Régime sans gluten, la nouvelle mode ?

Attention à ne pas confondre traitement et régime pour maigrir

Le pain un allié du sportif

Le régime alimentaire sans gluten a déjà convaincu de nombreuses stars du sport, et les éloges ne manquent pas. Cette mode, parce que nouvelle, doit-elle être la seule « bonne » raison pour l’adopter à l’aveugle ?

Pour qui ? Les intolérants au gluten

A l’origine, ce régime restrictif est destiné aux patients touchés par la maladie cœliaque. Celle-ci est une maladie gastro-intestinale qui se déclenche, après la consommation de gluten, chez les personnes génétiquement prédisposées. Elle se caractérise par une intolérance à une protéine: le gluten qui se trouve dans les grains de certaines céréales, comme le blé, l’orge, et le seigle. Cette molécule attaque et atrophie l’intestin grêle. Le seul traitement : l’éviction de toutes traces de gluten.

Quels sont les aliments à supprimer? La liste est très longue

Du pain aux pâtes, du germe de blé aux barres de céréales, des desserts lactés aux légumes verts cuisinés surgelés,  de la bière au malto-dextrines (souvent présentes dans les boissons diététiques de l’effort)…

Ces restrictions sévères réduisent la diversité des choix alimentaires et augmentent les risques de déficit d’apports nutritionnels de qualité. Croyez-moi, cette situation n’est guère enviable.

Ce n’est pas un jeu

Avant de vous engager dans un tel régime, parce que « vu à la télé », consultez un médecin qui seul pourra diagnostiquer la nécessité de prolonger ou non ce choix diététique.  L’alimentation sans gluten est un vrai soin qui permet d’atténuer les symptômes et les complications d’une vraie maladie. Ce régime n’est pas un nouveau régime pour maigrir, ou la tendance du moment, c’est un traitement.

1 réaction à cet article

  1. Très bon article. Eant moi-même malade cœliaque, je confirme que le régime sans gluten n’est pas un jeu mais une nécessité vitale. C’est un fait, que étant malade à la base, j’ai rapidement apprécié les bien-faits du régime mais chez un non malade, je ne pense pas que cela soit significatif.
    Pour ma part, me sentant beaucoup mieux, je m’attaque pour le coup à un marathon dans une semaine. Il est vrai que les restrictions alimentaires ne facilitent pas l’organisation, notamment pour tous les boissons et produits énergétique, les ravitaillement à éviter… mais cela devrait bien se passer.

    Répondre

Réagissez