Quels sports compatibles avec une cruralgie?

Bonjour
Je souffre d’une cruralgie depuis 3 semaines; certes les douleurs sont moindres avec le temps puisque je peux de nouveau prendre appui sur ma jambe; néanmoins je suis toujours gênée et la douleur reste constante au niveau de l’ intérieur de la cuisse et sous la fesse. Course à pied impossible pour le moment, donc j’ai abandonné mes 3 séances hebdomadaires; pour compenser le manque je pratique la natation à raison de 2 séances par semaine ainsi que du vélo d’appartement. Mais je me demande si cela ne retarde pas la guérison et par conséquent la reprise de la course à pied ?

Une réponse à la question

  1. Bonjour,

    La compression par hernie discale lombaire du nerf crural se situe plus haut que la compression du nerf sciatique, soit au niveau des vertèbres lombaires L3-L4. La grande majorité des cruralgies par hernie discale, comme la grande majorité des sciatiques par hernie discale, se guérissent en quelques semaines avec un simple traitement médical associant antalgiques, anti-inflammatoires et repos relatif. Le terme « relatif » indique qu’il n’est pas recommandé de rester alité, sauf si les douleurs sont très intenses.

    Vous avez suspendu vos trois séances hebdomadaires de course à pied et vous avez entièrement raison car ce sont les impacts au sol qui déclenchent et entretiennent sciatalgies et cruralgies chez les coureurs à pied. La natation et le vélo d’appartement vont vous permettre de garder la condition physique et ne sont contre-indiqués que si vous avez la sensation qu’ils entretiennent les phénomènes douloureux.

    Il me parait essentiel que vous mettiez en place, avec l’aide d’un kinésithérapeute, des séances de préparation physique du type « gainage ». La survenue de douleurs sciatiques ou crurales chez les coureurs à pied révèle avant tout une faiblesse des muscles de la ceinture abdominale et lombaire qui ne sont plus capables d’amortir les ondes de choc dues à l’impact au sol au niveau des vertèbres lombaires. Cette rééducation sera le meilleur traitement curatif de votre cruralgie et la meilleure prévention des éventuelles rechutes.

    Répondre
  2. pour ma cruralgie dans un lac de barrage je pratique la nage sur le dos, avec les 2 jambes en même temps je me propulse (je pratique ainsi car les battement provoquent plus facilement des crampes) en dégageant mes 2 bras derrière ma tête simultanément comme le dos papillon et les bras reviennent le long du corps qui glisse 1,5m un peu comme les grenouilles mais sur le dos, à l’horizontal le mouvement des bras étire la colonne. cadence 4 secondes, inspiration rapide expiration plus lente bon pour le rythme cardiaque 300 à 500 d’affilée pour traverser le lac, sur la berge 20mn de soleil pour réchauffer l’extérieur du corps et retour 4/5 fois par semaine tout l’été. résultat garanti j’ai 70 ans.

    Répondre
    • Merci
      Pour votre témoignage, j’ai joins un commentaire ci-dessous et vraiment ce qui me réconforte c’est cette nage nouvelle méthode dirai-je.
      Je le crecommande car cela une valeur thérapeutique.

      Répondre
  3. Bonjour,

    Merci pour votre témoignage. Il est toujours très intéressant et rassurant de communiquer avec des sportifs qui se prennent en charge et découvrent par eux-mêmes les exercices qui leur conviennent. La position que vous décrivez pour nager est sans doute adaptée chez les sportifs qui souffrent de cruralgie car, comme vous l’écrivez très bien, le rachis lombaire est à l’horizontale, en extension et porté par l’eau du lac.

    Nous, médecins et kinésithérapeutes du sport, nous battons toujours pour éviter le repos sportif total qui ne fait qu’engendrer raideurs articulaires et perte de force musculaire. Notre rôle est de faire travailler muscles, tendons et articulations dans les zones non douloureuses pour entretenir le système locomoteur et la condition physique. Ce n’est pas toujours simple mais c’est essentiel et ceci surtout en cas de pathologie importante qui entraîne douleurs et déficiences comme la cruralgie.

    Bravo pour votre étude personnelle sur les bienfaits de la balnéothérapie et bravo pour votre opiniâtreté à rester en bonne condition physique. Bien vieillir c’est du sport et c’est même un sport de combat qu’il faut pratiquer tous les jours…

    Cordialement

    Répondre
    • Bonjour,

      je viens vous remercier pour vos conseils, car j’ai déjà eu des cruralgies qui ont été assez longues à guérir (par manque d’information)..actuellement, j’en ai une à nouveau une crise de cruralgie depuis 5 jours..le plus douloureux est pour conduire…je fais de la natation pour mon entretien, dos crawlé et brasse coulée, (1 fois par semaine, pendant 1 hr), et si je n’avais pas lu vos commentaires, j’aurais stoppé le temps de la guérison.. mais je pense réduire un peu la brasse coulée et privilégier le dos crawlé.
      Qu’en pensez-vous ??
      j’oubliais, lors de ma douche du soir, je masse les endroits douloureux avec des petits jets d’eau chaude et j’avoue que ça me soulage avant d’aller me coucher…
      merci pour vos conseils.
      Cordialement

      Répondre
    • Quelle magnifique réponse encourageante en ce qui concerne le « sport de combat » pour bien vieillir… J’ai aussi une cruralgie. ça m’a donné les larmes aux yeux. Bon je vais me battre. J’ai 64 ans…

      Répondre
    • A la lecture de la nage sur le dos et les jambes « en grenouille » c’est une technique que pratique depuis longtemps et qui le va très bien pour la cruralgie je ne souffre pas car la grasse ne convient pour les lombaires.
      En plus c’est tres relaxant de glisser dans l’eau : un bien être total.
      De surcroît, j’ai un rétrécissement du canal rachidien : c’est meilleur qu’un médicament.
      Heureuse de lire votre commentaire car je pensais être la mauvaise nageuse!
      Je vais à la piscine 4 fois/semaine car cela me relaxe.
      Courage et merci.

      Répondre
  4. Bonjour à tous moi jai une cruragie depuis début juillet jai tout fait infiltration sous scanner , chiropracteur ,ostéopathe ,anti-inflammatoire ,mes rien ne me soulage ,jai aussi acheter le tapis de champ de fleur , je fait de la pisçine 1 fois par semaine mes j’ai l’impression que sa me fait encore plus de mal qui me m’aide car cette douleur et horrible merci à tous

    Répondre
    • Bonjour

      La cruralgie est une inflammation du nerf crural avec un point de départ lombaire. C’est fort douloureux car très inflammatoire.
      Afin de vous aider, il vous faut nous donner plus d’informations
      – De quel bilan avez-vous bénéficiez ? scanner, IRM ? Et quelle est la cause de la compression : hernie discale, canal lombaire rétréci ?

      Pour information la durée d’évolution peut être de 6 mois.
      Vous devez vous assurer par un examen clinique et des explorations appropriées qu’il n’y a pas une autre cause à votre cruralgie : pathologie de hanche, pathologie viscérale, etc…
      Le traitement le plus adapté est le recours à la Cortisone et le repos le plus complet possible.

      Bon courage

      Répondre
      • Je ne comprends plus rien. Je sors d’une hospitalisation pour une cruralgie réfractaire à tout traitement même aux injections. Ce n’est que la dernière pratique qui a fini par faire un peu d’effet il y a une semaine. Depuis 3 jours je n’ai plus besoin de recourir à la morphine. On m’a dit repos complet pendant 4 semaines. Alors que faire repos ou kiné ? Qu’on m’a prescrit après les 4 semaines et faut dire qu’à présent que je me sens un peu mieux j’en ai marre d’être alitée. Et la position assise avec la jambe surélevée ? C’est Bon ? Et la natation je peux ? Merci de m’éclairer.

