Le Swimrun Français prend de l’altitude

Article écrit par Elfie Arnaud et Tom Ralite (Team Belove)

Le dimanche 27 août 2017, a eu lieu le premier Swimrun Français en altitude, sur un plateau à 1500m. D’origine Suédoise, cette discipline est restée une dizaine d’années ancrer dans les pays scandinaves.
Mais depuis deux ans, l’épidémie Swimrun s’étend dans le monde entier. De nouvelles courses naissent chaque année, on en comptait seulement 3 ou 4 sur le sol Français il y a trois ans, pour une cinquantaine en 2017. Ce sport nature provoquant une réelle sensation de liberté est souvent pratiqué dans des lieux exceptionnels. La France possède une incroyable diversité de paysages, propices à cette nouvelle discipline.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Un lieu d’exception

C’est dans les Pyrénées-Orientales, en Pays Catalan, au cœur du Capcir que s’est déroulé cet évènement.

Cette destination de montagne, est idéale en toute saison. Ce territoire est également une pépinière de champions. En effet, de nombreux sportifs mondialement connus viennent tout au long de l’année pour se préparer physiquement et mentalement à leurs échéances sportives.

Certains ont même débuté leurs jeunes carrières sur les bancs du lycée Pierre de Coubertin à Font-Romeu.

Ce lieu est propice à diverses activités pédestres, nautiques et aquatiques.

L’été, le lac de Matemale situé à 1500m d’altitude est encerclé par la forêt de la Matte. Il est également proche de Matemale, un petit village de montagne qui conjugue authenticité et tradition catalane. Surplombant le lac, on aperçoit également « les Angles », une des stations de ski pyrénéenne.

En plein cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes, en raison de son paysage, ce lieu est souvent nommé « le petit Canada ».

Ce fut donc une évidence pour l’association sportive « Les Angles Triathlon » d’organiser un Swimrun dans un tel cadre.

 

Conception du projet Swimrun

L’idée d’organiser un swimrun a germé naturellement pour le club « Les Angles Triathlon ». En effet, ils cherchaient depuis quelques temps, un projet innovant afin de mettre en valeur leur territoire.

Ce club, fondé en 2003, avait pour objectif de promouvoir les sports enchaînés dans les hauts cantons catalans. Et cela a fonctionné, puisqu’en 2007, une section sportive de triathlon a été créée au Lycée Pierre De Coubertin à Font-Romeu. Les jeunes athlètes ont du potentiel, car certains ont déjà un niveau Européen.

L’association est riche d’idées, et les personnes du club sont très dynamiques. Ce sont eux qui sont à l’origine, en 2008, de la création de la mythique course l’Altriman. Cette course a maintenant été reprise par des organisateurs privés, mais cela ne freine pas cette association désireuse de nouveaux projets. D’ailleurs, ils organisent aussi le trail des pérics (23km de trail, 1300m de dénivelé positif) et canitrail (10 km, 400m de dénivelé positif).

Ce club est principalement chapeauté par Véronique Chenault (administration, financement, communication…) et  Jean-Vincent Carbou (organisateurs des épreuves, entraineur de la section sportive). Tous les deux ayant un passé de triathlètes et étant pyrénéens, ils avaient vraiment l’envie de créer un nouvel évènement sportif en terres catalanes.

L’idée d’organiser un swimrun a été rapidement parmi les esprits. Le partage, le dépassement de soi, et la découverte de nouveaux paysages correspondent tout à fait à leurs valeurs et aux envies du club. L’éloignement des principales agglomérations (1h15 de perpignan, 2h15 de Toulouse) était une crainte pour eux par rapport aux distances proposées. L’altitude (1500m au niveau du lac) est quant à elle, au contraire, un facteur d’innovation et d’attractivité. En effet, aucun swimrun en France n’avait encore était réalisé à cette altitude-ci. On connaît le majestueux Engadin Swimrun en Suisse (ÖTILLÖ World Séries), mais c’est une première en France. Alors forcément, le swimrun de Matemale a une saveur particulière pour les organisateurs.

