De l’œil aux papilles, comment décrypter ce qui pousse à manger toujours plus …

Ce que nous ressentons autour de nous et ce que nous voyons dans l'assiette renvoient des messages au cerveau qui émet alors un jugement sur celle-ci : appétissante ou repoussante ? Notre comportement est en effet conditionné par un ensemble de paramètres qui poussent à manger plus ou manger moins. Explications

table repas restaurant

Environnement et repas

Les ambiances, décors, codes de dressage et arts de la table (couleur des nappes, taille des assiettes …) modulent le comportement du mangeur. Ainsi, pour un même repas, on a constaté que le plaisir de manger était accru dans une ambiance zen où le blanc prédominait, au contraire d’une atmosphère créée par la couleur rouge, perçue davantage comme une source de tensions. De même que l’effet groupe joue un rôle important en ce qui concerne les apports caloriques, la présence des écrans, l’écoute de la radio ou de la musique va avoir un effet significatif sur la consommation des quantités, tant pour les aliments solides que liquides (dont boissons, breuvages et alcools). Ainsi regarder la télévision peut inciter à engloutir sans modération. Tandis que dîner en famille joue parfois un rôle positif pour obtenir l’équilibre alimentaire indispensable à la santé. Autre exemple : acheter en grosses quantités, lors des promotions, coûte moins cher mais pousse également à manger plus.

Les pièges à déjouer

Certains spécialistes en psychologie alimentaire travaillent avec les services marketing pour orienter les réactions face à la forme des produits, d’abord pour inciter à acheter une première fois puis à fidéliser. Ils utilisent des biais de perception, des halos (sortes d’illusions d’optique) pour influencer l’acte d’achat et de consommation récurrente. Ainsi, l’influence chromatique du contenant ou de l’aliment lui-même fait l’objet de sérieuses recherches. Il a été démontré qu’une eau aromatisée était considérée plus sucrée lorsqu’elle était teintée de rouge, qu’un aliment était perçu plus sucré lorsqu’il était dégusté avec une petite cuillère, jugé plutôt salé s’il était piqué sur la pointe d’un couteau. Pour les emballages, on retrouve ces mêmes procédés notamment pour la perception du crémeux, des arômes que dégagent les boissons chaudes. Pensez également à la forme d’une bouteille réservée aux sportifs qui renvoie aux codes corporels du fitness (larges épaules et taille fine).

Maîtriser ses envies, refréner ses pulsions alimentaires, ne pas céder à l’environnement ne sont pas choses aisées. Cependant, dans la recherche d’une perte ou d’une prise de poids ou simplement du maintien de la santé, les codes alimentaires utilisés par les professionnels de l’agro-alimentaire doivent être pris en compte afin de déjouer les pièges qui poussent à surconsommer.

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

Réagissez