        Répondre
        • Bonjour,

          Comme les sciatiques, les cruralgies sont parfois très douloureuses. Mais vous semblez souffrir d’une forme « hyperalgique » car il n’est pas banal d’être hospitalisé pour traiter cette pathologie d’origine neurologique. C’est la compression du nerf crural au niveau des vertèbres lombaires hautes qui explique les phénomènes douloureux. Vous ne donnez pas l’origine et le niveau de votre cruralgie : s’agit-il d’une compression neurologique par un disque lombaire ou bien par un tassement vertébral ?

          Comme pour les sciatiques, le repos total est l’essentiel du traitement dans les cruralgies. Mais au contraire des sciatiques, le traitement chirurgical n’est que très rarement conseillé. Ceci doit être considéré comme une bonne nouvelle et vous conforter dans la patience et la prudence. Vous semblez très pressée de reprendre une vie active et les activités sportives. Nous le comprenons tous et votre motivation est un gage de guérison dans les semaines à venir. Reprendre le sport par la natation est une excellente idée mais attendez le feu vert des médecins qui suivent votre maladie.
          La cruralgie est une pathologie très douloureuse qui guérit toujours et qui guérit pratiquement toujours sans séquelles. Vous allez pouvoir reprendre les activités physiques et sportives mais, pour cicatriser, laissez « le temps au temps ».

          Cordialement
          Dr Jacques Pruvost
          Marseille

  5. Bonjour, je souffre également de crises de cruralgie, j’ai 53 ans, et la grossesse l’accouchement d’un très gros et grand bébé m’ont fait dévié mon bassin, je suis allée consulté un ostéopathe, relative sensation de soulagement, beaucoup de mal à me pencher, impossible de porter quelque chose de lourd, des « coups de tenailles » me vrillent littéralement. Je suis une personne active, mais cette souffrance commence à me limiter, j’aimerai sincèrement que l’on me propose une solution,

    Répondre
  6. Bonjour, je souffre d’une cruralgie de la jambe gauche avec le point à l’arrière du genou, passe devant dans la cuisse dans la hanches,jusqu’au bassin et redescend jusqu’en bas de la jambe. Je voulais savoir si je pouvais continuer le sport que je fais à savoir: pilate 3/4 d’heure et bodyscult 3/4 aussi dans la même semaine… Je me demande si ce sport et adapté.. Merci de m’éclairer et pourquoi pas me dire ce que je devrais faire pour guérir vite.
    Merci

    Répondre
  7. Bonjour

    La cruralgie est une atteinte d’une racine nerveuse qui prend sa naissance entre la 3° et 4° lombaire (racine principale) qui donne principalement la motricité et la sensibilité au niveau du quadriceps.
    La douleur part des lombaires, pour passer au pli de l’aine, à la face antérieure de la cuisse, le genou (parfois, sensation de couronne), au bord interne de la jambe jusqu’à la cheville.

    Aux douleurs qui sont souvent très vives et insomniantes, peuvent s’associer des sensations de brûlures, de fourmillements ou de troubles de la sensibilité. Peut s’associer, également, une sensation de dérobement du membre inférieur (parasitage du quadriceps). La durée d’évolution peut être de 3 à 6 mois.

    La réalisation d’un scanner lombaire ou d’une IRM permettra de mettre en évidence la cause de la cruralgie : hernie ou protrusion discale, canal lombaire rétréci, atteinte d’une articulaire postérieure, etc…

    Outre le repos local, avec le port éventuel d’une ceinture de soutien lombaire, du fait du caractère souvent hyperalgique de l’inflammation on pourra être conduit à prescrire de la Cortisone par voie orale et injectable et des antalgiques à base de Codéine ou de Tramadol, voire des morphiniques. Dans certains cas, le recours à une infiltration rachidienne est possible, plus rarement, selon le contexte et l’évolution à une intervention chirurgicale.

    Si la symptomatologie persiste un bilan complet est justifié à la recherche d’une pathologie viscérale ou plus générale en se soumettant à une visite chez votre médecin traitant.
    Il faut toujours se méfier d’une atteinte de la hanche qui peut donner des signes semblables et qui peut dans certains cas être associée.
    Pour répondre à la question d’une activité physique et sportive ; c’est le repos pendant la durée d’évolution de la crise et la reprise progressive après disparition de la symptomatologie.

    Bon courage

    Répondre
    • Cette information est très intéressante.
      Suite à une prothèse totale du genou il y a 5 mois, j’ai des douleurs intenses et persistantes dans la »hanche » et dans le creux interne de l’aine. Ces douleurs se sont déclenchées des le réveil.
      J’ai ensuite subi une rééducation intense en centre pendant 5 semaines au lieu de 3. Je me plaignais de ces douleurs périphériques mais personne ne voulait rien savoir. Je souffrais le martyres sur le kiné-tech. Mais on me houspillait en me disant que je ne pliais pas assez.

      Aujourd’hui et depuis plus de 3 mois,je continue une kiné plus douce et je progresse lentement mais sûrement côté genou; mais j’ai toujours de vives douleurs à la hanche et dans l’aîne, et aussi un peu dans le genou.

      Après une radio de la hanche, il s’avère que j’ai une légère arthrose de la hanche. Mon Médecin hésite entre arthrose et cruralgie, sans doute un peu des 2. Après 1 mois d’anti-inflammatoires et toujours 4 la malines par jour, aucun changement. Je passe un scanner la semaine prochaine et je suis repassée à la morphine.

      La raison pour laquelle mon médecin a hésité à faire le diagnostic de la cruralgie est que la douleur ne descend pas, ou peu, le long de la cuisse. Mais, par contre, je ressens exactement tous les symptômes que vous décrivez au niveau du genou – symptômes que j’attribuais jusqu’ici à la prothèse.

      Attendons le scanner ! Mais tout ceci ne facilite pas la récupération de la mobilité du genou…

      Répondre
      • Moi aussi j’ai le meme problème il y a quelque jours j,ai vu un autre chirurgien qui me propose de faire une infiltration par un spécialiste j’espère avoir un resultats car je n’en peu plus

        Répondre
    • Bonjour, j’ai 56 ans je souffre d’une cruralgie du au rétrécissement du canal lombaire depuis bien deux à trois mois même avant. J’ai fais une infiltration lombaire à la clinique du Millénaire à Montpellier qui n’a rien donné. Je prends de temps en temps du paracétamol qui me calme un certain temps. Je suis secrétaire et reste donc assise une bonne partie de la journée.
      On nous propose en sport en entreprise de l’aquabike pendant trois quart d’heure et souhaite savoir si c’est compatible avec la cruralgie. Ma dernière solution c’est l’intervention mais je retarde car j’ai un peu peur. Merci à ceux qui me répondront Amitié de la Lozère

      Répondre
      • En ce qui concerne votre cas précis, ce qui serait important serait de connaître votre âge.
        L’inflammation du nerf crural est chez vous, comme vous nous l’expliquez, due à un rétrécissement du canal lombaire. Vous avez eu une infiltration qui je pense a du être une infiltration épidurale au niveau de l’espace rachidien concerné qui doit être L3-L4.
        Résultat ? C’est en effet une façon de traiter ce type de maladie avec souvent une amélioration objective. Il faut savoir, mais la aussi il serait intéressant d’avoir plus de renseignement sur l’importance du rétrécissement canalaire, que la cruralgie est une inflammation qui peut durer plusieurs mois, que c’est une pathologie très invalidante qui se manifeste par des réveils nocturnes et une intensité assez forte des douleurs responsables d’une gêne fonctionnelle.
        Autre question existe-t-il un événement qui est déclenché une poussée inflammatoire ? Mauvaise position prolongée ? Geste effectué dans de mauvaises conditions ? Autre ? Question importante à se poser afin d’éviter une récidive.

