Analyse de record du monde du 10 000 m d’Almaz Ayana (2ème Partie)

Après une première partie basé sur l'historique du 10 000 m et le record d'Almaz Ayana, Jean-Claude Volmer approfondit son analyse en se questionnant sur l'évolution du 10 000 m moderne.

Almaz Ayana

Réflexions sur le 10 000 mètres moderne

Mais pourquoi les Ayana, Dibaba, Cheruiyot courent-elles plus vite que leurs grandes aînées, les légendes du 10 000 mètres (Ingrid Kristiansen, Derartu Tulu, Fernando Ribeiro, Gete Wami…) ?

Si l’on compare (voir le tableau n°1) les performances des unes et des autres sur les distances inférieures on constate que les coureuses actuelles sont beaucoup plus rapides que leurs prédécesseurs.

Si leur facteur endurance n’a guère évolué, les coureuses actuelles ont amené (à l’instar de ce qui s’est passé chez les masculins avec l’arrivée de coureurs extrêmement rapides) de la vitesse. Les records du monde masculins ont été abaissés de manière conséquente avec Gebrselassié, Bekele qui sont des coureurs avec des performances de grande qualité sur 1 500 mètres.

Tableau 1 : performances sur les différentes distances des 20 meilleures coureuses de 10000 mètres

1 500 m 3 000 m 5 000 m 10 000 m marathon
Ayana Almaz 2016 8:22.22 14:12.59 29:17.45
Wang Junxia 1993 3:51.92 8:06.11 14:53.08* 29:31.78 2h 24.07
Cheruiyot Vivian Jepkemoi 2016 4:06.6 8:28.11 14:20.87 29:32.53
Dibaba Tirunesh 2016 8:29.55 14:11.15 29:42.56 2h20.05
Nawowuna Alice Aprot 2016 8:53.55 15:16.74 29:53.51
Melkamu Meselech 2009 4:07.52 8:34.73 14:31.91 29:53.80 2h21.01
Abeylegesse Elvan 2008 3:58.28 8:31.94 14:24.68 29:56.34 2h29.30
Defar Meseret 2009 4:02.0 8:24.51 14:12.88 29:59.20
Radcliffe  Paula 2002 4:05.37 8:22.20 14:29.11 30:01.09 2h15.25
Adere Berhane 2003 4:06.46 8:25.62 14:29.32 30:04.18 2h20.42
Kidane Werknesh 2003 4:15.71 8:36.39 14:33.04 30:07.15 2h27.15
Sun Yingjiie 2003 14:40.41 30:07.20 2h19.39
Saina Betsy 2016 8:38.11 14:39.49 30:07.78
Kiplagat Florence Jebet 2009 4:09.0 8:40.72 14:40.14 30:11.53 2h19.44
Ayalew Wude 2009 8:30.93 14:38.44 30:11.87
Kiplagat Lornah 2003 8:52.82 14:56.43 30:12.53 2h22.22
Huddlle Molly 2016 4:08.09 8:42.99 14:42.44 30:13.17
Zhong Huandi 1993 9:14.55 30:13.33 2h25.36
Kristiansen  Ingrid 1986 8:34.18 14:37.33 30:13.74 2h21.06
Tulu Derartu 2000 4:12.08 8:46.35 14:44.22 30:17.49 2h23.30

Si l’on regarde le tableau des 20 meilleures performances tous temps sur 10 000 mètres et qu’on analyse les différentes performances, on peut noter que ce sont les performances sur 5 000 mètres ou 3 000 mètres (distance malheureusement rarement courue depuis que le  5000 mètres est devenu la distance en grande compétition) qui sont déterminantes.

Les meilleures sur 10 000 m (à l’exception de Nawowuna qui a, à ce jour, que rarement couru sur le circuit) sont également les meilleures sur 3 000 / 5 000 m. La performance sur 5 000 mètres est la clef pour réaliser des performances de haut niveau sur 10 000 mètres. Le 10 000 m a longtemps été considéré comme une discipline d’endurance.

On avait soit des coureuses de 1 500 / 3 000 mètres soit des coureuses de 10 000 mètres avec des entraînements bien différenciés. La préparation du 5 000 mètres a amené de la vitesse sur cette distance qui a été exporté sur le 10 000 mètres. On ne court plus beaucoup sur 3 000 mètres mais nul doute que des performances inférieures à 8:20 ne poseraient guère de problèmes à de nombreuses coureuses actuelles.

Ce potentiel supérieur en vitesse a également modifié le visage des courses avec des schémas plus agressifs et des temps de passage que personne n’osait envisager auparavant. Cette métamorphose opérée il y a longtemps chez les hommes, a été plus tardive chez les filles. On ose partir plus vite car on dispose d’une réserve de vitesse. Et cela se travaille à l’entraînement où l’on apprend à courir vite longtemps.

Le profil physique de ses coureuses est également différent. Petites, légères avec une foulée souple et aérienne, elles ont pour elles de formidables qualités dynamiques avec un rapport taille / poids particulièrement favorable. Un coffre exceptionnel oui, mais aussi des qualités neuro-musculaires incroyables avec un entraînement axé sur la vitesse. Voilà pourquoi elles courent plus vite.

Ce record du monde du 10 000 mètres pourra-t- il encore être amélioré ?

Dans une discipline encore relativement jeune, la nouvelle génération de coureuses a apporté un élément nouveau : un haut niveau de vitesse grâce une dynamique musculaire. Leur profil est simple, en plus de l’endurance dont disposaient déjà leurs prédécesseurs, elles ont amené de la vitesse.

