, c’est pour cela que l’on retrouve dans beaucoup de produits transformés notamment la charcuterie. Regardez au dos des produits pour connaitre la liste des ingrédients.

 

« Que ton aliment soit ta première médecine » Hippocrate

 

Amélie Fosse

 

13 réaction à cet article

  1. Lol… y a tout dans la liste.
    On va pouvoir mourir de faim tranquillement

    Répondre
  2. Tout ? Non, il est tout à fait possible de consommer des fruits et légumes non industriels et locaux, du riz complet, consommer de façon plus modérée de la viande locale produite de façon raisonnée et non achetée sous vide, idem pour le poisson, il est également possible de fabriquer soi-même ses jus (fruits et/ou légumes). L’ensemble reviendra d’ailleurs souvent moins cher qu’en passant par des intermédiaires industriels qui multiplient les marges et vendent des aliments ultra-transformés vides de tout intérêt nutritif.

    Répondre
  3. Alors si tout ses aliments sont a éviter parce qu’il sont inflammatoires ou nossif pour notre corp qu’est ce que on va manger?
    Alors voilà tout ce que vous citez comme alimentation complète comme pain complet riz complet etc… n’est pas gratuit ou a des prix raisonnables!
    Un vrai problème qui se pose!!
    D’un côté tout ce que la majorité des gens mangent aujourd’hui mauvais pour la santé
    de l’autre côté si on va manger sainement notre porte monnaie ne supporte pas
    où est la solution ?

    Répondre
  4. Bonjour, juste merci pour cet article très intéressant. La liste des produits est longue mais je pense qu’on peut y arriver avec un budget raisonnable. Le « produire soi-même » est une bonne solution même si parfois on est tentée par la facilité du déjà prêt! Quand tout le monde aura compri ça et n’achètera plus que du « bon produit », peut-être que les prix des produits bio et/ou issus d’une production raisonnée seront enfin moins chers que les produits traités, modifiés, pollués!

    Répondre
  5. Si le sucre est inflammatoire alors les jus de fruits, même fait maison, le sont aussi, de même que les fruits si on en abuse, donc à part les légumes y’a pas grand chose…

    Répondre
    • Le jus de fruit cause l’inflammation surtout à cause du manque de fibre.. les fibres des fruits permettent une absobtion plus lente des sucres, tendis que le jus de Fruits sous forme liquide envoie directement le sucre dans le sang, se qui n’ st Pas bon.. mais les fruits comme tels ne sont pas à éviter (les baies surtout à priorisé vue leurs fort taux d’antioxydant et riches en minéraux et vitamines)

      Répondre
  6. Non mais fabriquer soi-même, c’est plus sain et (parfois) moins cher. D’accord là-dessus, mais il y a une donnée qui a été enlevée de l’équation, comme par magie : le temps (la plus précieuse ressource de l’être humain, et si ce n’est sa médecine première, au moins la secondaire). A moins d’être rentier, d’être entretenu par le/la conjoint(e), de ne pas avoir d’enfants et/ou de ne pas être emmerdé sans arrêt par telle ou telle administration, ou encore de pouvoir se contenter de 5h de sommeil par jour (j’envie ceux qui en sont capables), je vois assez mal comment fabriquer et les jus de fruits, et les laits végétaux, concevoir les menus équilibrés, gérer l’organisation de l’achat auprès des producteurs (recherche, trajets, budget, etc.) et du stockage des produits frais, passer chaque jour 2 h à 3 h en cuisine + 1 h à la vaisselle. On revient toujours au même problème, manger sain est le luxe d’une petite partie aisée des gens (allez, comme on l’a déjà à moitié nommé : le bobo urbain ou néo-rural) , qui ont le loisir de dédier leur temps à leur personne et qui sans mauvaise arrière pensée s’imaginent que manger sain est une question de volonté. C’est gentil, mais non.
    Après, c’est bien de savoir tout ça, ça aide à naviguer un peu dans tous ces aliments et en éviter le plus possible en fonction de notre cas. L’article est utile, mais certains commentaires,