        Pour en revenir à votre question concernant une activité physique, réponse simple voir simpliste : quand je pratique une activité physique, tolérance et résultat sur les douleurs ? Primordial pour tout traitement. Si cette activité est bien tolérée et m’apporte du bien-être : pas de problème, sinon à éviter. En phase aiguë d’une atteinte crurale, repos et traitement de l’inflammation ; à distance rééducation du rachis dans globalité pour éducation et hygiène vertébrale et prévention d’une éventuelle récidive ou aggravation.
        Donc l’aquagym peut être pratiquée sous couvert d’une bonne tolérance.

        En ce qui concerne l’intervention qui consiste à agrandir le canal (laminectomie) il n’y a jamais d’urgence sauf s’il devait exister un déficit moteur sous la forme d’une atrophie du muscle de la face antérieure de la cuisse avec dérobement du membre ou si malgré une prise en charge médicale adaptée les symptômes devaient persister ou s’aggraver.

        Répondre
        • Pourriez-vous me dire ou trouver un centre de rééducation, ou cure thermale.

    • Bonjour je m appelle angélique j ai 30 ans . J ai une curalgie depuis novembre. J ai fait un irm et j ai une discopathie de génératrice. Je suis depuis 15 jrs sous anti inflammatoire avec port de la ceinture. Mais voilà la douleur est très intense sa me limite dans la marche. Mon médecin me dit il faut de la patience or la j en es plus du tout car la douleur m énerve beaucoup et pourtant je suis une ancienne aide soignante. QuEl exercice je peux faire pour soulage cette douleur? Merci pour votre réponse

      Répondre
    • avec tout vos bons conseils on arrive tenir deux trois ans avec sur la fin plus de vie social ni boulot
      on s abruti de lyrica et tramadol etc
      pour a la fin etre largement soulagee et definitivement par une arthrodese micro invasive
      qui permet de reprendre une activite bormale a 45 jour et sportive a 4/6 mois
      si c est a refaire je n hesiterai pas un instant

      Répondre
  8. Lily,
    je souffre depuis des années de lombalgies, et depuis un an des douleurs dans l’aine et le creux de dos à droite traités depuis par tous les médicaments, infiltrations et mesothérapie qu i ne donnent aucun resultat
    c’est très handicapant et cette semaine je dois passer un irm

    Répondre
  9. Bonjour

    Je suis atteinte d’une cruralgie depuis 17 mois suite à une intervention chirurgicale où l’anesthésiste m’a abîmé le nerf crural.

    Comme vous Field, à mon réveil, on ne m’entendait pas pourtant les brûlures étaient horribles accompagnées de grosses douleurs. La rééducation a été pénible car le fait que le nerf crural était atteint, mon quadriceps ne se musclait pas. Après 5 mois de plaintes, j’ai été entendue et j’ai eu un EMG qui a confirmé l’atteinte du nerf. On me disait que ce n’était pas grave puisque dans 10 à 12 mois après l’intervention, le nerf récupérait sans souci.

    Au 15ème mois après l’opération, me plaignant toujours de douleurs (jour et nuit), ma jambe qui lâche (je marche avec une canne), un second EMG m’a été pratiqué qui a montré une minime récupération du nerf.
    Du coup, la neurologue qui m’a ENFIN compris, m’a prescrit du lyrica qui, depuis que je le prends, m’a fait grossir.

    Bien entendu, à la suite de mon intervention au niveau du genou en mars 2014, je n’ai pas marché beaucoup et pour cause mais le lyrica n’a rien arrangé !

    Donc j’en viens à mon interrogation : je fais un peu de vélo d’appartement depuis 1 semaine pour perdre un peu de poids (je suis assez jeune et suis atteinte de condropathie rotulienne sévère de grade IV d’où l’importance de ne pas prendre de poids afin de ne pas peser de trop sur mes genoux.
    Je ne peux pas mettre de résistance, trop dur et douloureux, donc je laisse à la plus faible vitesse.
    Les deux premiers jours, j’ai fait 1/4 d’heures, puis les deux autres jours 25 minutes, puis une demi-heure. Aujourd’hui j’ai fait 1h de vélo. Au début la douleur n’est pas trop vive, je la supporte mais après les 30 minutes, la douleur s’intensifie. Quand j’ai passé les 40 mn aujourd’hui, j’avais mal mais comme j’ai lu qu’il faut pédaler au moins 1 heure pour perdre du poids, je ne voulais pas céder à cette douleur. Du coup, ce soir, la douleur est vive, surtout à l’aine.

    Pourriez-vous me dire si je fais bien ? Que me conseillez-vous ?

    Je vous remercie pour vos réponses et pour avoir pris le temps de me lire.

    Cordialement,

    Répondre
    • Bonjour Sissi

      La cruralgie est une atteinte du nerf crural, en l’occurrence traumatique, qui génère des douleurs à la face antérieure de la cuisse ou au bord interne selon la racine concernée et qui peut descendre au bord interne de la jambe jusqu’au pied, souvent très invalidantes associées à des troubles de la sensibilité (fourmillements, moindre sensibilité ou sensibilité exacerbée, etc…). La sensation d’insécurité ou de vrai dérobement est due au « parasitage » du quadriceps qui est commandé par le nerf crural.

      Les traitements les plus utilisés pour les douleurs sont effectivement des médicaments type NEURONTIN, LYRICA, CYMBALTA, TEGRETOL ou autre qui, effectivement, peuvent entrainer différents effets secondaires : prise de poids, troubles de la vigilance, dépendance, etc…

      L’atrophie du quadriceps est directement liée à cette atteinte du nerf. Son évolution est impossible à prévoir. Personne ne peut vous assurer que vous récupérez le volume musculaire antérieur. Mais ce que l’on peut vous dire, aussi, c’est que vous pourrez refaire des activités physiques ou sportives même avec un muscle moins puissant.

      L’idéal est en effet la pratique du vélo sous toutes ses formes. L’activité de pédalage a pour effet de renforcer les cuisses et en particulier le quadriceps. Le problème (supplémentaire) chez vous est la coexistence d’une chondropathie rotulienne qui peut générer des douleurs lors des mouvements de flexion du genou ou en cas de charges trop importantes (mauvaise position sur la selle, développement mal adapté, etc…). Dans ce cas il faut « écouter » son corps et respecter la « non douleur ». Principe vrai pour tous les problèmes articulaires vous pouvez tout faire à condition que la pratique ne crée pas de douleur, qui correspondrait à une activité trop intensive ou non adaptée à votre cas.

      Personnellement je vous conseille de vous rapprocher d’un rééducateur fonctionnel , si ce n’est déjà fait qui pourrait vous aider dans votre démarche pour récupérer du mieux possible votre cuisse pour pouvoir fonctionner du mieux possible.

      Bon courage

      Répondre
      • Bonjour

        Merci pour votre réponse et je vous présente mes excuses de nous pas vous avoir répondu plus tôt mais est-ce à cause des médicaments, j’ai fait une crise d’épilepsie et du coup j’ai eu un traumatisme crânien qui m’a énormément remuée.

        Pour ce problème de nerf crural, j’ai revu le médecin du centre anti-douleur et ils me proposent de me mettre un neurostimulateur médullaire. Peut-être que ça me permettrait d’avoir moins de douleurs et dans le même temps prendre moins de médicaments. A voir.

        En attendant, je continue à faire un peu de vélo.

