Florian Carvalho : « Ce titre permet de repartir sur une nouvelle dynamique avec un état d’esprit plus serein. »

Florian Carvalho est devenu champion de France de semi-marathon à Saint-Omer (Pas-de-Calais) en s'octroyant la 2ème place derrière le Marocain Abdelilah El Maimouni.
Ce premier titre national sur la distance est une belle occasion pour Florian Carvalho de se relancer après sa déconvenue le mois dernier lors du marathon des championnats d'Europe à Munich (Allemagne). Entretien.

Florian Carvalho champion de France de semi-marathon
Florian Carvalho champion de France de semi-marathon

Lepape-info : Florian, vous étiez favori pour ce titre de champion de France comment s’est déroulé la course ?  

Florian Carvalho : J’étais venu surtout pour valider tout le travail fait cet été. J’avais coupé après Munich mais j’avais des restes, c’était l’occasion de passer un bon moment. Au début nous étions quelques-uns à s’observer, il y avait pas mal de vent notamment de face en première partie de course. Le premier kilomètre s’est couru en 2’58 avant de passer sur un tempo à 3’06-3’08. Je savais que je risquais d’être juste sur la fin car je n’avais pas fait grand chose ces derniers temps. J’étais sur les acquis de ma préparation d’avant Munich, cela m’arrangeait que la course ne parte pas trop vite.

À partir du 8ème kilomètre nous avions le vent dans le dos, on est revenu sur une cadence à 2’56 pendant 2-3 kilomètres vers la mi-course avant de retrouver le vent de face. À 2 kilomètres de l’arrivée, Abdelilah El Maimouni a placé une attaque qui m’a relégué à 30-40 mètres derrière. Mentalement j’avoue ne pas avoir été très gaillard, j’ai hésité à y aller, je sentais mes jambes un peu lourdes. Il était le plus fort, je n’ai pas de regret pour la victoire, l’essentiel pour moi était de jouer le titre. Certes j’étais favori mais il fallait le faire et coup de chapeau à Romain Mainguy (champion de France Espoirs) et Alexis Godefroy qui complètent le podium et que j’ai félicité à l’arrivée. Je me suis battu avec les armes du jour mais je n’étais pas en total contrôle.

 

Florian Carvalho : « Cela m’est rarement arrivé de passer à travers à ce point avec le maillot de l’équipe de France, à Munich ce fut un échec complet, j’ai été nul. » 

 

Lepape-info : Ce titre parvient-il à effacer quelque peu la désillusion de Munich sur marathon ? 

F.C : Ce titre permet de repartir sur une nouvelle dynamique avec un état d’esprit plus serein mais cela n’effacera pas ce qu’il s’est passé à Munich (52ème en 2h21’51 à cause de crampes). J’aurais préféré réaliser ma performance aux championnats d’Europe en faisant TOP 12 sur marathon et faire 3ème ou 5ème aujourd’hui que l’inverse. Si j’ai couru ce dimanche c’est que j’ai loupé ma course à Munich, j’avais besoin de me relancer rapidement, de ne pas manquer le coche de regoûter à la compétition et de rapporter un titre à mon club Pays Fontainebleau. Cela m’est rarement arrivé de passer à travers à ce point avec le maillot de l’équipe de France, à Munich ce fut un échec complet, j’ai été nul.     

 

Florian Carvalho : « Je vais refaire des marathons pas dans l’objectif de réaliser des gros chronos mais plus pour assimiler du kilométrage, de les faire comme des sorties longues, de plus en plus rapides. » 

 

Lepape-info : Qu’avez-vous retenu de l’échec vécu à Munich ? 

F.C : Mes crampes ne sont pas dues à l’alimentation car j’étais parti moins vite et j’ai eu des douleurs plus tôt dans la course. Ce n’est pas non plus un problème d’hydratation. Musculairement j’avais fait du renforcement mais on va continuer. Je pense que je ne travaille pas de la bonne façon, il faut que j’augmente le kilométrage au niveau de mon allure spécifique marathon pour m’habituer à cette distance. Sur semi cela passe tranquillement, aujourd’hui à aucun moment je n’ai eu un début de sensation de crampes alors que sur marathon à Munich dès le 18ème kilomètre je savais que cela allait être difficile. Dans mon approche il y a des choses à changer, on va voir cela sur les prochains rendez-vous. Je vais refaire des marathons pas dans l’objectif de réaliser des gros chronos mais plus pour assimiler du kilométrage, de les faire comme des sorties longues, de plus en plus rapides. Dans 3 semaines je vais faire le marathon d’Eindhoven (Pays-Bas) avec l’équipe de France police dans le cadre des championnats d’Europe de Police. J’y vais pour que l’on gagne par équipes, je vise 2h20, cela me fera une bonne sortie longue avec cet objectif d’assimiler du kilométrage à des allures proches du marathon.

 

Lepape-info : C’est là où l’on se rend compte que malgré votre expérience, le marathon est une discipline difficile à apprivoiser

F.C : Oui c’est vraiment une épreuve à part. Le semi-marathon c’est une heure d’effort, vous n’avez pas trop besoin de vous ravitailler, mon corps peut tenir ce timing. Par contre le marathon dès que vous le faites intensément, cela devient un peu plus compliqué. Même si je ne cours qu’un peu plus de 2 heures il y a déjà cet aspect, cette notion de durée de l’effort que j’ai du apprendre et que je ne connaissais pas avant. On pensait que c’était la raison de mes crampes mais finalement on s’est rendu compte que non puisque quelque soit mon allure j’ai des crampes. Conclusion il y a un problème musculairement, d’aisance ou d’habitude de courir longtemps à l’allure marathon. Effectivement à l’origine je suis un coureur de 1 500 m, mon assiduité à l’entraînement me sert mais après il faut s’habituer à la distance, c’est comme des athlètes qui sont très bons coureurs de 800 mais qui n’y arrive pas sur 1 500 m et inversement. Le marathon est peut-être la limite actuelle de mon « panel » de distances, il faut que je l’exploite un peu plus, que j’aille plus loin pour réussir à concrétiser sur marathon. Tout va bien sur semi, je ne suis pas abattu mais il va falloir passer par une grosse phase de travail et une autre approche pour faire un gros chrono sur marathon.

 

Lepape-info : Vous avez programmé d’autres rendez-vous après Eindhoven ? 

F.C : J’ai prévu de faire le 20 novembre les championnats de France de marathon à Deauville (Calvados) pour une course un peu comme aujourd’hui mais rien d’autre après pour le moment. Avec Eindhoven cela me fera 2 marathons assez proches l’un de l’autre. L’objectif est surtout de prendre de l’expérience sur la distance, à certaines allures, 2h20 puis moins… On verra bien, cela fait 2-3 marathons que l’on arrive pas à résoudre mon problème de crampes, il faut changer de méthode et tenter autre chose.

Réagissez