Asics : « un esprit sain dans un corps sain »

Que celui qui n’a jamais couru pour faire du bien à son moral autant qu’à son corps, lève la main ! Une manière de dire que le sport participe au bien-être physique, mais aussi mental. C’est en tout le credo d’ASICS dont l’expression « un esprit sain dans un corps sain » est la devise depuis plus 60 ans.

Asics

La marque ASICS est née au Japon, plus précisément à Kobe.  Mais pour mieux comprendre la signification de ce nom, rien ne sert de maitriser la langue du pays du soleil levant. C’est bel et bien vers la langue latine qu’il faut se tourner. ASICS… ce sont en fait les premières lettres de l’expression « Anima Sana In Coropore Sano », dérivée de l’expression originelle « mens Sana in corpore sano », autrement dit : « un esprit sain dans un corps sain ».

Ce nom qui est même une philosophie à part entière, la marque le doit à son fondateur : Kihachiro Onitsuka. A 31 ans, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale pendant laquelle il a combattu, ce cordonnier avait une certitude : outre le fait de participer au bien-être physique de ses pratiquants, le sport peut être source de bien-être moral et d’enrichissement intellectuel. Son autre maxime ? « Tout ce que vous avez à faire quand vous tombez, c’est de vous relever ».

Le nom d’ASICS n’a été choisi qu’en 1977, mais l’histoire commence en fait bien plus tôt. En 1949, lorsque Kihachiro Onitsuka décide de se lancer dans la création de chaussures de sport. Il crée sa société, Onitsuka Co Ltd (ou Onitsuka Tiger, tirée du surnom de Kihachiro Onitsuka : le tigre) lance sa première chaussure à destination des joueurs de basket et s’intéresse ensuite rapidement au monde du running. En 1964 au Jeux Olympiques de Tokyo, Abebe Bikila court avec des chaussures Tiger aux pieds. Bilan : l’Ethiopien décroche la médaille d’or sur marathon (en 2h12mn11s)… et la marque connaît son premier grand succès d’ampleur mondiale.

Enfin, il serait bien dommage de passer à côté d’une anecdote surprenante et croustillante : si la mère de Kihachiro Onitsuka ne lui avait pas servi du poulpe en vinaigrette un soir pour dîner, les chaussures ASICS ne seraient certainement pas les mêmes aujourd’hui. C’est en effet des ventouses du poulpe que le créateur s’est inspiré pour offrir à ses créations un niveau suffisant d’adhérence, indispensable à la pratique sportive.

Réagissez