Cami de Sant Jaume, le chemin catalan du St Jacques : Un itinéraire à découvrir! (épisode 1)

Parmi les voies jacquaires encore peu explorée, le Cami de Sant Jaume, en Catalogne, mérite sans doute d’être distingué. Nous l’avons parcouru pendant deux semaines à travers des régions pleines de richesses naturelles et patrimoniales. Découverte d’un itinéraire qui gagne à être connu avec Sylvain Bazin !

Saint Jean Catalan

Pour débuter ce nouveau voyage à pied, je retrouve les rives de la Costa Brava, que j’avais longé l’an passé presque à la même époque sur le GR 92. Mais ce Cami de Sant Jaume ne reste pas longtemps sur les bords de mer : il propose au contraire une découverte de l’intérieur des terres catalanes, par les pièmonts pyrénéens.

De la mer à la montagne

Les premiers mètres sont particulièrement beaux, puisqu’ils nous emmènent jusqu’au monastère de San Pere de Rodes, au-dessus des flots. Nimbé de brouillard, le site se devine majestueux. Un peu plus loin, alors que nous passons à l’ermitage Santa Helena, le soleil déchire la couverture nuageuse et nous offre une très belles fin d’étape, sur les crêtes dominant la Méditerrannée puis, après une belle descente, à travers les vignobles et les petits villages de la vallée, jusqu’à Figueres.

Pauses culturelles

La visite de la ville offre un bel intermède culturel : le fameux théâtre transformé en musée par Salvador Dali lui-même, dont on peut aussi admirer la maison natale ici, est bien entendu le lieu incontournable. Lorsque nous arrivons, il est juste fermé. Dommage, mais comme notre étape est courte nous avons un vrai coup de chance le lendemain, puisque nous sommes tombés sur l’un des rares lundi matin du printemps où le lieu est ouvert au public: nous passons donc un bon moment à admirer les installations et les oeuvres du maître du surréalisme dans ce lieu vraiment singulier.

Il est temps ensuite de regagner le chemin, qui rejoint vite une campagne bien agréable. C’est à travers bois, avec des vues splendides sur les champs de blé, de colza et de coquelicots dominés par les cimes enneigées des Pyrénées au loin que nous arrivons deux jours plus tard à Girona, l’une des principale ville de notre parcours sans doute la plus intéressante d’un point de vue patrimonial. La vieille ville, la cathédrale qui s’étendent au dessus de la rivière Ter, sont vraiment magnifiques et nous offre, après une étape de 30 kilomètres déjà, un bon supplément de promenade en soirée. Mais grignoter après tout cela des tapas en terrasse sur la Plaza Major est un vrai bonheur.

Pour quitter la ville, c’est une belle piste cyclable, le long des rives du Ter, qui guide nos pas. Nous sommes loin des décors peu aimables de certaines voies jacquaires en bordure de villes. Le paysage est certes un peu moins beau que les jours précédents, la route n’est pas loin et c’est tout plat, mais cela reste bien agréable et les “petites Pyrénées”, que nous allons atteindre le lendemain, s’annoncent déjà. Au bout d’une grande ligne droite, la piste se fait déjà plus sinueuse. Quelques kilomètres plus loin, après une longue étape de 30 kilomètres, nous atteignons Amer, la dernière localité de notre parcours dans la province de Costa Brava.

Le grand charme des petites Pyrénées

Les jours suivants sont sans doute les plus agréables de notre voyage. Ils nous plongent au cœur d’une région très bien préservée et au cœur de moyennes montagnes très agréables à parcourir, de hameaux en village. Nous admirons les panoramas, les vues et les champs qui à cette époque de l’année sont particulièrement colorés. Les villages de l’Esquirol puis de l’Estany abritent notre repos après ces étapes bien vallonnées et si plaisantes. Seul le balisage, moins dense, nous soucie parfois un peu.

Encore une journée de marche dans ce beau décor et nous atteignons Artès, une grosse bourgade où nous pouvons fêter dignement, ma jolie bretonne et moi, la fête des amoureux catalans : je lui offre une rose et elle m’offre un livre, comme de tradition ici pour la Sant Jordi! C’est d’ailleurs la dernière soirée que nous passons ensemble sur le Cami de Sant Jaume : elle doit partir vers Paris le lendemain matin.

Je repars donc seul vers la prochaine grande étape du parcours : il me reste deux petites étapes pour atteindre la fameuse montagne de Montserrat et son monastère, symbole de la Catalogne. Le site est particulièrement spectaculaire et nous devinons déjà, au loin, après Artès, la silhouette imposante et fantasmogorique de cette falaise aux formes uniques.

 

Les meilleurs plans restaurants et hôtels du Cami de Sant Jaume de Llança à Artès :

Llança, Hôtel La Goleta : http://www.hotellagoleta.com/ et son restaurant, particulièrement succulent!

Figueres : Hôtel Duran

Bascara : Hôtel Les Roques http://www.hotellesroques.com/16/index_16.php

Amer : restaurant St Martial http://restaurantsantmarsal.com/fr/

L’Estany : Casa Rural Cal Sabata http://www.calsabata.com/index.php?lang=fr

Tout sur le Cami de Sant Jaume :

www.camidesantjaume.cat/index_fr.php

Réagissez