    Répondre
    • Cher Gregory, j’ai eu un cancer il y a 7 ans, et je mangeais n’importe comment, surtout beaucoup de sucres…. depuis j’ai tout changé radicalement et je vous jure que ce n’est pas financier. Le financier c’est pour le bio ou pas bio, mais arrêter de manger des gateaux, d’acheter des jus de fruit et boire de l’eau à la place, préférer le thé au café, moins acheter de viande mais manger plus de lentilles, vous pensez que ça coute plus cher ? La difficulté c’est d’apprendre le lien entre ce qu’on mange et ce qu’on vit. attention de ne pas faire de catégories. Aujourd’hui avec internet, avec tout ce qu’on sait, chacun peut manger au moins en sachant si ça lui fait du mal ou pas. Quant à la surconsommation de viande, ça coute cher la viande…. mais les gens ne veulent pas lacher par habitude ! Les légumes secs ça coute 10 fois moins cher… :-). Et puis… je connais une famille argentée…. quand je vois ce qu’il y a dans leur frigo, gigot coca tartes alcool beurre et fritures, je peux vous dire qu’ils vivront moins longtemps que le modeste qui fait juste ATTENTION de ne pas surcharger son corps de sucres et de produits transformés. j’espère que vous y arriverez, parce que le cancer, la vie est plus belle après, mais bon, on peut s’en passer… ça vaut d’arreter le coca :-).

      Répondre
  7. D’un côté, il y aurait donc les « pauvres » qui travaillent et sont obligés de manger de la M…., de l’autre les bobos qui auraient les moyens et, n’ayant rien à faire de leur temps (où trouvent-ils leur argent d’ailleurs ? ça m’intéresse) seraient donc libres de faire du fait-maison. C’est quand même assez agaçant qu’il faille toujours catégoriser les choses et les gens, et les opposer. Il y a peut-être d’autres cas de figure, ne pensez-vous pas ?
    Pour ma part, ma fille étant grande, je vis seule maintenant. C’est vrai que ça me donne un peu plus de moyens et un peu plus de temps. Cependant, je travaille toute la semaine et je n’ai pas énormément de temps. Malgré tout, j’ai décidé il y a déjà un bon moment de réduire drastiquement ma consommation de viande. J’achète simplement un bon poulet fermier et bio de temps en temps, et il dure toute la semaine. Mais je peux ne pas manger de viande pendant des semaines (je précise que ce n’est pas par goût car j’ai toujours adoré la viande, mais par dégoût pour l’élevage industriel). Déjà, mon porte-monnaie me dit merci. En revanche, j’achète des légumes bio dans un magasin bio qui travaille avec des producteurs locaux, une fois par semaine. Devinez quoi, il arrive que ces légumes de saison bio soient moins chers qu’en grande surface ! Et non, je ne passe pas des heures devant mes fourneaux. Je cuisine mes légumes simplement. Je rajoute simplement des choses qui les rendent délicieux (champignons de Paris, crème, huile d’olive (pas forcément tout en même temps :) ). Enfin, j’ai arrêté de manger un tas de sucreries depuis bien longtemps. Je trouve d’autres moyens d’apaiser ma gourmandise (avec des fruits et du yaourt que je fais moi même). Enfin bref, tout ça pour dire qu’on peut mettre des choses en place pour changer peu à peu la façon dont on vit, dont on consomme, dont on s’alimente. Ce n’est pas toujours simple mais ce n’est pas impossible. Evidemment, je conçois qu’une femme seule avec trois enfants, habitant en banlieue de Paris et ayant chaque jour 2 ou 3 heures de transport pour se rendre à son travail, ait beaucoup de difficultés à mettre en place ce genre de changement. Mais ce n’est pas non plus la majorité des Français qui se trouvent dans ce cas. La plupart d’entre nous peut changer quelques trucs dans son mode de vie pour manger plus sainement et se dégager du temps pour des choses simples (ne serait-ce qu’en regardant moins la télé ou éteignant les écrans de nos smartphones). Est-ce bobo de vouloir aller vers la simplicité ?

    Répondre
    • BRAVO ! Je fais de même : fruits et légumes de saison achetés chez de jeunes producteurs convertis au bio; certes un peu plus chers mais j’équilibre mon budget avec moins d’achats de viande !

      Répondre
  8. Remercie pour tout ça car moi j’y crois et je sais que tout ce qu’on a ça vient de la nourriture en particulier car on nous empoisonne non on ne va pas mourir de faim il y a plein de bonnes choses seulement il faut savoir lire les étiquettes et bien regarder malheureusement le monde d’aujourd’hui n’est plus pareil que celui d’avant même si je n’ai que 20 ans je pense savoir ce que je dis

    Répondre
    • je suis entièrement d’accord avec toi, on mange de la merde à grands prix, moi j’ai 5O ans, marathonien, et avant on bouffait aussi de la merde pas chère !!. Maintenant tu dois choisir ton alimentation plutôt végétarienne ( attention au soit disant BIO ) .

      Répondre
  9. Bonjour
    J’ai une polyarthrite rhumatoïde je mange anti-inflammatoire mais malheureusement j’arrête pas de perdre du poids 12 kgs que faut il manger pour en reprendre sans que cela soit inflammatoire .
    Merci

    Répondre

Réagissez