On a testé pour vous le Spivi

Pédalage intense et en musique !

Une salle plongée dans le noir, des vélos, un écran géant avec votre avatar et de la musique électronique, bienvenu à votre cours de Spivi !

Spivi

Les cours de « cycling » ou vélo en salle se multiplient et ce type de pratique sportive se démocratise. Bien sur, les sportifs font du vélo d’appartement depuis de très nombreuses années déjà mais on assiste à l’émergence de nouveaux cours plus ludiques, afin d’allier effort physique et fun (voir notre test de l’Immersive Cycling).

Attention cependant, il va falloir transpirer un peu avant de profiter pleinement de l’écran qui nous fait face lorsque nous entrons dans la salle qui nous accueille pour un cours de Spivi.
Au niveau matériel, rien de révolutionnaire, les vélos bien ancrés dans le sol grâce à leurs pieds anti-dérapant, possèdent une selle (assez confortable d’ailleurs), un guidon sur lequel on peut adopter de nombreuses positions des mains (nous y reviendrons) et des pédales avec des sangles pour bien maintenir les pieds ,si vous êtes en baslets (on peut aussi utiliser des chaussures de vélo avec leurs cale pieds spécifiques). En revanche, la grosse molette qui se trouve sur le cadre intrigue mais on apprend bien vite qu’elle sert à régler la résistance et que l’on va très souvent l’utiliser !

Le cardio s’affole et les jambes brûlent ! 

Mais pas de temps à perdre, il est temps de tourner les jambes ! L’écran s’allume et les participants apparaissent les uns après les autres, sous la forme d’un cycliste avec un petit numéro au dessus de la tête, comme dans un jeu vidéo. Et c’est là la particularité du Spivi puisque chacun peut ainsi se suivre à l’écran et matérialiser sa position par rapport aux autres tout au long de la séance.
Après un échauffement rapide, on s’élance pour 45 minutes intensives découpées en 6 ou 7 chansons correspondant à des exercices spécifiques. Le but est simple : faire en sorte que son avatar à l’écran reste aussi proche possible de celui de notre prof pendant toute la durée de la séance. Régulièrement, des lignes rouges apparaissent à l’écran devant et derrière le peloton, symbolisant une zone de laquelle il ne faut sortir pour travailler le plus efficacement possible.
Très rapidement le cardio monte, les cuisses brûlent et un travail de résistance s’installe. On alterne les sprints, les ascensions et les périodes de récupération sans jamais arrêter de pédaler.
La molette entre alors en action et on module la résistance de pédalage selon les indications de notre prof qui ne se ménage pas et nous encourage à vive voix ! La séance bat son plein et la musique donne le rythme de pédalage à suivre…ce qui est loin d’être toujours évident ! Le guidon et ses multiples poignées permet de passer très facilement de la position assise à la position danseuse, ce qui arrive très fréquemment !

Très physique, le Spivi s’adresse à des sportifs ayant déjà l’habitude des pratiques cardio intenses. Malgré l’intensité de l’effort, la séance passe très rapidement et le fait de se « challenger » sur l’écran face aux autres participants apporte un côté compétitif inhabituel aux pratiques en salle. Si les cours collectifs ne vous attirent pas, vous pouvez également pratiquer le Spivi seul, toutes les indications étant données à l’écran. Les pratiquants réguliers pourront même se créer un compte afin d’enregistrer leurs séances et ainsi voir le nombre kilomètres qu’ils ont parcouru par exemple.
De l’intensité dans la pratique et une bonne dose de fun, c’est peut être ça l’avenir du vélo en salle !

Merci au centre AquaLoft Paris 16 de nous avoir accueilli pour cet essai.

1 réaction à cet article

  1. Je pratique également assez régulièrement en complément de la CAP ! Très intense :)

    Répondre

Réagissez