        Bonne soirée

        Cordialement,

        Répondre
  10. bonjour,
    après deux ans de souffrance et douleurs, j’ai arrété les anti inflammatoires et anti douleurs et me suis mise à un yoga d’étirement très doux au départ , ce qui m’a beaucoup soulagée la sciatique et la crucralgie

    Répondre
  11. Bonjour, je souffre de cruralgie depuis plusieurs mois je me suis arreté en tout un mois plus les médicaments prescrits.j’ai fais plusieurs irm scanner pas de hernis discale .par moment ma cuisse est engourdie je ne sais plus quoi faire appart si kiné l’infiltration ma ete refusé je pratique un peu de velo d’appartement et de piscine mais cette gene a la jambe gauche est tjrs premsente .merci de votre aide

    Répondre
    • Bonjour, pour ma part lors de ma cruralgie je me suis tournée vers le fitness et plus particulièrement le gainage. Ce qui m’a permis de m’entretenir physiquement voir m’améliorer en me musclant autour de la ceinture abdominal et la colonne. Du coup j’en suis devenu accro en complément de la course à pied. Je suis les cours lesmills, c’est très complet et même si j’avais une légère gêne c’était plus efficace que le kiné .
      Bon courage et patience car la guérison est longue (pour moi 3 mois sans càp)

      Répondre
    • Bonjour,

      Vous souffrez de cruralgie mais les examens radiologiques ne montrent pas de hernie discale évidente donc importante. C’est une très bonne nouvelle. Au contraire des sciatiques pour les quelles, dans certains cas, elles sont recommandées, les infiltrations ne font pas partie de l’arsenal thérapeutique dans les cruralgies.

      Dans votre cas, une infiltration serait soit inefficace, soit dangereuse.
      Dans votre cas, le repos et la patience sont les meilleurs traitements de la cruralgie.
      Continuez à pratiquer le vélo d’appartement et la natation mais de manière raisonnée et raisonnable. Il me semble important que vous soyez pris en charge par un kinésithérapeute qui va mettre en place un protocole de renforcement lombo-abdominal et d’équilibre lombo-pelvien.
      Ces exercices devront être réalisés très régulièrement pendant votre arrêt sportif et surtout intégrés dans votre préparation physique dés la reprise de la course à pied.
      Soyez rassuré, une cruralgie sans hernie évidente dure rarement plus de trois mois. Profitez de cet arrêt relatif pour revoir patiemment votre préparation physique et votre plan d’entrainement.

      Cordialement
      Dr Jacques Pruvost
      Marseille

      Répondre
    • Bonjour Madame, j’ai les mêmes symptômes que vous présenter dans votre commentaires.
      Je souffre que la nuit, quand je pratique du sport, je n’ai pas mal, je déguste uniquement lorsque je suis allongé. J’ai effectué il a quelques jours un IRM et j’ai rien.

      Répondre
  12. Bonjour ,
    J’ai 38 ans, je suis une sportive qui vit depuis 4 mois avec le nerf crural au max, c’etait lié a une hernie discale. La hernie a été enlevé par opération le 1er avril, six semaines d’arrêt de travail, j’ai repris mon emploi de secrétaire et malheureusement j’ai toujours aussi mal, que doit je faire ?
    Je ne peux plus faire de full contact, je prend du lyrica et des anti-douleurs tout les jours, je ne dors quasiment pas et travaille toute la journée.
    Merci pour votre aide

    Répondre
    • Bonjour,

      Comme les sciatiques, les cruralgies sont parfois très douloureuses. Mais vous semblez souffrir d’une forme très atypique car il n’est pas banal d’être opéré pour traiter cette pathologie d’origine neurologique. Vous ne donnez pas le niveau exact de votre cruralgie mais c’est effectivement la compression du nerf crural par la hernie discale au niveau des vertèbres lombaires hautes qui explique les phénomènes douloureux. Les douleurs permanentes que vous décrivez ne sont pas habituelles après une chirurgie discale. Ces douleurs sont-elles localisées au niveau du rachis lombaire ou bien irradient-elles toujours au niveau de la hanche et de la cuisse ?

      Comme pour les sciatiques, le repos total reste l’essentiel du traitement dans les cruralgies. Comme pour les sciatiques, la position assise prolongée n’est pas recommandée. Le fait de reprendre rapidement le travail après la chirurgie est un bon moyen de moins penser à ces douleurs permanentes mais il ne faut pas que la position au travail, ainsi que les trajets du domicile au travail, puissent agresser la cicatrisation postopératoire.
      Je suis un peu surpris par l’importance des douleurs que vous décrivez et me permets de vous conseiller de consulter à nouveau le chirurgien spécialisé qui vous a opéré.

      Cordialement
      Dr Jacques Pruvost
      Médecin du sport
      Marseille

      Répondre
  13. cruralgie apparue en un « éclair » -c’est le cas de le dire- le 6 avril ; souffrances épouvantables, toubib qui me prescrit des médocs à base d’opium -jamais pris- , puis, sur un coup de tête, magnétiseur : aujourd’hui, je sors de la 2nde séance, prochain RV le 19 juillet (séances effectuées à 3, puis donc 5 semaines d’intervalle). Plus rien…

    Répondre
    • Bonjour
      Pourrais je connaître le nom de votre magnétiseur s’il vous plaît et son adresse car mon mari souffre. ..
      Je vous remercie par avance.
      Très cordialement.

      Répondre
  14. EDIT du message précédent : j’avais oublié de mentionner que je pratiquais le vélo de route au quotidien (40 km environ) et que je suis assez « speed ».
    Le magnétiseur a décelé que mes L3 à L5 étaient fatiguées -je suis militaire depuis 32 ans, avec emploi en blindé, opérations extérieures avec sac à 40 kg et sport…peu adapté- mais que la cruralgie résultait également -et surtout- d’un surplus nerveux. Il fallait donc bien un « report », ce fut le crural…ça aurait pu en être un autre.

    Répondre
  15. Bonjour,

    Lundi dernier énorme douleur qui m’a conduite aux urgences et cruralgie diagnostiquée. L’interne m’a prescrit de l’efferalgan codéiné et m’a dit de continuer à faire du sport. J’ai utilisé le tapis de course pour marcher et courir au ralenti sur des courtes séances lundi et mardi et en fait depuis mercredi c’est pratiquement revenu à la normale. Je ne peux pas faire de natation sauf à la mer avec masque et tuba sinon ce sont mes cervicales qui trinquent.

    Faiblesse de la ceinture abdominale et lombaire ? je n’en ai pas l’impression, je leste mes poignets systématiquement car quand je cours sans lest je cours plus vite et plus longtemps et j’ai facilement mal au dos.

    Répondre
    • Bonjour,

      Le diagnostic de cruralgie posé aux urgences est probablement un bon diagnostic mais je suis très surpris que le médecin vous ait conseillé de poursuivre le sport. Les cruralgies sont le plus souvent très douloureuses. De ce fait le repos associé aux antalgiques est d’emblée le traitement de choix parfois pendant plusieurs semaines. Les différentes activités physiques et sportives, et en premier lieu la course à pied, ne sont en aucun cas recommandées.

      Je vous conseille donc de consulter votre médecin traitant qui, après vous avoir examiné, vous orientera sans doute chez un confrère radiologue pour faire des radiographies du rachis lombaire. Ces radiographies permettront de mieux situer le niveau discal, étage L3-L4 ou étage L2-L3, qui est responsable de la compression neurologique du nerf crural.

      Les coureurs à pied sont très souvent victimes de douleurs en relation avec une compression du nerf crural ou du nerf sciatique. Comme vous le décrivez, le plus souvent, ces pathologies surviennent chez des sportifs qui négligent la préparation physique lombaire et abdominale. Le travail de l’équilibre lombo-pelvien est essentiel chez tous les sportifs car il permet d’éviter les blessures au niveau du rachis vertébral mais aussi des membres inférieurs. Les blessures surviennent chez les coureurs à pied de tous les niveaux. En cas de blessure, l’important est surtout de comprendre pourquoi elle survient. Dans votre cas, il est probable que la préparation physique et le gainage sont à revoir.

