Suis-je prêt pour la SaintéLyon ?

Le 1 décembre prochain, aura lieu la 65e édition de la SaintéLyon, trail nocturne entre Saint-Etienne et Lyon. Engagée sur l'une des épreuves, l'une de nos lectrices se demandent si sa préparation sera suffisante pour réussir son challenge. Notre expert en trail Pascal Balducci lui répond.

Crédit Photo : Gilles Reboisson
Crédit Photo : Gilles Reboisson

Question

« Je tente pour la 1ère fois la Saintexpress cette année et je suis en plein doute. Plus particulièrement sur la typologie de la course et notamment les difficultés à rencontrer en terme de dénivelé. Je cours le marathon depuis 3 ans mais je doute finalement sur cette course « semitrail ». Avez-vous des retours sur expériences de runneuse amatrice ? Faut-il prendre le dénivelé comme une réelle barrière et grosse difficulté ? Où est-ce la météo peut faire de cette course un calvaire ? Je m’entraîne dur mais j’appréhende beaucoup. »

Réponse de notre expert trail

Vous avez raison de vous poser des questions. En trail, il faut pouvoir évaluer la durée de l’effort en lieu et place de la distance. Cette durée tient compte de la distance mais aussi du dénivelé, de la technicité et des conditions météo.

Concernant la SaintExpress, la distance est de 44 km, le dénivelé positif est de 1400m, le dénivelé négatif est de 1900m, la technicité est faible (mi route mi trail) et les conditions météos sont incertaines (possibilité de froid, neige, pluie …), ce qui peut rendre la course plus compliquée.

Ainsi, la durée de course comparativement à un marathon est certainement à multiplier par 1.5, voire plus. Si vous valez 4h sur marathon, il faudra prévoir 6h sur la Saintexpress. Concernant le dénivelé, l’erreur serait de vouloir courir à tout prix dans toutes les montées, au risque d’avoir des variations importantes de l’intensité de votre effort. Il faudra veiller à conserver une même intensité au risque de marcher. Pour cela, surveillez le cardio ou fiez-vous à vos sensations (ventilation …). En descente, facteur limitant bien plus important que les montées, veillez à être fluide et économe, surtout dans les descentes raides sur la route. Il vous reste un peu de temps pour accomplir de belles séances sur terrain spécifique pour vous habituer à toutes ces contraintes. Il faudra aussi adapter votre hydratation-nutrition à la durée de l’effort, aux conditions météo et à votre propre physiologie.

En résumé, si vous êtes marathoniennes, vous avez des bases suffisantes pour vaincre la Saintexpress, et quelques séances spécifiques vous permettront de vous adapter musculairement et techniquement au terrain, et d’adapter votre stratégie en conséquence.

Réagissez