Dans les années 90, on s’entraînait soit pour le 3 000 mètres soit pour le 10 000 mètres même s’il arrivait à certaines coureuses de 3 000 mètres de faire du 10 000  m de temps en temps. Le 3 000 mètres est physiologiquement plus proche du 1 500 mètres et donc l’entraînement différent, se préparer pour les deux, (30 000 m) et 10 000 m était une difficulté.

L’arrivée du 5 000 mètres dans les compétitions internationale a changé la donne car les deux distances : 5 000 m et 10 000 m sont complémentaires. On est allé de plus en plus vite sur 5 000 m et ses gains de vitesse ont été favorablement exporté sur 10 000 mètres avec des schémas de course est devenus beaucoup plus agressifs et des coureuses qui ne se fixent pas de barrière ni de limites.

Le record sera probablement amélioré dans les prochaines années ou décennies. Difficile de prévoir quand ! Mais il est probable que, au vu la densité et l’âpre concurrence que se livrent certaines concurrentes, les prochains records à tomber seront ceux du 5 000 mètres et du 3 000 mètres car ces distances vont voir apparaître des filles avec des niveaux de vitesse beaucoup plus élevées que précédemment.

Pour battre un record, il faut néanmoins réunir à nouveau l’ensemble des conditions nécessaires présentées plus haut, ce qui assez difficile car un record n’est jamais que la conjonction à un moment donné d’un coureur dans une forme exceptionnelle et de circonstances environnementales particulièrement favorables. C’est cela qui fait la rareté du record.

Quels sont les facteurs qui pourraient empêcher la chute d’un nouveau record ?

  • Le peu de courses de 10 000 mètres féminins dans les grands meetings internationaux.
  • L’attirance très forte des meilleures vers les courses sur route plus rémunératrices (semi, marathon).
  • Qu’il n’y a que quelques filles par génération capables de battre un record du monde.
  • La globale stagnation de l’évolution des performances dans l’ensemble des disciplines.

Quel pourrait être le profil d’une future recordwoman ?

  • Elle viendra sûrement d’une ethnie vivant sur les hauts plateaux particulièrement entraînée pour courir vite dès son plus jeune âge.
  • Elle présentera un registre de course très complet allant du 1 500 mètres (elle doit être capable de faire moins de 4 min au 1 500 mètres) au 5 000 mètres (être capable de courir le 5 000 m en moins de 14:10) tout en disposant d’une grande capacité dans le domaine aérobie (proche de 2h20 au marathon).
  • Elle aura, au-delà des de capacités aérobies exceptionnelles, d’énormes qualités dans le domaine neuro-musculaire (son index poids / taille sera particulièrement faible) des qualités de pied dynamique, une excellente raideur musculaire donc ce sera une coureuse légère alliant vitesse et économie de course.
  • Elle ne se fixera ni barrières, ni limites audacieuse et sera particulièrement déterminée en course pour partir sur des bases élevés.

Bref, un clone D’Ayana ou Dibaba…

En conclusion :

Le record du 10 000 mètres d’Ayana n’a rien de commun avec celui de la précédente détentrice du record. Nouvelle venue sur le 10 000 mètres, elle présente toutes les qualités pour améliorer sa propre marque sous réserve de réunir comme à Rio, toutes les conditions nécessaires pour battre un record.

2 réaction à cet article

  1. Quelle analyse Intéressante! Monsieur, Quelle naïveté, Vous voulez convaincre qui? Encore une manipulation journalistique? Ça fait bien rire ceux qui connaissent (un peu) le sport de haut de niveau.. (et même au niveau amateur) non non bien sur que non elle n’est pas dopée! Donc elle aurait pulvérisé les anciens records (tous très bizarres) non dopée? Une femme peut faire 29’17 parce que la piste est excellente, ?! C’est évident qu’il y a des hommes et des femmes très doués génétiquement,Mais ce qu’il faut admettre c’est que le sport c’est un moyen de s’en sortir, c’est la misère dans tous ces pays.. courir rapporte de l’argent et permet de survivre.. (presque)tous les athlètes de haut niveau sont dopés, ceux qui ne le sont pas ou moins, ne réussissent pas. (surtout les sports qui font appel uniquement aux qualités physiques, endurance, force etc..)
    Je pense qu’elle est dopée comme toutes les nanas ce soir là, mais c’est vrai, elle était meilleure que les autres; La hiérarchie est elle respectée? Ou a t-elle eu droit à un protocole particulier, avec des produits innovants? Comme Armstrong en son temps.
    Est ce un crime le dopage? Non ,un délit oui, mais je crois qu’il y a bien des gens qui font pire sur cette planète tous les jours pour des raisons mercantiles ou autres.
    L’agriculteur qui balance des produits phyto agressifs, pour plus de rendement, met en danger sa vie, celles des consommateurs et pollue durablement les sols, est tout aussi condamnable non? Oui je sais, tout les autres font pareil et en plus il a un gros crédit à rembourser sur les machines…
    Le dopage sportif n’est que le reflet de notre société .Sur ce fait ne la condamnons pas, je ferai la même chose pour sortir ma famille de la merde.

    Répondre
  2. L’analyse de jean Claude Vollmer est justement basée sur sa grande expérience du haut niveau, ce que vous ne semblez pas savoir. Et dire que presque tous les athlètes de haut niveau sont dopés n’avance pas à grand chose.

    Répondre

Réagissez