Finalement, au bout d’un an, ils ont décidé de se jeter à l’eau. L’accord pour l’organisation de l’évènement a pris un peu de temps (présentation du projet à la communauté de commune des Pyrénées Catalanes, concurrence avec d’autres organismes), mais c’est leur projet qui a été choisi en Février. Le club s’est donc engagé pour cette nouvelle aventure avec seulement quelques mois pour organiser cette première édition. D’autant plus que l’évènement a été programmé le même week-end que le trail des Pérics et la Canitrail. Quel week-end !!!

Le lieu de l’évènement, lui, était déjà fixé. Le club a décidé de se cantonner sur un seul lac, celui de Matemale. Cela permettait une meilleure sécurisation du parcours, un nombre moins important de bénévoles et une unique autorisation d’EDF (gestionnaire du barrage).

L’association, a eu la chance de trouver et d’être aidée par quelques partenaires : EDF, la station de station de ski Les Angles (récompenses, matériel, ressources humaines), Mako (récompenses) et autres partenaires privés qui ont permis d’acheter des lots à prix avantageux pour gâter les swimrunners.

image3

 L’évènement Swimrun

Le club « Les Angles Triathlon » a vraiment insisté pour organiser deux formats de course. Le but étant de rendre le swimrun accessible au grand public dans un lieu sécurisé.

Deux distances ont donc été proposées lors de cet évènement sportif. Un format S de 10 kilomètres (8km de course à pied et 2km de natation), et un format M de 20km (16km de course à pied et 4km de natation). Ces distances sont approximatives. En effet, au mois d’août il a fait très chaud, et le barrage a dû lâcher un peu d’eau.

Résultat des courses : le niveau d’eau a baissé de quelques mètres, ce qui a perturbé les distances prévues initialement. Cela a provoqué un peu de stress aux organisateurs qui ont géré ce contretemps naturel d’une main de maître. Le parcours a pu être un peu modifié mais forcément les distances en Course à pied  et Natation n’étaient pas bien précises. Ce sont les aléas du swimrun, et ce n’est pas très important. Ce sport est basé sur la découverte des paysages, sur le partage, la liberté et surtout la préservation de l’environnement. C’est l’homme qui s’adapte à la nature et non l’inverse. Donc bravo aux organisateurs et aux swimrunners qui comprennent cet état d’esprit et qui s’adaptent en fonction des éléments extérieurs.

 

Le dimanche 27 août, les swimrunners se sont donc retrouvés au bord du lac de Matemale, un lieu splendide, prêts à s’élancer dans cette nouvelle édition. Le soleil était au rendez-vous. La température extérieure prévue pour la journée était de 25 degrés (à 12h), et la température de l’eau était annoncée à 18-19 degrés. C’est chaud pour un swimrun. Certains athlètes sont même partis en maillot de bain sur le format S.

Un briefing rapide, bienveillant et de qualité concernant le parcours a été donné un peu avant le départ. Les organisateurs ont mis en garde les athlètes concernant l’altitude et ils ont donné quelques conseils :

- Ne pas partir trop vite

- Gérer son effort

- Bien s’hydrater car on se déshydrate plus vite en altitude

- S’alimenter si besoin

Le départ du M a été donné à 9h30, et celui du S une petite heure après.

Le petit format (S) comprenait peu de dénivelé et les portions de course à pied étaient assez courtes (<3km) afin que ce soit accessible à tous les débutants. Le parcours était autour du tour du lac, en variant les portions de course à pied et de natation  qui étaient bien délimitées et balisées.

Le format M s’est déroulé également autour du lac mais avec deux difficultés, une portion de course à pied de 7,5 km avec 300m de D+ et à la fin de celle-ci, une longue portion de natation (1100m) qui attendait également les athlètes. Les organisateurs ont voulu mettre des portions plus compliquées en natation et en course à pied pour avoir une équité dans les deux disciplines.

