Les résultats du Trail des Passerelles du Monteynard (Treffort, 38), les 16 et 17 juillet

3 jours de course, 5 épreuves et des milliers de coureurs, l'édition 2016 du Trail des Passerelles du Monteynard a une fois de plus séduit les traileurs.

Trail des Passerelles du Monteynard 2016

Après la journée inaugurale du 14 juillet qui avait proposé aux quelque 60 concurrents un kilomètre vertical entre le village de Mayres et le sommet de l’alpage du Sénépi, le samedi 16 juillet 2016 a été marqué par deux épreuves courtes distances : le Trail de l’Ebron (14 km), avec 838 coureurs au départ, puis le Trail de Côte Rouge en fin de journée (22 km, 863 partants). Les conditions météorologiques étaient particulièrement favorables, à la fois pour les participants qui ont pu savourer des parcours somptueux et le public qui s’est régalé sur les rives du lac de Monteynard Avignonet. En début d’après-midi, des mini-trails pour les enfants ont mis le feu au site d’arrivée à Treffort.

Lenas, maître incontesté du Trail de l’Ebron 

A 10 heures, la course de 14 km et 630 m D+ réunissait une foule bigarrée (dont 54 % de femmes !), galvanisée sur la ligne de départ par la voix du trail, Ludovic Collet. En tête dès les premiers hectomètres, Mathis Lenas (EA Grenoble 38) allait mener la danse tout au long d’un itinéraire tour à tour roulant puis cassant. Il s’imposait en 1h08’43’’ devant Thomas Sportelli (1h15’06’’) et Alan Fraschini (Cap Vercors, 1h15’14’’). Côté féminin, Laurène Messager (PUC) l’emportait en 1h25’02’’ devant l’ancienne internationale de raids multisports, Hélène Rochas (1h25’57’’), et Véronique Artis (1h28’32’’).

Boirayon, impérial sur le Trail de Côte Rouge

Nicolas Martin, parrain de l’épreuve, annonçait avant le départ qu’il ne viserait pas la victoire mais souhaitait simplement faire une sortie dynamique après son succès éprouvant dimanche dernier sur le High Trail Vanoise. Il profitait ainsi d’un «parcours magnifique» et de «l’ambiance au cœur du peloton», comme il le confiait à l’arrivée. «J’ai fait les côtes à vive allure, mais je suis descendu lentement pour ne pas prendre de risques», ajoutait le champion. Après avoir trotté une dizaine de kilomètres aux côtés de Nicolas Martin, le triathlète Loïc Boirayon s’imposait en 2h01’16’’ avec une confortable avance sur Simon Métairie (2h19’36’’) et Johann Regnier (2h11’47’’).

Chez les filles, la spécialiste du 1500 m Anne-Catherine Bernard gardait son titre acquis l’an dernier, non sans avoir souffert dans les descentes : «Je montais bien, je rattrapais des hommes, puis je me faisais dépasser en descente. Je dois avoir la pire technique de descente du circuit !» s’amusait la pistarde à l’arrivée. Elle devançait Carol Dupuy (2h35’50’’) et Delphine Polin (2h37’49’’).

Grande Course et Trail des Passerelles

Dimanche 17 juillet 2016, il est 5h30 à la Mure et dans l’aube naissante, 359 concurrents s’apprêtent à s’élancer pour une épopée de 65 km et 3400 m D+ entre Matheysine et Trièves. Tandis qu’une projection laser anime la façade de l’hôtel de ville, Ludovic Collet, la voix du trail, invite la foule à applaudir pendant une minute pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Nice. Puis la musique s’élève, les frissons parcourent la peau des trailers. Le départ est enfin donné. Un itinéraire riche en panoramas et en surprises attend les coureurs avec un passage à la Pierce Percée, l’une des sept merveilles du Dauphiné, puis une incursion dans l’ancienne galerie de la Mine Image avant de trotter sur l’ancienne voie du chemin de fer de La Mure et se lancer dans la longue ascension du Sénépi, point culminant du parcours. «Il faut bien gérer la première partie de course pour avoir suffisamment d’énergie au pied de Côte Rouge, la dernière difficulté», avait conseillé Nicolas Martin, parrain de l’événement.

Tamaillon et Weber remportent la Grande Course

En matière de gestion de course, Nathanaël Tamaillon se révèle le meilleur et s’impose en 7h12’21’’ devant Sébastien Goudard (7h25’31’’) et Florian Racinet (7h30’23’’).
Côté féminin, une lutte sans merci oppose longtemps la favorite et actuelle leader de l’UMNT, Janick Delva, et Sabrina Weber, de retour sur le circuit après deux ans difficiles. Mais Janick Delva est dans un mauvais jour et souffre de la chaleur, ce qui laisse le champ libre à sa rivale qui s’envole vers la victoire en 9h07’10’’. Gaëlle Bavière s’empare de la deuxième place en 9h21’11’’ devant les deux troisièmes ex-aequo, Janick Delva qui termine au courage et Marion Martinet (10h07’59’’).

1046 participants sur le Trail des Passerelles

Pendant que les concurrents de la Grande Course profitent des lumières matinales sur les paysages somptueux de la Matheysine et du Trièves, à Treffort, ils sont près de 1 050 coureurs à se masser sous l’arche de départ du Trail des Passerelles. Le suspense va durer jusqu’à la ligne d’arrivée avec un mano a mano entre le junior Benjamin Allouche et Philippe Yvars, revenu du diable vauvert à la grâce d’une gestion de course prudente. Le premier s’impose finalement en allant au bout de lui-même en 3h59’25’’ tandis que le second manque de quelques kilomètres pour grappiller l’ultime place (4h00’06’’). David Servizet complète le podium en 4h04’04’’.

Côté féminin, les filles du team X-Bionic trustent le podium : Sabine Ehrström décroche une belle 6e place au scratch sur le chrono de 4h17’50’’ devant sa copine de team, Valérie Tixier (4h26’18’’) en pleine préparation de la CCC. Véronique Messina termine troisième en 4h654’55’’.

Ce long week-end de trail aura été marqué par les sourires des participants, bluffés par la beauté des panoramas et la diversité des paysages traversés. Avec, bien entendu, le clou du spectacle : le passage sur les passerelles himalayennes, toujours impressionnantes, mais toujours savourées. Et même si les organismes ont souffert de la chaleur et de l’impitoyable ascension finale de Côte Rouge, on lisait du bonheur sur tous les visages. Avec ses parcours extrêmement variés et son ambiance conviviale, le TPM est résolument un trail à part.

Réagissez