Douleur face externe du genou

Bonjour, je suis une fille de 19 ans (167cm/69kg). Je pratique de l’athlétisme en compétition depuis 6 ans sur la route (48min sur 10km), du cross et la piste en sprint (72s sur 400m par exemple) avec une VMA de 14 environ. Je m’entraîne environ 4 fois par semaine en club.
Cette année, je suis rentrée en première année de STAPS. Le nombre d’heure à pas mal augmenté avec 8h/semaine de sport en cours en plus des entraînements.

Donc pour commencer, en septembre, j’ai recommencé mes entraînements d’athlétisme normaux en plus des cours de STAPS (à savoir de septembre à janvier : 2h de natation, 3h de course d’orientation/kayak et 3h de football/rugby). De début octobre à mi novembre, j’ai enchaîné 3 courses de 10km et un cross de 5km. Jusque là, tout allait bien physiquement.

Fin novembre, j’ai commencé à ressentir une faible douleur au genou gauche. Elle se situait à l’extérieure, on aurait dit que c’était le tendon qui passait sur la tête de péroné (si je ne me trompe pas). La douleur apparaissait lors des footings lorsque j’avais déjà couru un peu mais que ça n’était pas encore chaud, lorsque accélérait, la douleur disparaissait.
Vu qu’une fois bien échauffée, la douleur disparaissait, j’ai continuée mon activité sportive normalement jusque mi-décembre. Pour mes examens, j’avais en course d’orientation un parcours en sous-bois. Au bout d’environ 30min d’épreuve (donc de course vu que le temps comptait dans la note), j’ai ressenti une vive douleur au niveau du genou. Toujours le côté extérieur du genou, j’avais mal comme si le tendon frottait à chaque mouvement. J’ai quand même fini l’épreuve le plus rapidement possible en pliant le moins cette jambe (1h).
A froid, j’ai constaté que j’avais énormément mal sur le côté externe mais que sur le côté interne, je commençais à ressentir une douleur également. Au touché, les lieux des douleurs étaient très précis.
Le lendemain, je suis allée faire des radios qui n’ont absolument rien données. On m’a prescrit de la crème anti-inflammatoire (qui n’a rien fait) et des séances de kinésithérapeute. J’ai arrêté toute pratique sportive pendant 1 mois (jusque mi janvier) tout en faisant mes séances de kinésithérapeute. En reprenant tranquillement le sport mi-janvier, je n’ai pas spécialement ressenti de douleur, je pense que c’est plus grâce au repos qu’aux soins de mon kinésithérapeute (ultra sons) même s’ils ont dû aider un peu.
En reprenant, pour les 8h de sport à l’école, j’avais pour la deuxième partie de l’année : 2h d’athlétisme (préparation 2000m), 3h de judo et 3h de handball/basket et donc 2/3 entraînements légers d’athlétisme du coup.
Jusque fin février, je ne ressentais pas de douleur sauf après les séances de judo (notamment après des combats au sol). J’ai donc décidé de faire un 10km que j’ai du abandonner à mi course (après 25min donc). A ce moment, j’ai ressenti exactement les même douleurs qu’avant au niveau externe du genou.
Là, je me suis re arrêtée totalement 1 mois avait également des douleur à froid. Mon médecin m’a prescrit un IRM (qui n’a rien donné…) et des semelles orthopédiques. Puis de fin mars (quand j’ai repris) jusque mi avril, j’ai réussi à finir mon année de sport à l’école avec des douleurs lors de la pratique de judo seulement. Jusque maintenant (mi juin), j’ai pu courir normalement sans douleur, mais sans footing plus long que 45min…
Tout cela semblait fini mais cette semaine (19 juin), le lendemain d’une compétition sur piste assez chargée, j’ai ressenti une douleur à l’endroit habituel lors d’un footing de récupération (au bout de 20min). C’était une faible douleur mais préparant un 10km pour le mois prochain, j’ai peur que tout recommence… J’ai aujourd’hui une petit gêne à froid.

