Régime et sport : le bon ménage

La parfaite alliance

Régime et Sport, est-ce compatible, comment faire, quel sport, quelle alimentation ? Les conseils de Dominique Poulain, diététicienne nutritionniste.

Régime et sport

Inutile de céder au spectaculaire.  Il n’est pas question de performance sportive ou d’injonctions diététiques sévères pour espérer une perte pondérale. Mais, en pratique, comment faire ? Voici quelques pistes…

Le sport donne faim

L’activité physique sollicite les muscles, des tissus très actifs sur le plan métabolique. A masse égale, le muscle consomme au repos plus d’énergie que le tissu adipeux. Au moment d’un effort, encore un peu plus !

Pour celles et ceux qui se mettent au sport dans l’optique de perdre de la masse grasse, pour les courageux qui profitent de leur nouvelle carte d’abonnement au club de remise en forme pour accumuler heures d’abdos fessiers et kilomètres sur tapis roulants, ils seront sans doute étonnés de voir leur appétit augmenté. Mais, n’abandonnez pas vos bonnes résolutions sportives même si vous mangez davantage. Il faudra organiser votre assiette autrement.

Le sport fait-il maigrir ?

Pour compenser les dépenses énergétiques occasionnées par l’activité physique, l’organisme exige des rations alimentaires plus importantes. Le sport, çà creuse. Des études scientifiques ont montré que ce phénomène était surtout exacerbé chez les personnes s’y adonnant de manière occasionnelle. Les personnes dont la pratique est régulière voient leur appétit mieux régulé, moins incitées à vider le frigo dès le retour de leur séance.

Pourquoi ne pas se contenter de suivre des conseils alimentaires sans associer une activité physique ?

C’est la synergie des deux qui rend l’amaigrissement plus facile et le maintien de la perte pondérale dans le temps. Ce qui fait la différence entre ceux qui reprennent du poids, et ceux qui n’en reprennent pas, c’est le niveau d’activité physique qui permet de maintenir ses muscles.

Mais, si vous êtes peu ou pas du tout habitué, n’essayez pas d’aller au bout de vos ressources dès les premières séances. Il est inutile de martyriser votre corps, il y est déjà bien comme çà ! Après une période d’adaptation, il faudra alterner les séances d’intensité modérée avec des séances d’intensité un peu plus élevée.

En préambule, avant d’envisager une re-prise sportive, il faut être certain d’être en bonne condition physique.  La démarche la plus sage consiste à consulter son médecin pour faire un bilan de santé et un diététicien du sport pour un bilan alimentaire.

Pourquoi ne pas se contenter de faire du sport sans suivre des conseils alimentaires ?

Il existe aussi des études qui montrent clairement que rompre avec l’oisiveté ne suffit pas pour retrouver une taille de guêpe ! Certes, le programme physique renforce le système cardio-vasculaire, améliore de façon significative la composition corporelle mais avec une bonne alimentation, c’est encore mieux !

Il ne s’agit pas de poursuivre un régime drastique, entraînant fatigue et irritabilité. Il faut savoir que perdre du poids brusquement est une véritable hérésie pour le corps, programmé depuis la nuit des temps à engranger des réserves. L’idée selon laquelle un sportif doit faire la chasse à toutes les graisses sans discernement ne repose sur aucun argument scientifique. Les dégâts ne se feront pas attendre avec un effet boomerang terrible : on reprend le poids perdu, voire un peu plus.

L’objectif réaliste pour ne pas souffrir de déficit nutritionnel est de perdre au plus deux kilogrammes par mois. Davantage serait trop brutal avec perte de masse musculaire et trop grand stress pour l’organisme. Deux kg : un piètre résultat me direz-vous, mais faites le calcul sur l’année !

Le régime : oui ou non ?

Les régimes hypocaloriques sévères, non, car ils finissent par nuire au physique et au moral. L’omelette tendre et moelleuse sur un lit de pommes de terre parfumées ne fait plus le poids face aux kilos de promesses des grands régimes à la mode. L’Anses* met sérieusement en garde le sportif contre ces régimes qui font appel à des pratiques alimentaires très déséquilibrées et restrictives. (Anses – Avis du 4 mai 2011)

Le régime doit être compris comme une conception du bien-manger. Il ne s’agit pas de calquer le dernier régime de la copine ou de votre athlète préféré mais d’apprendre à gérer vos propres sensations de faim, de satiété, de plaisirs à table… Et, notre droit à la gourmandise !

Maigrir ne nécessite pas de manger strictement ‘’équilibré’’. Les jours où vous n’avez pas très faim, ne vous forcez pas à terminer votre laitage ou votre fruit. Les jours de plus grand appétit, augmentez un peu votre ration. Et, privilégiez les aliments que vous aurez cuisinés !

La double solution pour maigrir

La solution consisterait à combiner une alimentation adaptée et une activité physique régulière. Il faut absolument aborder ces deux aspects et en même temps.

Sans oublier de profiter de chaque opportunité pour bouger !

* Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation

Réagissez