Les jeunes et le trail : formons-les !

Pascal Balducci, entraineur de trail, s’intéresse à la pratique et à l’encadrement des jeunes qui se lancent dans cette discipline. Fédération, teams, clubs, tour d'horizon des structures déjà existantes et de leurs possibles évolutions.

jeunes et trail 1

C’est une réalité dans le trail running, la part des jeunes est faible. Plus la distance s’allonge et plus la moyenne d’âge augmente. Celle de l’UTMB© est par exemple de 42 ans, et la catégorie la plus représentée est celle des vétérans 1 hommes (40 à 50 ans). Idem chez les femmes qui en plus ne représentent que 9% du peloton des coureurs. Sur les distances moins longues, on trouve plus de jeunes mais ils restent fortement minoritaires.
Au-delà des nombreuses raisons sociales et physiologiques qui expliquent ces chiffres, il est important de s’intéresser à la pratique et à l’encadrement des jeunes.Tout d’abord, rappelons que la pratique du trail et de l’ultra trail n’est pas sans risque et que de nombreux écueils guettent les pratiquants non avertis : pathologies de répétitions, surentraînement, blessures articulaires … d’où l’importance de débuter l’activité dans un cadre sécurisant et bienveillant.

Le trail et les fédérations

L’activité est née hors fédération et s’est structurée via les équipementiers et les organisateurs de course. Cette pratique libre n’a pas permis la formation des jeunes. Les jeunes pratiquants sont souvent ceux qui ont suivi des parents ou des amis. Même si la fédération française d’athlétisme a intégré le trail dans son giron dès 2008, elle n’en a pas pour autant développé des sections jeunes et des formations pour les entraîneurs. Seules des initiatives individuelles comme celles de Philippe Collard (CTR) en région Rhône Alpes permettent de créer des ponts et de considérer le trail comme une discipline athlétique à part entière. Dans beaucoup de clubs, le trail est encore considéré comme une activité annexe, d’un faible intérêt compétitif.

Pour autant, certains clubs FFA (Chamonix, Gap) ont su créer de dynamiques sections de trail au sein desquels les entraîneurs offrent un cadre sécurisant pour les jeunes.

Encore et toujours les teams

Il est vrai que jusqu’à l’avènement de l’ultra terrestre kilian Jornet, il était facile de penser que le trail (et tout spécialement l’ultra) était une discipline réservée à des randonneurs-coureurs extrêmement endurants, expérimentés et donc âgés. Les 2 victoires à Chamonix de Marco Olmo à 59 et 60 ans en apportaient une preuve irréfutable. Mais la victoire de Kilian a balayé ces certitudes. On peut être jeune, rapide, endurant, et très expérimenté si on a développé depuis le plus jeune âge des qualités d’évolution en milieu montagnard. Pour les jeunes débutants l’activité, il est par contre inconcevable de se lancer dans l’ultra trail sans prendre le temps de la formation, le temps de l’apprentissage, et peut-être comprendre que l’on n’est pas fait pour cela.

C’est ce qu’a vite compris le team Salomon sous la houlette de Jean-Michel Faure-Vincent avec la création du premier team Espoirs. Sélectionnés sur leurs résultats, et entraînés par Christophe Malardé, ces jeunes ont pu évoluer sereinement. Thibaud Baronian, issu de cette sélection, est aujourd’hui l’un des tous meilleurs français sur trail court et en skyrunning, et continue de progresser.

Sélection et formation

Avec Fred Bousseau et Julien Rancon, nous avons voulu encore aller plus loin avec la création du Team jeunes Buff France HOKA/Les Saisies, en élaborant les tests de sélection puis en encadrant les jeunes de A à Z. Les qualités physiques (puissance aérobie, endurance, technique, VMA ascensionnelle) ainsi que la capacité à intégrer un groupe et à suivre les programmes sont testées. Le sport doit être vecteur d’équilibre et l’avenir professionnel du jeune doit rester la priorité.

Les directives avec les jeunes sont les suivantes :

  • Définition d’objectifs sur plusieurs saisons et planification. Pour chaque jeune, on ne définit pas plus de 3 objectifs principaux
  • Progressivité dans les entraînements et les distances. Interdiction pour chaque jeune la première année de s’aligner sur un trail long. Nous favorisons la participation aux cross, aux courses de ski alpinisme et aux courses de montagne.
  • Pratique de l’entraînement croisé.
  • Sensibilisation à l’ensemble des facteurs de la performance : nutrition, stratégies, matériel …
  • Une coupure annuelle (minimum 3 semaines) et des phases de repos avant et après chaque compétition
  • Des regroupements pour former/informer les jeunes et créer une dynamique motivante de groupe.
  • Mettre le plaisir au centre de la performance. Eviter toute pression inutile par rapport aux résultats.

