Quel dîner la veille d’un marathon?

Alternatives aux pâtes

Le dernier dîner avant un marathon doit vous apporter des réserves énergétiques suffisantes en vue de votre effort du lendemain. Alors autant choisir les bons aliments...

Crêpes salées

Quel marathonien ne s’est pas retrouvé devant une assiette de spaghettis la veille de son épreuve ? Un choix alimentaire un peu lassant. Voici une autre idée de repas pour les plus gourmands.

Une vérité nutritionnelle : le plein de sucres

Pour courir, il faut des glucides. Le carburant préférentiel de la fibre musculaire, en plein effort, est le sucre. Du point de vue métabolique, les réserves énergétiques se déposent dans le foie et les muscles dans l’attente de votre marathon.

Il faut bien manger, certes, mais inutile de se goinfrer. De lourdes quantités à digérer risquent de gêner votre sommeil.

Préparations salées à base de pomme de terre, riz, semoule, quinoa ou sucrées telles que crêpes, riz au lait, … qu’importe. Ces aliments apportent tous des glucides intéressants. On évitera pour leur « qualité » nutritionnelle insuffisante : les sodas, les boissons énergisantes,…

Et, pourquoi pas !

Côté salé :

  • Taboulé
  • Pommes de terre en robe des champs + beurre (ne pas avaler la plaquette)
  • Rôti de veau (au jus, ou une sauce aux champignons…)
  • Fromage blanc et son coulis de fruits rouges
  • Poire cuite et ses amandes effilées

Combinaison salée-sucrée faite maison bien sûr, pour « maîtriser » les apports en matières grasses :

  • Crêpe salée avec pour garniture (jambon, œuf, voire un peu de saumon fumé…)
  • Crêpes à la confiture, miel…
  • Faisselle
  • Compote de pommes

Et de l’eau dans les verres !

Réagissez