Femme et carence en fer

Quelles sont les différentes raisons pouvant expliquer ces carences?

iStock_000015080571_XXXLarge

La femme en règle générale a tendance à manquer en fer. Il ne faut donc pas rendre responsable la pratique sportive de la course à pied comme seule explication à une carence en fer même s’il est vrai que le running peut jouer un rôle néfaste en raison à la sollicitation importante du fer qu’elle requiert. En effet, la course à pied occasionne des ondes de chocs provoqués par l’impact du pied sur le sol qui détruisent les globules rouges.

Le fer a une action primordiale dans le transport de l’oxygène jusqu’aux muscles. Donc une baisse de taux de fer dans le sang provoquerait une modification de ce transport de l’oxygène sanguin. Mais via un bilan sanguin, il faudra surveiller davantage la ferritine car elle permet le stockage du fer et ainsi éviter les carences préjudiciables à la performance.

De plus, la femme part avec un certain handicap car la concentration en hémoglobine et les réserves en fer (ferritine) sont plus basses que chez l’homme.

Différentes raisons pourrait expliquer le manque de fer chez la femme.

La première serait due aux menstruations, surtout si elles sont abondantes et longues.

La seconde serait due au régime alimentaire des femmes. Et oui malheureusement, les femmes sont souvent obsédées par leur poids et ne s’alimentent pas convenablement. Le problème est amplifié quand les femmes pratiquent le sport, et que leur organisme a besoin de certains aliments notamment ceux contenant du fer (viande, fruits de mer, abats, légumes secs).

La troisième serait due à la grossesse et l’allaitement qui sollicite beaucoup les réserves en fer. La dernière serait une raison individuelle à chaque femme : le mode de contraception (stérilet), l’hérédité, l’assimilation du fer (certaine fixe moins que d’autre le fer). Par exemple, si vous devez vous supplémenter, après avis médical, prenez également de la vitamine C qui contribuera à la fixation du fer dans l’organisme.

En revanche, certaines interactions sont à prendre en considération : éviter la consommation excessive de café, le thé, de vin qui perturbe l’assimilation du fer dans l’organisme. Mesdames si vous êtes accro à ces boissons, éloignez-les des repas et surtout privilégiez une alimentation riche en fer qui pourrait contrer ce déficit.

Réagissez