5 clefs de la réussite en trail

Pour réussir en trail, il faut apprendre à conjuguer passion et raison. Tenir compte des spécificités de la discipline pour s’y préparer efficacement et augmenter ses chances de performer dans le plaisir. Voici quelques conseils basiques mais précieux pour éviter les erreurs grossières.

Templiers 2015

1. Des objectifs adéquats à votre préparation

Les projets de course doivent être en adéquation avec votre expérience, votre volume d’entraînement hebdomadaire et vos motivations. Mais seule la motivation ne suffit pas ! Le plaisir vient de la progressivité qui seule permet d’atteindre des objectifs ambitieux mais raisonnables. Si on débute, on ne se projette pas sur un ultra l’année suivante !!

2. PACING = Gestion de l’effort

En trail, la vitesse de déplacement dépend des conditions de course : la distance, le dénivelé positif et négatif, la technicité, les conditions atmosphériques, le niveau d’expertise et l’état de forme du jour. Mais si la vitesse change continuellement, il faut veiller à garder une intensité de course la plus stable possible, notamment à plat et en montée. Pour cela, il faut adapter fréquence et amplitude de foulée au terrain, alterner marche et course au besoin afin de minimiser le coût énergétique, et contrôler le niveau de force déployé dans les montées.

3. Savoir monter ET descendre

La gestion du dénivelé est un facteur limitant de la performance en trail car synonyme de durée supplémentaire d’effort et de contraintes musculaires accrues. La règle est 100m de dénivelé = 1km de temps d’effort supplémentaire.

De la puissance et une bonne gestion en aisance respiratoire dans les montées ; de la technique, des muscles renforcés (résistance aux chocs excentriques) et de l’engagement en descente.

4. Pas de bon traileur sans bon matériel

Le lien du coureur avec le terrain, ce sont ses chaussures et parfois les bâtons. Pour aller vite, pour avoir de l’accroche, pour résister au froid et au vent, pour s’adapter au chaud, pour connaître sa progression, pour s’alimenter et s’hydrater … les réponses se trouvent dans le matériel dont la technicité et le poids évoluent sans cesse.

5. Du carburant dans le moteur

Enfin, tout effort consomme de l’énergie qu’il faut suppléer en temps réel. Gérer sa glycémie et son hydratation selon la météo et sa propre physiologie est une clé de la réussite en trail. Mais la nutrition est également un facteur de performance au quotidien.

Munis de ces quelques clefs dont les 4 dernières s’essaient à l’entraînement, vous vous ouvrirez la porte de la performance et du plaisir.

 

Réagissez