Aucun des médecins que j’ai pu voir n’a trouvé ce que j’avais et ils n’ont rien pu me prescrire de mieux que du repos. Repos qui sert effectivement puisqu’à la reprise je n’ai pu mal mais cela revient quelques mois après… Mon entraîneur pensait au syndrome de l’essuie-glace mais rien d’anormal n’a été détecté à la radio ni à l’IRM, même si les symptômes semblent se ressembler.
Je tiens à préciser qu’avant mes périodes d’arrêt total, la douleur restait présente au repos, en marchant, en montant les escaliers, allongée…
Au niveau récupération, j’ai essayé (et je le fais toujours) de boire plus d’eaux (différentes) en rajoutant de l’eau avec une forte contenance de bicarbonate (Vichy St Yorre). J’ai également essayé de mettre du chaud sur mon genou, ce qui calmait la douleur un moment.

Voila, je pense avoir tout mis. Je ne sais pas si vous aller réussir à trouver ce que je peux avoir et surtout une solution parce que je ne me vois pas devoir m’arrêter un mois tous les 2/3mois… (surtout vis-à-vis de mes études dans le sport)

En vous remerciant d’avance

Cordialement,

Une réponse à la question

  1. Salut, une douleur chronique à 19 ans, il ne faut pas laisser ça sans réponse. Aucun des médecins que tu as vu ont proposé une IRM par exemple ? Perso je commencerais par demander à pouvoir bénéficier de cet examen…

    Répondre
    • J’ai déjà réalisé un IRM il y a un peu plus de 2 mois, le médecin qui m’a reçu à l’hôpital m’a demandé ce que je venais faire là… (il n’y avait rien d’anormal sur mon IRM)
      Donc arriver là, je ne vois plus que faire ni qui aller voir pour soigner ça !

      Répondre
      • Bonjour, moi j’ai le syndrome de l’essuie glace (tendinite), ça ne peut pas se voir à la radio mais on a fait une échographie du genou. Et c’est à ce moment qu’on a vu ce que j’avais. En espérant pouvoir vous aidez.

        Répondre
  2. En février j’ai commencé à avoir mal au genou droit (face externe) après chaque sortie de vélo. Je suis allé voir un médecin du sport, il m’a manipulé et à vu que le bassin était légèrement penché (suite à une chute dans les escaliers en décembre)
    En parallèle j’ai fais des radios qui n’ont rien montrées.
    Tu peux aller voir un ostéopathe

    Répondre
  3. Bonjour

    Je pense que votre histoire évoque tout à fait une pathologie tendino-musculaire du genou et plus spécialement le « syndrome de l’essuie-glace » qui a souvent était commenté et sur lequel les « spécialistes » intervenants ont souvent écrit.

    En ce qui concerne les explorations complémentaires, une radiographie simple du genou peut éliminer une affection osseuse évolutive dont il faut toujours se méfier ou une éventuelle exostose ou calcification qui pourraient favoriser le frottement du dit tendon sur la tête du péroné ou le bord externe du tibia. Mieux une échographie sérieusement réalisée ou une IRM confirmeront le diagnostic et élimineront une atteinte osseuse associée ou une lésion cartilagineuse ou ligamentaire séquellaire.

    Un examen podoscopique poussé, la recherche d’un trouble statique des membres inférieurs, l’usage d’une paire de chaussures « correcte », un entraînement spécifique, la suppression de gestes parasites, des exercices de renforcement musculaire couplés à des étirements spécifiques, des temps de récupération indispensables, viendront compléter les traitements locaux et généraux que vous avez probablement utilisés.

    Une tendinopathie ne survient pas par le fait du hasard et la prise en compte des ces différentes composantes doit vous permettre de courir dans des conditions confortables.

    Cordialement

    Répondre
    • bonjour
      ellei dit avoir mal au niveau du peroné et de l’hallux alors que l’essuie glace est une inflammation du TFL donc ce n’est pas la même chose. Ayant la même gêne, qu’estce que cela peut il être? sportivement

      Répondre
  4. Bonjour Lolodi,

    Je rencontre le même soucis que toi, j’ai consulté généraliste et osthéo dont plusieurs séances en me disant que mon perroné descendrait.. donc effet essuie-glace ?
    Je suis perdu, a la radion rien, scanner rien, IRM rien ! Je vais aller consulter un podologue pour les avoir des semelles orthopédiques mais j’y crois pas énormément.
    Tu as eu des nouvelles depuis le mois de Juin ?
    Tu as trouvée une solution ou le problème persiste ?

    Merci et bon courage pour ce foutu problème qui a l’air incurable.