      Il serait intéressant que vous soyez pris en charge par un kinésithérapeute qui connait bien les sportifs. Vous devrez intégrer les différents exercices de rééducation et de renforcement que vous montrera ce kiné dans des séances de préparation physique que vous reproduirez très régulièrement dans des séances spécifiques deux à trois fois par semaine. Je ne vous conseille pas de courir tant que les symptômes douloureux de la cruralgie seront présents. Suivez précieusement les conseils de votre médecin et de votre kinésithérapeute. Votre cruralgie va guérir et vous allez recourir sans problème, mais soyez patient.

      Tenez-nous au courant.
      Cordialement

      Dr Jacques Pruvost
      Marseille=

      Répondre
  16. Bonjour, je me permet de poster une demande.

    Pour ma part c’est notre fille de bientôt 9 ans qui se retrouve avec des douleurs 1/4 haut devant cuisse droit ainsi que l’aine droite d’une force telle qu’elle ne peut plus bouger ni poser le pied. Deux fois aux urgences le 17 août avec suspicion rhume de hanche, le 6 septembre suspicion cartilage avec béquilles 7 jours plus anti inflammatoire.
    Elle se retrouve à remarcher et tous les 15 jours re-crises coincée, douleurs pleurs… Deux radios hanches RAS une échographie RAS également. Pensez-vous qu’effectuer une IRM serait possible, si elle peut aller faire ces cours de piscine et que penser des symptômes vu son jeune âge….? Elle est née voie basse mais par les pieds… J’ai remarqué que pied droit rentre à l’intérieur et genou également…

    Bref je suis perdue et aimerais savoir ou nous allons et que faire pour l’accompagner au mieux…
    Merci par avance de prendre un temps et de me répondre.
    Cordialement Nadège.

    Répondre
    • Bonjour Nadège,

      Votre fille se plaint de l’aine et de la hanche. Chez un enfant de neuf ans qui se plaint d’une douleur articulaire, deux causes sont possibles et doivent être recherchées.

      Une cause inflammatoire et le « rhume de hanche » est souvent retrouvé chez l’enfant. Dans ce cas, les examens radiologiques sont rarement positifs mais les analyses biologiques font le diagnostic en montrant des signes d’infection et d’inflammation.

      La deuxième cause possible est mécanique. Chez les enfants sportifs ou très actifs, il est possible de découvrir des atteintes de « surmenage » au niveau de l’articulation de la hanche. Dans ce cas, seuls le scanner ou l’IRM vont permettre de bien montrer et de situer la lésion osseuse ou cartilagineuse. Chez votre fille, le diagnostic ne semble pas totalement posé. Aussi je vous conseille de ne pas limiter les explorations aux radiographies et à l’échographie mais d’insister pour que d’autres examens plus fiables soient réalisés. D’autant que les crises douloureuses de blocage que vous décrivez sont plutôt en faveur d’une atteinte mécanique.

      Tant qu’un diagnostic de certitude ne sera pas complètement défini, le mieux est d’éviter toute activité sportive. Je comprends que vous soyez inquiète pour le moment, personne n’aime voir ses enfants souffrir et ne pas en connaitre la cause exacte aggrave les angoisses.
      Tenez-nous au courant dés que vous aurez les résultats d’un scanner ou bien d’une IRM.

      Cordialement

      Dr Jacques Pruvost
      Marseille

      Répondre
  17. Bonjour, voila j ai 36 ans, ça fait pas mal d’années que j’ai de grosses douleurs lombaires, lomboscitique invalidante, on m’a diagnostiqué un canal lombaire rétrécit. Depuis une infiltration sous scanner en mai dernier, mes jambes ne tiennent pas bien, cela est arrivé des l’infiltration. C’était très légèrement passé, mais si je restais debout (statique) je ne tenais plus, surtout la gauche, et depuis quelques jours c’est horrible, j’ai ressorti la béquille car peur de flancher, je sens ma jambe comme dans du coton de l’intérieur.
    J’ai rdv chez le rhumato le 22 novembre, je prend des ampoules d’accupan qui soulagent un peu la douleur qui n’est pas hyper intense en ce moment, mais la sensation de coton dans la jambe c’est tout le temps et a la marche c’est horrible je ne tiens pas debout très longtemps sans fléchir.
    Qu’en pensez vous ? Je ne veux plus d’infiltrations, l’infiltration effectuée a t-elle pu me causer ma jambe en coton ? Mes faiblesse ? Ou est-ce un canal lombaire qui se rétrécit encore plus?
    Merci de m’aider je suis perdue…

    Répondre
    • j ai egalement du coup mal a la hache d un coté et aux genoux , car j essaie de les retenir pour pas fla,cher constament

      Répondre
    • Bonjour,

      Vous décrivez des douleurs radiculaires avec faiblesse musculaire et incapacité fonctionnelle au niveau du membre inférieur gauche. Votre pathologie est sans doute en relation avec une atteinte discale. Mais vous parlez aussi de canal lombaire étroit et c’est probablement un diagnostic qui a été proposé par les médecins qui vous soignent. L’existence d’un canal lombaire étroit peut exister chez les personnes vieillissantes mais est très rare chez les adultes jeunes. Votre pathologie semble donc complexe et dépasse largement le cadre du sport et de la médecine du sport. Avant d’envisager de nouvelles infiltrations, je me permets de vous conseiller de consulter soit un médecin spécialisé en neurologie soit un neuro-chirurgien.

      Tenez nous au courant.
      Cordialement,

      Dr Jacques Pruvost
      Médecin du Sport
      Marseille

      Répondre
  18. Bonjour j’ai eu depuis sept (déménagement) une arthrose cervicale, puis en décembre un lumbago, puis sciatique j’ai maintenant une lombocruralgie traitée par cortisone qui n’a rien fait, puis morphine, je viens de terminer mon traitement, et rester 5 jours sans, si des douleurs reviennent le médecin me dit infiltration et irm, j’ai fait une radio c’est un disque qui écrase le nerf. Je mets depuis une ceinture abdominale. Tout celà du aux efforts de déménagement meubles etc…, et aussi région humide où je suis (pour l’arthrose), l’arthrose cervicale revient depuis deux jours…
    Le médecin me déconseille la marche alors que j’aime marcher, est ce vraiment déconseillé ? Je ne peux rester enfermée. SI je marche ce sera douleurs et hopital il m’a dit…
    Merci

    Répondre
  19. Bonsoir
    J’ai 48 ans …Depuis 25 jours je souffre d’une lombocruralgie (son nom et aussi barbare que sa douleur)je suis coriace habituellement et premiere fois en arrêt de travail !!Elle m’a couché, anéantie.. Traitement de cheval(médicaments, piqures) scanner hernie l2 l3!!Je suis exténuée par la fatigue et cette douleur,je dois faire une infiltration mais après avoir déjà subit une et ayant gardé un douloureux souvenirs…Je ne sais que faire!!M’a jambe,cuisse toujours endolori , brûlure hanche,pointe à l’aine.. Comment peut on encore être inefficace sur la douleur physique et psychologique que nous subissons ???Juste de la compassion et de l’aide nous demandons..

