Lésion des Ischios-Jambiers : Comment soigner la blessure ?

Au cours de séances d'entraînement de running, un internaute sentait une "gêne/résistance" au niveau de l'ischio jambe droite. Il souhaite connaître la cause de cette gêne même après infiltration. Les conseils de notre médecin du sport.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Question :

Bonjour

Je m’appelle Fabien et je suis un peu perdu. J’ai fait le marathon de paris l’an dernier et au cours des séances d’entrainement, je sentais une « gêne/résistance » au niveau de l’ischio jambe droite.

Je suis allé chez un kiné par prévention et malheureusement 1 semaine après, j’ai eu une douleur vive en séance de fractionné au même endroit. Je me demande encore la relation entre la gêne et le claquage !

J’ai continué à m’entrainer « doucement », arrêt des fractionné etc. … et j’ai fait beaucoup de kiné, étirement, utilisation du rouleau d’auto massage etc. … pour ne plus avoir de douleur vive et tenir jusqu’au marathon.

J’ai pu faire le marathon en 3h30 en courant sans trop soulever les jambes (pour limiter les tensions de l’ischio) … la douleur/gêne n’a pas été croissante mais toujours présente ! (exemple quand je monte une marche en courant ou quand j’accélère la cadence).

Après le marathon (3 mois après de repos), la gêne est toujours présente…j’ai fait écho et il s’avère que j’avais un reste de lésion forte et profonde au niveau de l’insertion de l’ischio dans la fesses (bizarre car les douleurs ou gêne étaient un peu plus basse mais certainement une douleur diffuse)

Le médecin m’a prescrit des infiltrations que j’ai fait puis 1 mois de repos quasi

J’ai repris la course pour la prépa marathon la, et la gêne est toujours la derrière la jambe sur l’ischio (pas une douleur mais toujours la même gêne qui s’accentue si j’accélère ou si je monte une marche en courant)

Je me trouve perdu car l’entrainement marathon démarre et je ne sais pas comment gérer les 12 semaines d’entrainement et ne pas me blesser comme l’an dernier ! Sachant que les fractionnés sont nécessaires pour l’entrainement

Est-ce que vous auriez une idée de la cause de cette gêne même après infiltration ? Peut-être que le médecin a oublié de vérifier qqch ?

Dans quelle mesure mon entrainement peut être malin pour avoir les bénéfices des fractionnés, sorties longues etc. … tout en limitant le risque ?

Un grand merci d’avance

Fabien

 

La réponse de notre médecin du sport :

 

Bonjour Fabien,

Les douleurs que vous décrivez au niveau de la face postérieure de la cuisse sont sans doute en relation avec une lésion haute des ischio-jambiers. D’ailleurs, l’échographie a révélé que cette lésion est profonde et se situe au niveau de l’insertion des tendons des ischio-jambiers sur le bassin. Le traitement mis en place avec votre kinésithérapeute (étirements, massages profonds,…) est tout à fait adapté à ce type d’atteinte mais vous continuez a être gêné car les douleurs persistent à la course et évoquent à présent une tendinopathie.

Pour en savoir plus sur la localisation exacte de votre douleur et sur son origine, je vous propose d’envisager une IRM qui sera d’une grande utilité pour préciser le diagnostic et orienter le traitement.

Ces douleurs de la face postérieure de la cuisse sont le plus souvent en relation avec une pathologie de l’insertion des trois muscles ischio-jambiers sur l’ischion situé à la face postérieure et inférieure du bassin. Mais le nerf sciatique passe très près de ces tendons et peut être irrité par la cicatrice tendineuse ou musculaire, ce qui donne des irradiations descendantes dans la cuisse appelées parfois « cuissalgies ».

En attendant les résultats de l’IRM, je me permets de vous conseiller de poursuivre les soins d’étirements et de renforcement du tiers supérieur des ischio-jambiers. Les exercices à réaliser sont très bien décrits sur notre site et dans un article très complet dont voici les références : Askling CM, Tengvar M, Tarassova O, et al. Br J Sports Med 2014;48:532–539.

