Triathlon : Un Test Event à Tokyo éprouvant pour les filles

François-Xavier de Chateaufort

Tout sauf une partie de plaisir ce Test Event à Tokyo. A moins d'un an des Jeux Olympiques, les filles ont du faire face à une chaleur humide très pesante. Entre les abandons et une double disqualification à l'arrivée, la course fut épuisante. La première Française Emilie Morier termine 12ème.

Emilie Morier 12ème du test-event de Tokyo (crédit: Fédération Française de triathlon)
Emilie Morier 12ème du test-event de Tokyo (crédit: Fédération Française de triathlon)

Le Test Event de Tokyo qui offrait un quota olympique à la gagnante aura bien porté son nom ce jeudi. Les filles qui inauguraient les 4 jours de compétition ont pu tester les conditions qui les attendront dans moins d’un an aux Jeux Olympiques du moins pour celles qui seront qualifiées.

Avec 28,5 degrés et près de 90% d’humidité, l’ambiance est déjà suffocante au départ à 7h30 du matin. Et première annonce, en raison de la température élevée, le parcours de course à pied est réduit de moitié pour les 65 concurrentes dont les Françaises Cassandre Beaugrand, Émilie Morier, Léonie Périault et Sandra Dodet avec un programme de 1,5 km de natation, 40 km de vélo et 5 km de course à pied.

 

À la sortie de la natation (2 boucles de 750m) dans l’Odaiba Bay, c’est la Britannique Jessica Learmonth qui est la plus rapide, Cassandre Beaugrand arrive sur l’aire de transition en 16ème position avec 35 secondes de retard, Émilie Morier est 24ème à 15 secondes de Cassandre, Léonie Périault est 28ème et Sandra Dodet est beaucoup plus en retrait au 53ème rang.

 

Lors des 40 kilomètres de vélo exigeants en ville avec de nombreux virages, plusieurs groupes se forment. Jessica Learmonth partie seule avec une dizaine de secondes sur ses poursuivantes directes est finalement rejointe au bout de 10 km par 11 sérieuses clientes dont la double championne du monde de courte distance Flora Duffy (Barbade) qui fait son grand retour à la compétition après plus d’un an d’absence.

Cassandre Beaugrand et Émilie Morier se placent dans le groupe de chasse à environ une minute de Fora Duffy qui prend les commandes à l’avant. Dans le 3ème groupe, on retrouve Léonie Périault qui prend plus de 2’30 de retard sur la tête, Sandra Dodet suit dans le 4ème groupe encore 30 secondes derrière.

Devant, coup dur pour l’Américaine Katie Saferes. La numéro 1 mondiale chute et abandonne, le suspens est relancé l’Américaine Taylor Spivey et l’Italienne Alice Betto se passent le relais aux côtés de Flora Duffy. L’écrémage se fait et derrière ces meneuses, les écarts se creusent et le groupe de chasse de Cassandre et Émilie finit par compter 1’50’’ de retard.

 

Lors de la course à pied, il est acquis que la victoire se jouera dans le groupe de tête. Le soleil perce et intensifie la chaleur les conditions deviennent éprouvantes. La plus rapide sur cette partie est la britannique Vicky Holland avec un chrono de 16’30’’. Mais ce sont 2 autres anglaises qui franchissent la ligne d’arrivée en tête et là coup de théâtre !

Jessica Learmonth et Georgia Taylor-Brown s’imposent main dans la main, devant Flora Duffy. Une attitude sanctionnée par les juges, comme le stipule le règlement : « Les athlètes qui terminent en situation d’égalité, où aucun effort n’a été fait pour séparer leur chrono à l’arrivée, seront disqualifiés ».

La sentence appliquée permet à Flora Duffy de s’imposer devant Alice Betto et Vicky Holland.

 

Une fin de course ubuesque au cours de laquelle la Française Emilie Morier a tenu bon malgré un vélo difficile pour accrocher la 12ème place officielle à 2 minutes de Flora Duffy. Du coté des autres tricolores, Léonie Périault , 6ème meilleure temps de la course à pied en 17’04 termine 20ème, au coude à coude avec Cassandre Beaugrand (19ème) qui franchit la ligne d’arrivée épuisée. Sandra Dodet prend la 38ème place.

Sur les 65 concurrentes en lice, 54 ont franchit la ligne d’arrivée les visages fatigués avec 2 jours de repos bien mérités avant le relais mixte dimanche qui permettra d’obtenir des billets pour les Jeux Olympiques de Tokyo en cas de victoire.

 

Émilie Morier (source Fédération Française de Triathlon) : « Dans ces conditions on ne cherche qu’une seule chose, c’est finir la course et arrêter de subir cette chaleur. Le corps surchauffe et on se retrouve bloqué à une allure sans pouvoir gérer. Je n’ai jamais fait une course aussi dure, au début du vélo j’ai surchauffé et j’ai dû mettre 4 tours à récupérer et à me replacer. J’étais à peine lucide mais n’ai pas craqué et j’y suis allée au mental. Sur la course à pied je me suis dit qu’il fallait que j’essaie de marcher au début, mais je suis partie en courant et me suis vite retrouvée bloqué à 15 km/h. C’était pour tout le monde pareil et je suis quand même contente de ma performance car c’est la première fois que je fais une course sous une telle chaleur. »

 

Classement :

1. Flora Duffy (Ber)

2. Alice Betto (Ita)

3. Vicky Holland (Gbr)

12. Emilie Morier (Fra)

19. Cassandre Beaugrand (Fra)

20. Léonie Periault (Fra)

38. Sandra Dodet (Fra)

 

 

Réagissez