    Répondre
  5. Bonjour Lolodu13 et Lolodi22,

    Avez-vous réussi à éliminer ce problème ?
    J’ai également le même problème…

    je n’arrive pas à trouver de solutions, je me suis fait faire récemment des semelles orthopédiques et j’ai des séances de kiné à répétitions.

    Bonne journée,
    Cédric

    Répondre
    • Bonjour cedric

      Je suis footballeur et j’ai eu les mêmes douleurs en 2013. Apres les mêmes examens mentionné personne n’a su me dire ce que j’avais. J’ai fais des infiltrations mais aucune amelioration. Le chirurgien m’a alors propose une arthroscopie du ménisque externe droit. Mai 2014, suite a larthroscopie, Il s’est avéré que j’avais une hypermobilite du ménisque externe droit, qui frottait et provoquait ces douleurs… ménisque qui a été legerement rabote durant l’arthroscopie… j’ai pu reprendre le foot en compétition même si mon genou n’a jamais récupérer a 100%.
      Depuis février 2017, j’ai traîné une tendinite du tendon externe reliant le mollet a la cuisse, mais j’ai pu finir la saison en serrant les dents. Après 1mois et demi de repos et des séances de kiné je reprend une nouvelle saison avec la tendinite… Et hier après 30min de jeu, j’ai de nouveau ressentie les douleurs de frottement aiguë identique à celle d’avant operation. Je sais déjà que les irm scanner etc ne reveleront rien. Je vais tenté des infiltrations, mais je pense que seule une arthroscopie du ménisque externe permettra de régler ce problème… j’ai tout de même un doute sur le péroné qui est également hypermobile selon mon kiné..

      J’espère que ce témoignage te sera utile dans la résolution de ton problème…

      Tiens moi au courant de ce que tu as eu comme diagnostic.

      Pierrot

      Répondre
      • Bonjour Pierrot, j’étais footballeur aussi et j’ai une douleur qui ressemble beaucoup à la votre depuis 2 ans et demi, sans diagnostic jusqu’ici malgré d’innombrables rendez-vous et spécialistes. Est-ce que cela serait possible d’avoir davantage d’informations sur vos symptômes pour comparer à ce que j’ai?

        Répondre
  6. Bonjour @Pierrot,

    Mon Kiné m’a aussi dit que j’avais aussi une hyper mobilité au niveau du péroné et que le muscle ischio pourrait être la cause de cette douleur car il tire le péroné vers le haut.

    En ce moment je travail énormément ma souplesse (J’ai longtemps joué au football). Je suis aussi dans une phase de réathlétisation. Ma douleur se déclenchée au bout de 5km, du coup je cours vraiment progressivement, 3km pendant 1/2 semaine ensuite je passe à 4km 1/2 semaine…

    Mon objectif est de faire un semi-marathon sur octobre

    Bon courage pour ta saison, tiens moi au courant si ça s’améliore de ton coté.
    Je te tiendrait au courant de mon évolution…

    Cédric

    Répondre
    • Bonjour Cédric, même commentaire qu’à Pierrot. j’étais footballeur aussi et j’ai une douleur qui ressemble beaucoup à la votre depuis 2 ans et demi, sans diagnostic jusqu’ici malgré d’innombrables rendez-vous et spécialistes. Est-ce que cela serait possible d’avoir davantage d’informations sur vos symptômes pour comparer à ce que j’ai? Pour ma part, j’ai une douleur aiguë qui survient proche de la tête du péroné au bout de 10 min de course environ.

      Répondre
  7. Bonjour,

    Même symptômes : douleur sur l’extérieur du genou gauche au bout de 20-25 minutes de footing. Très légère gêne quasi permanente.

    Plusieurs médecins, ostéos ou étiopathes consultés. Diagnostiques contradictoires (tendinite avec anti inflamatoires et repos sans aucun effet…. Replacement des lombaires…

    Radio, IRM… rien d’anormal.

    Je cherche depuis un an une solution mais suis découragé

    Juste une courte amélioration suite RDV ostéo qui aurait remis en place le péroné. J’ai cru au miracle en ayant fait une un ou deux séances sans douleurs puis c’est rapidement revenu.
    Je retourne le voir en me demandant si ce n’est pas un problème de raideur musculaire qui viendrait déplacer le péroné…

    On va bien voir.

