La Parisienne : le petit-déjeuner d’avant-course

Pas de départ à jeun

Un peu de stress, mauvaise nuit, pas envie de manger. Idées désorganisées, légère tension, douleurs abdominales… préparez votre petit déjeuner la veille. Une jolie table bien mise redonne le sourire.

le bon petit-déjeuner

Le petit déjeuner pour recharger l’organisme

On ne fait que le répéter, mais je vous le redis. Un petit déjeuner peut véritablement influencer votre course. Comment voulez-vous terminer votre parcours si vous n’avez pas donné du carburant à votre moteur musculaire?

On se réveille

Ce matin, pas de grasse matinée.  La compétition débute à 10h. Cela vous permet de prendre un petit déjeuner 3 heures avant le départ afin d’assurer la fin de la digestion des aliments. Si cette règle n’est pas suivie, des perturbations digestives risquent de perturber votre course.

Un repas traditionnel

Il faut en finir avec l’idée reçue selon laquelle il faut se gaver de pâtes et de poulet et risquer de partir toute ballonnée. Il vaut mieux se rassurer avec un petit déjeuner traditionnel, avec des aliments connus et digestes.

Idées de recettes matinales. N’hésitez pas à jouer avec les équivalences alimentaires

  • Petit-déjeuner 1

-       Café sucré ou non
-       Baguette beurrée
-       Miel
-       Yaourt aromatisé ou non

  • Petit-déjeuner 2

-       Thé sucré ou non
-       Muffin
-       Confiture de fruits
-       Fromage blanc sucré ou non

Et, l’indispensable : un bon verre d’eau au réveil pour se réhydrater et ouvrir l’appétit

Bonne course et beaucoup de plaisirs!
zp8497586rq

5 réaction à cet article

  1. Merci pour les conseils !
    Petite question: en ce moment je fais une cure de chlorure de magnésium. Combien de jours avant la course l’arrêter afin que mon transit ne soit pas perturbé ?

  2. Aucun problème particulier pour cette prise médicamenteuse ; s’il existe aucun de problème de transit actuellement sous ce traitement de magnésium, il n’y aura pas plus de problème « du à ce médicament » pour la course Attention toutefois, ne faites pas de « changements » de vos habitudes alimentaires, les jours précédents les courses …. ce sont ces changements d’alimentation qui peuvent créer des problèmes de transit ; l’organisme a horreur des changements brusques il faut « le roder » !!!
    Bonne course

  3. Merci pour les conseils !

  4. bonjour,

    je préfère partir courir tôt le matin, donc pas le temps de faire un bon petit déj. : juste 1 à 2 bananes et beaucoup d’eau. Mais je sens que je ne suis pas à mon maximum. Que puis-je faire pour bien manger sans avoir à attendre pour partir courir (7h30)?

    • Partir s’entrainer après un copieux petit déjeuner n’est pas idéal. Il faut trouver le bon équilibre entre le ventre vide et le ventre plein. Cet équilibre est personnel et …précaire. Voici quelques points à revoir :

      – Qualité du repas de la veille (un peu de féculent pour l’apport glucidique de réserve)

      – Petit déjeuner :
      o Mastication suffisante
      o Repas pris assis, et non entre la porte du réfrigérateur et la recherche des baskets
      o Variation autour d’un laitage (yaourt, fromage blanc), d’une compote ou de la banane, d’un verre d’eau

      – Echauffement suffisant, progressif. Celui-ci a pour objectif d’augmenter la température corporelle, d’élever progressivement le rythme cardiaque et préparer les muscles. Peut-être partez-vous trop vite !

      Dominique Poulain

Les commentaires sont fermés.