Les masques de simulation d’altitude : utiles ou non ?

Grâce à l'avancée de nombreuses technologies sportives, les consommateurs sont susceptibles de rechercher de nouveaux moyens afin d'améliorer leurs capacités. Avec les masques de simulation d'altitude, les athlètes sont convaincus qu'ils peuvent imiter les conditions permettant une production de globules rouges accrue, augmentant ainsi la capacité de transport d'oxygène dans le sang. Qu'en est-il réellement ?

Masque d'altitude

L’altitude chez soi

Les travaux sur l’entraînement en hypoxie (baisse de la pression partielle de l’oxygène en altitude) continuent de stimuler chercheurs et laboratoires. Bien entendu, comme chacun ne peut disposer de quelques semaines par an à passer au-delà de 2000 m, il serait fort avantageux de trouver un procédé qui permette de recréer les conditions idéales d’hypoxie au niveau de chacun. Pour résumer, si tu ne vas pas en altitude, l’altitude viendra à toi !

Bien entendu, vous allez me dire que cela existe : les chambres hypoxiques sont en effet utilisées depuis de nombreuses années pour reproduire les conditions d’altitude. On parle d’hypoxie normobarique car la pression atmosphérique est celle de l’altitude extérieure. Mais ces chambres sont réservées à la recherche, aux équipes nationales, ou à quelques athlètes qui tentent l’expérience. La vie en chambre reste complexe à gérer car rappelons que l’effet de l’altitude est plus important sur la vie quotidienne que sur l’entraînement. Ainsi, l’athlète doit passer de longues heures en journée, ainsi que les nuits, dans ces fameuses chambres, se privant ainsi d’une vie sociale « normale ».

The Mask !

Dans ce contexte, l’arrivée des masques de simulation d’altitude semblait très opportune, car facile d’utilisation et peu onéreuse. Toutefois, jusqu’à aujourd’hui, les quelques études qui se sont consacrées à ces masques ont peiné à y trouver un quelconque effet similaire à celui d’une stimulation hypoxique.

Rappelons à ce propos que l’altitude aboutit, par une cascade de réactions, à la stimulation de l’érythropoïèse et donc à la formation de nouveaux globules rouges, transporteurs d’oxygène. L’aboutissement final devrait donc être une amélioration de la consommation maximale (et sous-maximale) d’oxygène : le fameux VO2max.

Une très récente étude (1) a testé le port de l’Elevation Training Mask 2.0 sur les fonctions respiratoires et les capacités aérobies des sujets. 24 athlètes, divisés en 2 groupes (groupe Mask  et groupe contrôle) ont suivi le même entraînement de 6 semaines en vélo. Le VO2max, la fonction pulmonaire, la pression inspiratoire, l’hémoglobine et l’hématocrite ont été suivis.

Les résultats ont confirmé les précédentes études. Les 2 groupes qui ont suivi le même entraînement ont progressé sur le plan cardiovasculaire, mais aucune différence n’est apparue entre les 2 groupes. Toutefois, certains paramètres ventilatoires ont été améliorés. Cela est intéressant car si les paramètres ventilatoires ne sont pas des facteurs limitants à la consommation d’oxygène en situation de normoxie, ils peuvent le devenir en situation d’hypoxie. Il est donc avantageux d’avoir une fonction respiratoire efficiente.

Sans rentrer dans le détail des paramètres susceptibles d’être améliorés par le masque, les conclusions sont claires : un masque de simulation d’altitude ne simule pas l’altitude ! Par contre, il agit efficacement sur les muscles respiratoires.

Effect of Wearing the Elevation Training Mask on Aerobic Capacity, Lung Function, and Hematological Variables

JP Porcari, et al – JSSM 2016 -

1 réaction à cet article

  1. Stimuler l’érythropoïèse semble effectivement idéal pour des sportifs qui veulent être résistants lors d’efforts intenses et prolongés par la suite, mais attention au dérèglement des lignées sanguines et à la survenue inopinée de leucémies qu’on observe de plus en plus chez les « stimulés » des cellules sanguines qui peuvent avoir des cellules souches complètement emballées et qui vont se mettre à fabiquer des « blastes » au lieu d’hématies normales. Le mieux reste le naturel avec pour récupérer de l’oxygène en supplémentation comme avec ces nouveaux appareils à la disposition de tout un chacun chez soi comme le sont les appareils électroménagers. Bon entraînement à tous, et bonne récupération !

    Répondre

Réagissez