Tenez-nous au courant.

Cordialement

Dr Jacques Pruvost

Marseille

8 réaction à cet article

  1. Bonjour,
    Je suis personnellement atteint en haut de l’ischio droit depuis 3 ans, suite à une petite entorse qui m’a créé une contraction de la chaîne musculaire postérieure droite, de la fesse au mollet, par effet de compensation. Suite à la lecture d’un des articles, je ne me suis plus contenté d’etirer la chaîne musculaire postérieure. J’ai un gain important sur la gêne de l’ischio qui peut être douloureuse. Quelques séances d’etirements de la chaîne antérieure est très bénéfique dans mon cas. Étirement des abdos, psoas et quadriceps, entre autres en ajoutant des étirements de fentes avant. En espérant que celà puisse vous être utile. Sportivement, Philippe

    Répondre
  2. Bonjour, hier en jouant au foot, j’ai pris appuie sur ma jambe gauche pour un contrôle de l’autre jambe et j’ai senti au niveau de l’ischion jambier une douleur comme de l’électricité sur tout l’ischio. J’aimerai savoir ce que j’ai.
    Merci beaucoup,
    cordialement

    Répondre
  3. Suite a une chute d une echelle a 3 m du sol sur le bassin coté droit j ai ete transporte avec de grande douleur chez un specialiste des os apres une radio il s est averé que j ai eu une fracture de l ischion dont une extrémité et montée sur l autre le médecin m a juste ptescris un pansement gastrique deux antiinflammatoires et anthalgiques ainsi qu un gel en me demandant de me reposer apres 15 jours je n arrive pas toujours a appuyer sur mon pied droit pour marcher. Est ce que c est le bon traitement de mon cas. Salutations

    Répondre
  4. Bonjour,
    Vous avez été victime d’une fracture du bassin au niveau de l’ischion. Le traitement essentiel est la position couchée pendant au moins trois semaines puis de refaire des examens radiographiques pour visualiser l’évolution de la fracture. Je me permets de vous conseiller de ne prendre aucun risque et de ne pas marcher dans les six semaines qui suivent la chute. Attention, ce type de fracture peut mettre plusieurs mois à cicatriser et laisser des séquelles à type de pseudarthrose. Soyez patient et très prudent.
    Dr J.Pruvost

    Répondre
  5. Bonjour,

    Victime d’élongations, déchirures… récurrents lors de footing plus ou moins intenses, je me pose la question d’arrêter la course à pied pour me mettre au VTT. Est-ce qu’il y a moins de risque de blessure aux ischios en pratiquant le vélo ?

    Merci de votre réponse.

    Répondre
    • Bonjour,
      Oui, si vous êtes sans cesse ennuyé par des atteintes musculaires lors de la course à pied, le mieux est d’envisager un sport qui sollicite de manière moins agressive les muscles des membres inférieurs.
      Le VTT est un excellent sport pour renforcer ischio-jambiers et quadriceps sans provoquer de lésions musculaires.
      Médecins et kinésithérapeutes du sport ont l’habitude de conseiller la pratique du vélo sous toutes ses formes chez les sportifs victimes des impacts au sol engendrés par la course à pied : tendinopathies, fractures de fatigue, périostite, lésions musculaires et cartilagineuses.
      Mais attention : le VTT est un sport à risque de chute avec les fractures qui vont avec…
      Soyez prudent et bien équipé pour débuter.
      Cordialement
      Dr J.Pruvost

      Répondre
  6. Bonjour,

    Je suis suivi par mon kiné pour cette blessures: nous faisons des massages et étirements. J’ai lu avec intérêt l’article propose par le Dr. Pruvost. Vous serait-il que vous précisiez le site internet dont parle le Dr. Pruvost oû le protocole est décrit.

    Merci !

    Jean-Philippe

    Répondre

Réagissez