Ma FCM me laisse perplexe…

Comment analyser un pourcentage élevé de FCM ?

Un internaute aurait couru un trail à plus de 90% de sa FCM, il demande de l'aide pour analyser ce pourcentage élevé.

Trail

Question : Bonjour, je viens récemment de faire un trail (25km/1200+) que j’ai effectué à 173 bpm de moyenne sur 3h15 de course.Or j’ai une FCMax théorique de 188 (51 au repos controle ce matin); donc j’aurai couru à plus de 90% !Ca me laisse perplexe…merci de votre aide

La réponse de notre entraineur, Gilles Dorval

Dans vos propos, vous parlez de fréquence cardiaque maximale (FCM) théorique. Or pour vraiment analyser les pourcentage »sde FCM tenus lors votre trail, il aurait fallu de se baser sur la valeur réelle de votre FCM. Les formules théoriques du type 220-l’âge s’avérant souvent erronées. Dans le but de supprimer cette potentielle source d’erreur, je vous invite à lire l’article sur comment déterminer sa FCM afin d’obtenir une valeur plus précise de celle-ci.

Pour en revenir aux 90% supposés de FCM tenus lors de votre trail (plus exactement 92%) , je trouve aussi ce pourcentage élevé, sans pour autant être aberrant pour une fin de course. Tout dépend aussi de la manière dont vous avez géré votre effort, notamment dans les montées.

A titre comparatif sur un marathon en 3h et plus, on conseille aux coureurs de se caler à 80-85% de leur FCM sur les 30 premiers kilomètres afin de minimiser les risques d’épuisement prématuré des stocks de glycogène intramusculaire et hépatiques.  Au-delà des 2 heures de course – lorsque la filière lipidique devient prédominante dans la fourniture d’énergie aux muscles – on assiste à une dérive cardiaque progressive amenant le coureur à 90% – et plus – de sa FCM  en fin de course.

Si une erreur existe au niveau du pourcentage de FCM tenu lors de votre trail, je l’évalue à environ 5%. Cela signifierait que votre FCM réelle est plus proche des 195-200 pulsations par minutes que des 188 « théoriques » actuelles.

Ceci est une réponse à une question posée à notre expert entraînement, Gilles Dorval  : vous aussi posez votre question à nos experts entraînement

Réagissez