Après 2 années de travail, les résultats arrivent :

  • Paul Mathou, vice champion de France espoirs de la montagne en 2015 (21 au scratch) et 7ème du cross du Mont Blanc
  • Robin Juillaguet champion de France espoirs de trail court 2015 (9ème scratch) et champion de France de la montagne 2016 (11ème scratch)
  • Ianis Bernard, 3ème Epic Buff (40 km) en 2015 et 1er saute Mouflons 2016 (51 kms) …

Et la règle principale de fonctionnement est le plaisir. Pour ces jeunes, le trail est une discipline ludique, la compétition devient secondaire. Et tous les préparateurs mentaux savent que la performance naît toujours du plaisir.

Bien entendu, il y a parfois des échecs avec des jeunes qui s’écartent de la discipline pour des raisons professionnelles, avec ceux qui ne respectent pas les principes d’entraînement menant à la progression ou qui arrêtent l’activité pour diverses raisons.

Dans ce même esprit, c’est dans le Doubs, magnifique terre de Trail, que s’est créé le team jeunes Doubs terre de trail, sous le parrainage de Thibaud Baronian et Patrick Bohard. Les mêmes tests de sélection ont été effectués et 6 jeunes de 16 à 22 ans ont été retenus. Pour eux, le manager Sébastien Jouanneau a voulu proposé un encadrement professionnel afin de guider ces jeunes vers la performance tout en préservant leur santé. Médecin du sport, kiné, podologue, entraîneur, préparateur physique et nutritionniste (mais également tous traileurs) vont suivre ces jeunes dans leur évolution, avec les mêmes objectifs que ceux cités précédemment.

Les jeunes du Doubs. Des athlètes tout-terrain et l’appétit des grands espaces
Les jeunes du Doubs. Des athlètes tout-terrain et l’appétit des grands espaces

L’objectif n’est pas d’en faire des machines de guerre mais de leur donner tous les outils et les moyens de progresser à leur rythme, en préservant leur intégrité physique et en prenant beaucoup de plaisir. Avec les jeunes, il faut se donner le temps de construire et de développer les qualités correspondant à leurs objectifs. Et même si la sélection de la plus jeune recrue pour la coupe du monde cadets de course de montagne est une énorme satisfaction, nous nous donnons 2 années pour obtenir des résultats durables.

Au-delà de ces quelques initiatives personnelles qui demandent énormément d’énergie et la présence de partenaires privés, il est temps que les fédérations se penchent sur la formation des jeunes avec la création d’écoles de trails à l’instar de celle de Sébastien Cornette dans la Drôme. Cela éviterait que de nombreux jeunes se cassent les dents sur une discipline qui demande un long apprentissage.

Ces écoles pourraient avoir de nombreux objectifs d’apprentissage :

  • Développement des qualités bioénergétiques : endurance, puissance, vitesse… en lien avec le développement physique et psychologique du jeune.
  • Connaissance des milieux naturels : faune, flore, climat, règles d’évolution.
  • Apprentissage des techniques de locomotion en montée et en descente : jouer avec le terrain.
  • La gestion de l’intensité de l’effort
  • La nutrition et l’hydratation
  • Les techniques de renforcement, étirements
  • Planifier, programmer, récupérer
  • ….

Et pour ceux qui pourraient légitimement penser que toutes ces contraintes nuisent au bonheur simple de courir en montagne, je les invite à venir rencontrer nos jeunes en stage. Ils rayonnent de bonheur et de simplicité car ils évoluent dans un milieu qu’ils connaissent et respectent. Et les blessures, hormis sur chute, sont quasi-inexistantes.

Alors pour faire rimer jeunesse et trail, pensons FORMATION !!

3 réaction à cet article

  1. Bravo pour cet article intelligent et enthousiasmant!

    Existe t il ce genre de centre de formation pour les jeunes coureurs pratiquant dans les Vosges?

    Bien cordialement

    Minus

    Répondre
  2. Bonjour, merci pour votre message. Malheureusement, seules les initiatives privées donnent des résultats probants, mais ce travail demande beaucoup d’énergie. Dans chaque département/région, il y a des jeunes avec du potentiel. Il faut pouvoir les détecter et les guider.

    Répondre
    • Merci M.Balducci pour votre réponse et aussi pour vos conseils éclairés!
      Je ne suis qu’ un coureur modeste mais cette idée de former des jeunes au trail me plait beaucoup car cette discipline en plein essor nécessite beaucoup de compétences différentes et une approche patiente et bienveillante pour les athlètes et surtout les plus jeunes!
      Bien cordialement à vous!
      Minus

      Répondre

Réagissez