    Répondre
    • Bonjour Chevalier, moi aussi, je souffre depuis un mois de cette cruralgie. Ne sachant pas de quoi il s agissait, les différents medecins, voir un neuro-chirurgien à Créteil m’ont gavé de TRAMADOL, de piqûres de ketoprofene mais rien ni faisait. Douleurs épouvantables surtout vers 3 heures du matin. Samedi, j ai réussi à avoir un rendez vous chez un rhumatologue qui m’a tout de suite dit ce que j’avais : cruralgie avec perte partielle de ma jambe gauche. Il m à donne de la morphine à prendre matin et soir en plus des anti-inflammatoires et je dois dire que la douleur c est vite faite plus discrette. Il va falloir être patiente pour que l inflammation disparaisse, mais sans cette horrible douleur, je pense que c est possible. Bon courage à vous

      Répondre
  20. Bonjour

    Je souffre d’une cruralgie depuis 5 semaines, ma jambe me fais toujours mal mais je suis inquiète car l’origine de la cruralgie n’as pas été trouvée. En effet l’ IRM n’a pas montré d’anomalie au niveau du dos, le test de la maladie de Lyme est négatif, alors le médecin me dit que c’est peut être du a un virus, donc j’ai peur que cela recommence
    QU’en pensez vous?

    Répondre
    • Réponse de l’expert :
      Bonjour,
      L’origine de la crurale est pratiquement toujours mécanique. Le fait que l’IRM ne montre pas d’images évidentes de compression discale ne doit pas vous inquiéter. Chez les sportifs, et notamment chez les coureurs à pied, l’imagerie (scanner ou IRM) n’est pas toujours parlante et n’oriente pas toujours vers un diagnostic précis au niveau de l’atteinte lombaire. Dans ce cas, le diagnostic doit se faire sur les symptômes que vous décrivez et l’examen clinique du médecin. Vous avez des signes évidents de cruralgie, vous allez devoir respecter les douleurs et suivre les traitements que votre médecin traitant vous a prescrits. Ce médecin vous a sans doute prévenu(e), les douleurs vont durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Armez-vous donc de patience et surtout ne pratiquez pas les activités de la vie quotidienne ou physiques et sportives qui pourraient déclencher ou entretenir les douleurs.
      Je vous conseille donc, pour garder une bonne condition physique, de vous entretenir en pratiquant la natation ou éventuellement le vélo si cette activité ne déclenche aucune douleur. Il est important, avec un objectif préventif et thérapeutique, que vous organisiez dés à présent un suivi de renforcement et d’équilibre des muscles du rachis lombaire et dorsal. Les soins de rééducation sont donc incontournables. Je vous conseille aussi de trouver un professeur compétent et un groupe agréable pour pratiquer régulièrement des activités sportives qui vont renforcer et rééquilibrer votre rachis lombaire : yoga, Pilates, tai-chi par exemple.
      Tenez-nous au courant.
      Cordialement

      Répondre
  21. Bonjour, je me suis coincée le dos, pour la énième fois, le 21 février de cette année, en voulant soulever une table basse. Je n’ai pas consulté de suite car je pensais que tout rentrerai dans l ordre tout seul. Puis 3 semaines plus tard, voulant enjamber ma baignoire, j ai entendu et ressenti un énorme craquement dans le bas du dos. La tête s’ est mise à tourner, envie de vomir, sueur chaude et froide. J ai eu du mal à retourner dans mon lit. Depuis une douleur atroce me parcours la cuisse, mais surtout le genoux et vers 3 heures du matin, la douleur est intenable. J ai passé scanner, Irm. Certains disent qu il y a hernie, d autre non. Lee seul point de accord, c’est le rétrécissement du canal. Bref, du coup je ai été voir un rhumatologue ne sachant à quel saint me vouer. Diagnostic :cruralgie sans aucun doute pour lui:donc 28 jours de morphine et d anti-inflammatoires. Et là, je dois dire que ma souffrance est moindre. Pensez vous qu après ma guérison, ça risque de revenir. J ai 64 bientôt 65 ans, un peu de surpoids, mais je faisais régulièrement 3 heures de piscine, de la marche et du vélo d appartement l hivers, de route l été. Merci de votre réponse

    Répondre
  22. Bonjour,

    je souffre depuis mi-février d’une cruralgie dont la cause est une hernie foraminale gauche L2 L3, exclue. J’ai horriblement souffert pendant un mois, nuits blanches, impossible de trouver une position soulageant la douleur (cuisse, aine,dos, genoux), malgré deux traitements à la cortisone, des anti-inflammatoires, des myorelaxants (je n’ai pas pu prendre de morphine à cause de problèmes de constipation), du Lyrica que j’ai du arrêter car j’étais complètement shootée. Aujourd’hui, la douleur est plus supportable mais elle m’empêche de rester assise plus de 30 minutes, (et donc de reprendre mon travail car je suis tout le temps assise) et lorsque je marche, au bout de 15, 20 min la douleur à l’aine revient. J’ai commencé la balnéo, mais même si le fait d’être dans l’eau me fait beaucoup de bien, les exercices me fatiguent énormément et j’ai l’impression que 3 fois pas semaine cela fait beaucoup. Du coup, je ne sais pas si je dois réduire, et si tout rentrera dans l’ordre petit à petit, mais je suis inquiète car je ne vois pas d’évolution depuis 1 mois. Je me suis lancée dans le collage, la méditation, l’hypnose je lis beaucoup, je cuisine, mais je suis obligée de me poser très souvent, je ne peux toujours pas aller au cinéma car rester assiste m’est impossible sur la durée d’un film.Bref, auriez-vous une idée du temps que peut prendre cette pathologie, et malgré les douleurs, dois-je me forcer à marcher de plus en plus ou au contraire attendre que la douleur passe ? Je suis un peu perdue, car j’entends souvent parler de repos, et a contrario, de maintenir une activité physique. Merci pour vos conseils

    Répondre
    • Bonjour caroline, cela fait un mois jour pour jour que cette cochonnerie c’est déclenche. Une horreur, douleurs horribles. Urgence hôpital, ils n’ont pas su ce que je pouvais avoir et pas de specialiste d où renvoie chez moi malgré mes douleurs. J ai passé une Irm d où détection des problèmes, j ai vu un neuro-chirurgien qui m’a à peine osculte et qui m’a dit que pour les douleurs du genou, ça ne pouvait pas être du au dos. Il m’a conseillé d’aller voir un orthopédiste. N’importe quoi ! J’AI réussi à voir un rhumatologue qui, lui a tout de suite diagnostiqué une cruralgie. Il a tout de suite défini l’heure à laquelle la douleur arrivait :3 heures du matin. Il m a dit que ce n était pas grave, mais très douloureux et très long. Minimum 3mois, maximum ??? Je suis sous morphine matin et soir et anti inflammatoire pendant 28 jours. Il m a conseille beaucoup de repos et de reprendre sois là natation, sois le vélo, mais lorsque les douleurs auront fortement diminuées. Inutile d enflammer d avantage le nerf. J’irai également faire de la rééducation car j’ai perdu une partie de la mobilité de ma jambe gauche et parfois, je tombe. Je me suis acheté le tapis champs de fleurs que je fais 2 fois par jour et je dois dire que depuis une semaine ça va beaucoup mieux. Est ce ça ou non, je ne sais pas en tout cas ça nous fait produire des endorphines naturelles et ça ne peu être que bénéfique. J espère vous avoir aidé sur ma triste expérience car au niveau médical, si on habite pas sur paris, nous sommes laissé à l abandon. Courage à tous ceux et celles qui comme moi doivent traverser ces difficiles souffrances. On va s’en sortir, courage.

      Répondre
      • merci christine pour l’info,cela fait déjà 3mois que j’ai cette fameuse cruralgie et ce n’est pas fini.alors combien de temps cela peut-il encore durer?

