L’Electrostimulation, le complément de votre préparation physique

Un outil pour une meilleure préparation

Différents programmes d’électrostimulation sont à votre disposition pour soutenir votre entraînement. Tour d’horizon.

Electrostimulation

Jamais l’électrostimulation ne remplacera votre entraînement. Toutefois il existe de nombreux programmes qui peuvent vous aider et surtout contribuer à votre récupération.

A condition de savoir les utiliser….

  • La récupération active

C’est dans sans doute le programme plus utilisé et le plus apprécié par les sportifs. Ce programme « Récupération active » utilise l’ensemble des basses fréquences, de façon décroissante, dans une succession de séquences durant chacune 2 à 3 minutes.

Les bénéfices sont un effet drainant par une augmentation du débit sanguin (9Hz – 7Hz), un effet antalgique par augmentation de la production des endorphines (6Hz – 4 Hz) et un effet décontracturant pour les fréquences les plus basses (3Hz – 1Hz). L’ensemble de ces effets permet de favoriser la récupération musculaire après un effort et ne présente que peu d’intérêt pour la rééducation où il est le plus souvent préférable de privilégier l’un de ces 3 effets.

  • Le complément de la préparation physique musculaire

Il est possible d’utiliser l’électrostimulation pour améliorer ses qualités musculaires de manière spécifique à sa discipline. Dans ce but, il existe 4 types de programmes qui répondent aux caractéristiques physiologiques des 4 qualités de base nécessaire à une  condition physique : endurance, résistance, force, et force explosive.

Programmes « Endurance »

La faculté à soutenir des efforts de longues durées dépend de 2 éléments :

-       L’efficacité du transport de l’oxygène qui résulte de la performance du système cardio-vasculaire pour lequel l’électrostimulation n’a pas d’effet.

-       La capacité du muscle à resynthétiser l’ATP avec l’oxygène

C’est sur ce deuxième point que l’électrostimulation permet d’agir en améliorant les principaux facteurs dont dépend la capacité oxydative musculaire (pourcentage de fibres de type I, réseau capillaires, nombre et taille des mitochondries, activité des enzymes oxydatives). Le régime de travail électro-induit est constitué par de très longues contractions restant très en dessous de la tétanisation maximale (10-18 Hz), et des repos très brefs, avec bien entendu un très grand nombre de répétitions (>200).

Programmes « Résistance »

Ces programmes permettent d’améliorer la faculté à soutenir un effort sous-maximal pendant une durée de quelques dizaines de secondes à quelques minutes, ou à répéter des contractions musculaires réalisées avec un pourcentage élevé de la force maximale (certain parle d’endurance de la force). Ils améliorent la tolérance lactique du muscle.

Ces programmes imposent des contractions de puissance élevée (50Hz – 70 Hz) prolongées sur de longues durée et séparées par des repos partiel de courte durée. Il s’agit d’un régime de travail destiné à induire volontairement de la fatigue pour développer une meilleure résistance musculaire à la fatigue et à l’acide lactique.

Programmes « Force »

Le développement de la force maximale nécessite chez le sportif entraîné, des fréquences élevées (jusqu’à 100 Hz). Malgré la courte durée des contractions, des fréquences aussi élevées peuvent être responsables d’une fatigue musculaire qui détériore très rapidement la qualité des contractions et donc nuit à l’efficacité de l’entraînement. Ceci est évité par des temps de repos très longs  (environ 30 sec) et un nombre de cycles qui ne doit pas dépasser 40.

Programmes « Force Explosive »

L’explosivité (ou vitesse de contraction) est définie par le délai qui est nécessaire à un muscle pour développer sa force maximale. Cette qualité qui est tout à fait déterminante pour une majorité de disciplines sportives (vitesse de course, détente, lancers et shoots…) peut se développer au moyen d’une électrostimulation qui utilise des fréquences supra-tétanisantes (104 Hz – 120 Hz). Encore davantage que pour les programmes « Force », la fatigue est limitée par l’utilisation de durée de contraction encore plus courtes (3 sec) et des repos plus longs, avec un nombre de cycles qui ne dépasse pas 30.

Endurance

Résistance

Force

Explosivité

Puissance des contractions
> Fréquence

10 > 18 Hz

50 > 70 Hz

75 > 100 Hz

104 > 120 Hz

Durée de chaque contraction

8 sec

7 sec

4 sec

3 sec

Durée du repos

2 sec

4 sec

30 sec

35 sec

Nombre de cycles

220

50

40

30

Auteur : Pascal Adam – Enseignant électrothérapie IFMK Paris

Réagissez