Deux ravitaillements ont été proposés pour le format M, et un pour le S. On pouvait y trouver de l’eau, du coca, des fruits, fruits secs. C’était très complet et suffisant pour la course. A l’arrivée, un ravitaillement plus diversifié a été mis en place pour les athlètes. Eh oui, il fallait d’abord passer la ligne pour pouvoir déguster quelques bonbons ou des fruits à tremper dans un coulis de chocolat. Comme le dit le dicton : après l’effort, le réconfort !

Le format M a été remporté en 2h08 et le S en 1h26. Les swimrunners ayant franchis la ligne étaient chaleureusement accueillis par les organisateurs, les bénévoles et les spectateurs présents. Certains ont même donné leurs impressions au micro. Les sourires étaient au rendez-vous en ce jour ensoleillé. La bienveillance, le partage et la bonne humeur ont vraiment été présents lors de cette journée, c’était vraiment agréable et ça ne fait que renforcer l’amour que les swimrunners ont pour ce sport.

Les remises des récompenses ont été faites une fois les derniers concurrents arrivés, face au lac. De nombreux lots ont été distribués (paniers garnis, maillots de bain Mako, forfait de ski à la journée). Les organisateurs étaient très contents d’avoir été la présence de Jessica Harrisson, partenaire Mako, qui était marraine de l’évènement.

Jessica Harrison et Carole Péon  (anciennes triathlètes internationales) ont tenu à être présentes sur cet évènement. Elles connaissent très bien les lieux, puisqu’elles se sont entraînées des années dans ces hauts cantons pour préparer leurs échéances sportives majeures en Triathlon. Elles avaient à cœur de revenir ici. Carole Péon, malheureusement blessée n’a pas pu prendre le départ, mais Jessica Harrisson avec sa binôme Delphine Justaffre ont bien représenté la catégorie féminine sur le format M en terminant à la 5ème place du général.

 

Et après ?

Le bilan est plus que positif. La beauté du site, le choix des parcours, la convivialité et le partage  entre les bénévoles et les coureurs, la présence de Jessica Harrisson ont été des points forts pour cette première édition. A noter également la qualité du balisage. En effet, le balisage était conséquent, les sorties d’eau étaient bien visibles grâce à des grandes flammes. Le travail des bénévoles a été remarquable. A chaque transition, à chaque intersection, des bénévoles étaient là pour orienter les swimrunners, mais également pour les encourager. C’était très agréable de pouvoir courir et nager dans un tel endroit avec une entraide et des encouragements pareils. Initiés, ou débutants, on vous conseille vraiment de vous jeter à l’eau et da participer aux prochaines éditions.

Les organisateurs et le club sont sortis enrichis de cette première expérience et l’envie de recommencer est encore plus forte. Ils ont déjà pensé à quelques améliorations. Ils voudraient plus communiquer sur l’évènement et pouvoir divulguer le parcours sur les réseaux sociaux. Des changements et des nouveautés risquent d’apparaître aussi, puisqu’ils voudraient rallonger un peu le format M, essayer d’avoir des chasubles (en fonction du budget) etc. Le swimrun inspire, et ils réfléchissent aussi à proposer aux traileurs de courir en duo sur le trail des Pérics.

Vous l’aurez compris, ce swimrun est un « petit bijou à préserver » comme le dit si bien Véronique Chenault, et nous n’avons qu’une envie, vivre à nouveau ce genre de moment.

Merci à tous les organisateurs, les bénévoles et toutes les personnes qui ont œuvré, qui se sont investis pour que tous les athlètes puissent vivre une belle journée. Le pari est réussi et on vous invite à aller les rencontrer lors des prochaines éditions.

Team Belove

 

 

Réagissez