        Répondre
  23. Bonjour à tous. J’ai souffert occasionnellement de maux de dos et ce, depuis longtemps. En Espagne en février, à 66 ans, j’ai consulté un médecin car la douleur revenait, plus intense alors que je réalisais des travaux en utilisant un marche-pieds ou un tabouret haut, sur lequel je montais souvent, directement mais sans problème. Je précise qu’il était très stable et que j’étais plutôt sportif (pratiquant régulièrement le football en loisir les vendredis soir). Piqûre et traitement (ibuprofène, zaldiar) pour un diagnostic de lombalgie. Six heures plus tard, en allant me coucher, je me suis écroulé au sol avec une douleur insupportable dans la jambe gauche. Je suis resté 30mn sur place à crier de douleur sans trouver de position de repos pour la jambe. Vomisssement (douleur ou zaldiar ?) Deux piqûres plus tard, j’ai préféré me rendre à l’hôpital plutôt que de revivre ce moment particulièrement pénible. Le trajet a réveillé la douleur et ramené des nausées. J’ai passé le temps sur une chaise roulante, la tête dans un sac avec vomissement et douleur. J’ai été perfusé dans un état semi-conscient. Diagnostic : lombosciatalgie. J’ai quitté l’hôpital après quelques heures, accompagné mais sur mes pieds. Je me déplaçais lentement mais je marchais. (traitement : ibuprofeno, diazepam, omeprazol)
    Retour en France, j’ai dû attendre quelques semaines pour enfin passer un scanner. Je n’avais aucune douleur ni difficulté à marcher ni à monter les escaliers malgré toutefois quelques chutes au départ inexpliquées ; la jambe gauche semblait se dérober parfois. Le problème majeur subsistant était l’impossibilité de lever la jambe gauche en position assise (impossibilité de croiser la jambe gauche sur la droite). J’ai poursuivi le traitement de l’hôpital tout en essayant de reprendre le foot « très gentiment » à l’entraînement une fois par semaine et en effectuant des séances de kiné hebdomadaires.
    Le scanner a révélé plusieurs problèmes lombaires : pincement L1-L2 ; protusion globale médiane L4-L5 et L5-S1 ; antélisthésis grade 1 de L5 sur S1 par lyse… mais surtout « volumineuse hernie discale latéralisée à gauche, s’étendant en foraminal et comprimant la racine L3 gauche dès son émergence et sur tout son trajet foraminal ». Je lève maintenant difficilement la cuisse gauche et j’arrive bien que difficilement à la croiser sur la droite. Je sens une nette progression côté foot et je n’ai qu’une légère douleur au niveau du dos. J’attribue cette amélioration aux séances de kiné que j’effectue, sur les conseils du kiné, quotidiennement à mon domicile après la séance hebdo. Je suis motivé par ce plaisir du foot avec d’autres passionnés de 33 à presque 70 ans.
    Je témoigne pour donner de l’espoir à ceux qui me précèdent sur ce forum et aussi pour envisager la suite. Vais-je récupérer cette cuisse gauche dans le temps en poursuivant les séances de kiné ? Droitier, j’ai constaté une nette perte de force sur les shoots du droit à cause de ma faiblesse jambe gauche (problème d’appui ?) J’ai récemment consulté plusieurs sites sur le même sujet ; des opérations de chirurgie nouvelles semblent donner rapidement de bons résultats. (mini invasives). Faudra t’il aller jusqu’à l’opération pour retrouver un usage normal de cette patte gauche ?
    Moins familier des forums que des terrains de foot, je me permets de rajouter un lien pour un site que vous pourrez facilement retrouver si le lien est supprimé par un modérateur.
    Merci de votre patience à me lire et bon courage à tous les concernés. Bravo pour ce site qui allie sport et santé.
    http://www.institut-parisien-du-dos.fr/les-traitements/chirurgicaux/par-voie-posterieure/25-traitement-chirurgical-dune-hernie-discale-lombaire.html

    Répondre
    • Bonjour,
      Merci pour votre témoignage et bravo pour votre description parfaite d’une hernie discale avec compression neurologique. Le déficit musculaire avec impossibilité de lever la cuisse gauche en position assise est très cohérent sur le plan anatomique avec la découverte à l’IRM d’une hernie discale comprimant la racine discale L3 gauche. L’évolution clinique est positive puisque vous semblez profiter d’une nette progression de la force musculaire de la jambe et que, si j’ai bien compris votre question, vous avez repris le football. Si cela est bien le cas, c’est à mon avis un peu prématuré car le risque de rechute est toujours possible dans les premiers mois… Je vous conseille donc de consulter un chirurgien spécialiste en neuro-chirurgie pour avoir son avis sur le plan discal. Au vu de l’excellente récupération et de votre âge, ce chirurgien ne souhaitera sans doute pas vous opérer et risque de vous inciter à la patience et à la prudence. Mais cette consultation me semble importante pour l’avenir et au vu de votre hyperactivité sportive.

      Tenez-nous au courant.

      Cordialement

      Dr J.Pruvost

      Répondre
  24. Bonjour.
    Rencontrer virtuellement des personnes qui souffrent du même mal est vraiment thérapeutique.
    Pour ma part, j’ai bientôt 39 ans et ma cru rallié à débuté en 2015 suite à un été particulièrement actif durant lequel j’ai porte des charges très lourdes. J’ai été mise sous anti-inflammatoires durant près de deux mois et cela s’était arrangé.
    Atteinte d’hypercortisolémie physiologique, j’ai pris mal de poids en peu de temps, récemment. Et tout de suite après, je suis tombée enceinte. C’est la que ma cruralgie s’est manifestée à nouveau mais avec hypersensibilité et sensations de brûlures terribles à la jambe gauche. Je ne peux prendre que du paracétamol, je suis enceinte de 4 mois et j’appréhende les « gros mois »
    Je pensais reprendre la marche sur tapis de course, mais d’après ce que je viens de lire, cela semble être déconseillé.
    Qu’en pensez-vous? Puis-je faire de la marche sur tapis à petite vitesse? Ma grossesse se passe bien, seule cette cruralgie malvenue me rend La vie difficile.
    Merci de votre aide.

    Répondre
  25. bonjour, juste pour vous dire qu’il faut garder le moral, c’est aussi efficace qu’un médicament. J’ai 45 ans et n’ai jamais eu de problèmes de dos sauf un matin une douleur horrible qui me tiendra couchée 2 semaines. Incompréhensible, une cruralgie…La radio, l’IRM n’auront rien découvert. La morphine me soulage un peu mais me rendra très malade; je décide donc d’écouter mon corps (et le reste attendra) ce que je faisais en une journée maintenant je le fais sur plusieurs jours et tant pis.. Pas du tout sportive je commence par faire 1/2h de marche, puis 3/4h et maintenant 1h30 doucement c’est sûr mais cela m’a permis de retrouver la santé et de me détendre!!. Il faut arrêté aussi de courir et être à l’écoute de notre corps qui nous dit stop! On veut tout faire aujourd’hui, être une maman top, assurer au boulot, à la maison, et un jour ça lâche! Alors restez zen, arrêtez de vouloir tout faire et puis ça fait un bien fou de prendre soins de soi, être un peu égoïste ; ça marche – bon courage :)

    Répondre
    • Bonjour Lili et Georges.
      Merci infiniment de vos réponses. J’ai prix mon courage à deux mains et j’ai repris la marche à pied à raison de 30 minutes sur tapis de course avec d’excellentes chaussures de marche à amortisseurs. Je suis épatée par l’effet que cela a eu sur moi! Les douleurs ont diminué et je dors beaucoup mieux. Je n’ai pas retrouvé ma mobilité normale certes, mais l’amélioration est là. Merci beaucoup de votre soutien et de vos témoignages. Je vis mieux ma grossesse, moi qu culpabilisais des doses de doliprane que je prenais et qui m’inquiétais pour le futur bébé, j’ai pu enfin me passer de médicaments.
      Je continue mes efforts et pense me mettre bientôt à la natation, je croise les doigts pour que ces ameliorations continuent jusqu’à l’arrivée de bébé. Je vous embrasse fort. Et bon courage à nous tous!