    Répondre
    • Bonjour, même problème que vous. Rien à la radio ni à l’irm ni au scanner. Pourtant je ne peux pas courir plus de 20 min…. Mon médecin du sport dit pourtant qu’il y a quelque chose au niveau du péroné.
      Avez vous eu un retour de votre médecin ?

      Répondre
      • Bonjour Damien et Régis, même commentaire qu’à Pierrot et Cédric. j’étais footballeur aussi et j’ai une douleur qui ressemble beaucoup à la votre depuis 2 ans et demi, sans diagnostic jusqu’ici malgré d’innombrables rendez-vous et spécialistes. Est-ce que cela serait possible d’avoir davantage d’informations sur vos symptômes pour comparer à ce que j’ai? Pour ma part, j’ai une douleur aiguë qui survient proche de la tête du péroné au bout de 10 min de course environ et qui m’oblige à stopper.

        Répondre
  8. Même problême que vous….
    La douleur survient à la tête du peronné après 20 min de jogging. Pas de solution définitive pour l’instant mais deux trucs.
    1. Forcer légèrement la supination pendant le jogging. Allez savoir pourquoi…
    2. Les douches très froide (en hivers) pendant 3 – 4 min après chaque entrainement et/ou le matin (sur la tête du peronné). J’imagine que la glace doit avoir le même effet. Je combine cela avec de la crème au Diclofenac (Voltaren) sans être sur que celle-ci soit vraiment efficasse.
    Dites moi si ça marche aussi pour vous.

    Répondre
  9. Bonjour à tous, je me permets de vous écrire car avec vos histoires je me sens moins seul et j’ai l’impression qu’on souffre peut-être de la même chose. D’ailleurs il serait peut-être intéressant de constituer un groupe mail/facebook pour partager nos problèmes et s’aider dans la résolution car à l’évidence le corps médical a jusqu’ici été incapable de nous venir en aide et pour ma part je sais maintenant que je ne peux compter que sur mes recherches personnelles. Je n’ai pas besoin de vous expliquer à quel point ce type de douleur chronique sans diagnostic, et la frustration/solitude qui en résulte est la source d’une grande diminution de la qualité de vie, voire dans mon cas de dépression, étant condamné à arrêter foot, rando et tous les sports de course.
    Cela fait maintenant 2 ans et demi que je traîne un problème de genou survenu après un match de foot (j’y ai joué toute ma vie) qui s’est très bien déroulé et que j’ai disputé en intégralité. Une demi-heure après, à froid, une douleur importante m’a fait boiter, je n’avais pourtant pas pris de coup ou fait de faux-mouvements. L’amélioration a été rapide, j’ai donc retenté un match de foot le week-end suivant mais dès l’échauffement cette douleur est réapparue jusqu’à devenir violente et me faire boîter. Je suis allé au service de traumatologie de l’hôpital où un interne m’a ausculté à la va-vite en me disant que c’était surement une entorse du genou. Une fois encore l’évolution sur les deux jours suivants a été très bonne. Mais depuis ce jour, cette douleur est restée et existe sous deux formes : à chaud et à froid. A chaud : quand je cours une violente douleur en regard de la tête du péroné apparaît au bout de 8-15 minutes de course environ, puis elle cesse très vite quelques heures après et le lendemain c’est presque normal. C’est quasiment la même douleur si je fais de la rando avec du dénivelé, en particulier en descente. A froid, je sens une gêne intermittente, c’est-à-dire plus forte certains jours que d’autres, toujours au niveau de la tête péroné, une instabilité et le besoin de « soulager » le genou en faisant une flexion ce qui engendre un petit claquement/craquement qui n’est pas rotulien mais au niveau de la tête du péroné. Si je masse la zone de la tête du péroné, je sens une « gaine » un peu douloureuse quand je la fais rouler. Autre argument en faveur ou plutôt contre la tête du péroné, c’est que lorsque j’ai fait du kiné (20 séances), les ultrasons à haute fréquence me réveillaient une douleur intense quand la sonde était positionnée sur cette zone.
    Venant-en aux examens que j’ai faits et aux spécialistes que j’ai vu jusqu’à maintenant. En tout et pour tout, j’ai vu 3 médecins du sport différents dont l’ancien du Toulouse football club, qui m’ont tous embarqué en première intention vers un « syndrome rotulien » alors que je ne ressens aucune douleur du tendon rotulien. L’un d’eux m’a suivi un peu plus et m’a prescrit diverses choses à explorer sur laquelle je vais venir. Au niveau imagerie, j’ai fait : Radio face/profil/flexion genou, 2 IRM du genou à un an d’intervalle, dont un avec en rajout des images centrées sur la tête du péroné, un Arthro-scanner du genou, une échographie du creux poplité, une radio du bassin et une radio du dos. Tout était normal.
    J’ai vu deux rhumatologues différents qui m’ont fait deux infiltrations de corticoïdes, une dans le genou et une autre dans la zone de la tête du péroné sur laquelle s’attache les tendons du biceps fémoral et du poplité entre autres, ce qui par ailleurs a été l’occasion d’une seconde échographie du creux poplité (normale là encore). Absolument sans effet, même pas un micro-effet. J’ai consulté au moins 5 ostéopathes différents, deux chiropracteurs et une étiopathe qui m’ont manipulé, sans amélioration. On me dit souvent que mon péroné est peut-être un peu haut ou que mon tendon du biceps est un peu dur mais les manipulations n’ont rien changé, pas plus que tous les innombrables étirements réalisés régulièrement. A la limite, une fois, j’ai senti une stabilité anormalement bonne, suite à une consultation d’ostéopathe mais le problème est revenu dans la soirée. J’ai réalisé deux orthèses plantaires différentes, la seconde avec un très bon podologue/pédicure/posturologue qui m’a fait passer sur un tapis pour mesurer les points de pression, etc., là encore sans amélioration. J’ai fait des séances de kiné (20 séances) qui n’ont rien changé : ni le renforcement, ni les électrodes, ni les bandes de taping, ni les ondes de choc, ni l’argile, ni les ultrasons. J’ai fait deux séances d’acupuncture sans le moindre effet. J’ai été voir un premier chirurgien qui m’a proposé l’infiltration de la zone de la tête du péroné, et un second chirurgien très renommé à Toulouse. Ce dernier m’a envoyé vers un neurologue pour tester une compression du nerf fibulaire commun mais mon nerf fibulaire s’avère parfaitement fonctionnel d’après la neurologue. En seconde intention il m’a envoyé en médecine vasculaire pour faire des tests sur tapis roulant à l’effort et explorer entre autres un syndrome des loges, j’ai le rdv en juin. En derniers recours, il me propose une chirurgie exploratoire de la zone douloureuse mais sans promettre son succès.
    Voilà, autant vous dire que les années passent et que malgré mes 27 ans, le foot et les sports de course semblent à jamais derrière moi. Si vos symptômes sont proches des miens, je serai intéressé d’échanger, de sorte à ce que peut-être l’un de nous ait un diagnostic et qu’on puisse se faire avancer ensemble.
    Guillaume

