Entraînements Vélo : 6 erreurs courantes à éviter !

En tant qu’entraîneurs, nous avons surtout l’habitude de conseiller au sportif ce qui, à nos yeux, fonctionne. Mais il semble aussi intéressant de communiquer sur les pièges à éviter. En effet, quelques erreurs courantes sont souvent à l’origine de saisons moyennes. Voici donc une liste non exhaustive des dangers que l’on rencontre couramment sur la route du succès.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Des objectifs trop élevés

 

Lorsque l’on vise un but à la limite du raisonnable on s’offre une toute petite possibilité de réussir ainsi qu’une très grande possibilité de vivre un échec. De fait, cela provoque chez l’athlète une montée importante de l’anxiété qui va le pénaliser dans ses quêtes de progression et de résultats. Bien sûr, quelques exceptions contredisent cette analyse. Nous avons tous entendu parler de ces champions qui ont visé la lune et l’ont décroché. Hélas, cela ne concerne pas la majorité des sportifs, loin de là.

Et gardons en tête que le haut niveau concentre de nombreuses particularités qui échappent souvent à la « norme ».

 

Rouler vite tout le temps

 

En cyclisme, il y a également cette croyance qu’il faut sans cesse se faire mal pour progresser. Bien sûr il faut savoir toucher ses limites régulièrement pour franchir les paliers. Mais le faire à chaque séance peut être extrêmement néfaste pour la performance. Rouler vite tout le temps, et surtout sur les séances dédiées à l’endurance, use l’organisme et il y a de forte chance que l’addition se paie tôt ou tard.

 

Ne pas se reposer

 

Dans la même idée, il est primordial de s’accorder du repos (partiel ou total) dans votre entraînement. Très souvent les méformes prolongées sont causées par une accumulation de fatigue et donc un manque de récupération. Pensez donc à planifier régulièrement des semaines lights (une par mois environ) et des coupures franches (par exemple une coupure de 5 jours tous les deux mois et une grande coupure d’un mois à la fin de la saison).

 

 

Trop bien faire

 

« Le mieux est l’ennemi du bien ». Une erreur classique consiste à vouloir approcher la perfection dans sa préparation physique mais aussi diététique, mentale etc. Or, nous remarquons qu’à vouloir trop bien faire, on perd de la motivation, du plaisir et on augmente le stress. Au final nous vous invitons surtout à bien faire les choses mais sans verser dans l’excès de zèle.

 

Le manque de variations

 

Autre piège fréquent, celui de d’adopter toujours le même entraînement. Si vous faites toujours la même chose, au bout d’un certain temps vous n’allez plus surprendre votre organisme, vous allez arrêter de progresser et vous régresserez même si vous insistez dans cette voie-là ! Alors pensez à varier régulièrement les charges d’entraînement pour toujours apporter de nouveaux stimuli à votre corps.

 

Faire trop compliqué

 

Ne faites pas toujours la même chose, mais ne faites pas trop compliqué non plus ! Les entraînements miracles n’existent pas. Simplifiez votre entraînement et allez à l’essentiel. Autrement dit, respectez les grands principes de la préparation, et si vous réussissez cela, vous progresserez automatiquement. Par contre, si vous vous perdez dans des détails, il y a de fortes chances que vous perdiez de vue les basiques de l’entraînement.

 

Conclusion

 

L’objectif de ce papier est de mieux comprendre les écueils qui jalonnent régulièrement le chemin de l’entraînement pour mieux les éviter au final. Et pour positiver, au lieu d’être fixé sur les dangers, retenons qu’il est important de :

-se fixer des objectifs réalistes et de difficulté moyenne

-savoir rouler lentement sur certaines séances

-savoir se reposer

-bien faire les choses tout en gardant une certaine marge par rapport à son idéal

-varier les séances et les charges d’entraînement

-simplifier son entraînement

 

Réagissez