      Répondre
  26. Dr Pruvost, je tiens à vous rassurer : la reprise du foot se fait très en douceur, sans compétition ; il ne s’agit pour l’instant que de rencontres d’entraînements entre partenaires habituels. Cela m’a toutefois permis de constater l’évolution plutôt positive même si certains exercices chez le kiné montrent encore l’écart de puissance entre les deux jambes. Sur place chez le kiné, je trouve également d’autres personnes en souffrance mais toutes animées du désir de récupérer. Il en est de même sur ce forum et vous en êtes en grande partie responsable de ce fait. Soyez en remercié. Je vous encourage à persévérer pour tous les nécessiteux que nous sommes. J’ai beaucoup de chance de ne plus souffrir. Je reste cependant très motivé et appliqué et je souhaite à tous les participants à ce forum de réussir à faire de même, de garder le moral, de se convaincre qu’ils travaillent pour eux-mêmes et que le travail portera ses fruits. Facile lorsqu’on ne ressent pas de douleur ! De plus, je ne suis qu’un patient parmi d’autres et pas du tout spécialiste en quelque domaine que ce soit. Malgré tout, je suis convaincu que le moral accélère la guérison. L’inactivité m’avait fait prendre un peu de poids ; depuis peu, je me suis mis à la marche, sport accessible s’il en est. Cela semble très profitable et j’augmente progressivement « les doses » : allure ou distance/durée. J’ai envie de le conseiller à chacun ou de trouver un équivalent compatible avec son problème de santé pour se fixer ses propres objectifs en tenant compte de l’avis de son médecin. La natation est souvent conseillée. Je suis également convaincu que les séances de kiné sont très profitables ; une partie non négligeable des exercices peut être répétée à domicile, sans aucun matériel spécifique. Je viens de me rendre compte que je répète en partie les propos de Lili80 ; Je suis malgré tout content de cette similitude d’avis et d’encouragements. Ca les renforcera pour Asma et les autres. En passant, félicitations ! (Perso, je devrais être à nouveau grand-père dans quelques mois : info de moins de 24 heures !!!). Ca aussi, ça participe au moral!
    Pour terminer, j’ai rendez-vous avec un chirurgien dans moins de quinze jours. Je le maintiens même si vous avez très bien décrit le déroulé prévisionnel de cette séance ! Je voyais également les choses de cette façon. Je ferais certainement un autre point après ce rendez-vous. En attendant, bon courage et merci à tous de ce partage.

    Répondre
  27. Bonjour,
    Je fais de la course à pied (env 3 fois par semaine), un peu de vélo et natation. J’ai consulté un médecin pour une douleur dans l’aine. On m’a d’abord diagnostiqué une pubalgie. mais la douleur a commencé à descendre jusqu’au genou dans l’intérieur de la cuisse. J’ai fait un scanner qui montre une discopathie prostrusive L4/L5. Mon médecin traitant me diagnostique donc une cruralgie . Ça fait maintenant 2 mois et la douleur est toujours la mais d’un jour à l’autre localisée a différents endroits. J’ai consulté un chiropracteur qui me dit que ma cruralgie ne peut pas venir de la discopathie car le nerf passe entre L3/L4 et non pas L4/L5. Je sais plus quoi penser…. Mon médecin me propose une infiltration, est ce une bonne idée? J’ai arrêté le sport depuis 2 mois et ça ne va toujours pas mieux! que faire? je désespère!
    Quel type de spécialiste faudrait il consulter ?
    J’aimerais retrouver mes baskets!!!
    Merci pour votre retour

    Répondre
    • Bonjour,
      La douleur que vous décrivez fait effectivement penser à une cruralgie. Et même si le scanner révèle une compression discale située un étage plus bas qu’habituellement dans cette pathologie, la clinique est toujours plus fiable que l’imagerie.
      Ces cruralgies sont moins fréquentes que les sciatiques mais tout aussi douloureuses et longues à disparaitre. Le traitement médical se base en premier lieu sur le repos, les anti-inflammatoires et la rééducation douce. Peu de sports sont indiqués et il va falloir vous armer de patience en « rongeant votre frein » pendant encore quelques semaines. Je comprends parfaitement que vous ayez très envie de rechausser vos runnings mais restez encore calme et positif car l’histoire naturelle de la cruralgie évolue pratiquement toujours vers la guérison.
      Avant d’envisager les corticoïdes par infiltration au niveau lombaire, il serait sans doute intéressant d’essayer le même type de traitement à juste dose par comprimés pendant une semaine.
      Vous me semblez très bien pris en charge par votre médecin traitant mais, si vous souhaitez un autre avis, les rhumatologues sont compétents pour prendre en charge les cruralgies chez les sédentaires et les sportifs.

      Cordialement
      Dr Jacques Pruvost
      Marseille

      Répondre
  28. Je voudrais remercier les DR GARDIOL ET PRUVOST pour leurs informations sur la cruralgie. Par vos écrits, j’ai pu enfin connaitre vraiment ce qu’est une cruralgie, d’ou elle provient, comment faire avec, et surtout apprendre la patience. Cela va bientôt faire 3 mois que j’ai cette cruralgie,. Grace à vous,et vos conseils avisés, j’ai demandé à mon médecin (qui n’a pas su me dire ce que j’avais), des séances de kiné au bout d’un mois et demi de douleurs et de repos. ça m’a fait le plus grand bien . Depuis 15 jours je vais à la piscine. Je ne nage pas mais je marche dans l’eau et je reproduis les exercices que me fait faire le kiné (mais lui sans l’eau hélas). J’ai toujours la cuisse, la hanche douloureuse, mais moins fort. Je ne monte et ne descend pas encore les escaliers normalement, mais je m’y attelle chaque jour. J’ai l’impression d’être redevenue « petit enfant » et réapprendre à monter et descendre. Les horribles douleurs du premier mois passées, c’est une véritable école de la patience à appliquer. Et lorsque je vais chez le kiné et que je vois tous ces gens handicapés qui ne marcheront plus, alors je me dit que j’ai de la chance, que je ne peux me plaindre et que je dois tout faire pour me retrouver comme il y a 4 mois. Merci encore pour vos explications et vos conseils. Et à tous ceux qui souffrent en ce moment, armez vous de patience, attendez que l’inflammation de votre nerf diminue et reprenez petit à petit le sport. Ne brusquez surtout pas la machine, sinon elle vous le rendra encore et toujours. Bonne chance à tous

    Répondre
  29. Je viens de prendre conscience du mal qui m’affecte depuis 4 mois, tout a commence par la sensation de dérobement de la hanche gauche, puis cela a descendu dans l’aine et maintenant la cuisse avant me brule et fait mal quand je marche en appui sur ma jambe, j ai vu médecin qui m’a parlé de nerf crural, j’ai vu kiné et physio qui ne comprennent pas mon mal, comme je n’ai pas d’assurance, svp me dire vers qui me tourner afin de ne pas gaspiller mon argent, acupuncture serait il valable? kiné ou voir un autre physio en lui mentionnant maintenant le terme de mon mal,
    merci beaucoup d’entretenir votre site, ce fut une délivrance pour moi de trouver une réponse aux douleurs que je connais, maintenant je vais parler avec mon médecin pour investiguer sur mes lombaires puisque j ai déjà eu une hernie il y a 15 ans, serait ce une suite …..

    Répondre

Réagissez