    Répondre
    • Salut Guillaume , je serais très intéressé d échanger avec toi sur tout ça , je vis un peu la même chose et également sur Toulouse .

      Répondre
  10. Bonjour, même problème, mais je ne suis pas une sportive. Cela est apparu sans raison, alors que je faisais mes petits ados, et que j’allais me retourner pour le gainage. Pour le moment j’ai vu un ostéopathe, ça n’a rien donné. Radio et échographie, rien. Et je dois faire une IRM. Vos commentaires ne me rassurent pas..

    Répondre
  11. Bonjour,

    J’ai la même douleur que vous au niveau de la tête du fibula .
    au bout de 20 minutes de footing , je suis obligé de m’arreter .
    En vélo aucun soucis .
    Je pense qu’en ce problème provient du tableau de bord de mon véhicule . Au niveau du levier de vitesse .
    En effet, mon genou s’appui Naturellement dessus au repos , juste au niveau de la douleur .
    Ça fait appui sur le ligament .

    Répondre
  12. Bonjour,
    Je réponds un peu tard peut être que tu as trouvé une solution à ton problème depuis…
    j’ai eu des douleurs similaire au péroné, et finalement mon medecin du sport contrairement à mon généraliste a décidé de me faire passer une scintigraphie car il a finit par soupçonner des fractures de fatigues.. verdict : 3 fractures de fatigues péronés droit et gauche. Et idem, petite douleur au départ qui passé une fois à chaud , puis qui persisté à froid au fil du temps… Bon courage à toi !

    Répondre
  13. Bonjour Guillaume,

    Mon cas est un peu le copié collé du tien, peut-on se mettre en contact?

    Cordialement,

    Répondre

Réagissez