Très souvent nous ne regardons la préparation que par un seul ou quelques prismes. Et ces approches seront souvent physiologiques : « Je souhaite me faire la caisse », « Je veux augmenter ma VMA », etc. D’autres fois nous la couplerons avec une dominante disciplinaire « Il faut que je bosse mon spécifique ». D’autres fois, la prise de recul sera plus large et pourra prendre en compte des aspects techniques, musculaires, tactiques. Enfin, certains iront encore plus loin que l’entraînement ‘visible’ et ajouteront un autre type de préparation en prenant en compte des éléments comme la nutrition ou la récupération.
L’idée de cet article nous a été inspiré de réflexions comme « Il avait plus faim que les autres », « Il avait la ‘dalle’ », « Il a joué sa vie », etc. Il serait donc possible dans le sport d’être meilleur sans que ce ne soit lié qu’à des aspects très mesurables comme les modalités d’entraînement physico-technique ou à l’investissement au quotidien ? Nous allons toucher à un élément plus impalpable et pourtant primordial à la performance : le MENTAL.

mental sportif determination

Plusieurs siècles avant JC, Esope écrit une fable très appropriée « le lièvre et le chien ». Un chien poursuivait un lièvre, mais après une longue course il abandonna la poursuite. Un éleveur de chèvres le voyant s’arrêter, se moqua de lui, en s’exclamant « le petit est le meilleur coureur des deux ». Le chien répondit « vous ne voyez pas la différence entre nous, je courais seulement pour dîner, lorsque lui le faisait pour sa vie ».

 

Vivre ou mourir

 

Cela nous rappelle ce que beaucoup décrivent lors de leurs immersions dans le temple de la course à pied : le Kenya. Différents aspects reviennent irrémédiablement. L’un d’eux est que le coureur Kényan court pour vivre. Le coureur occidental pourra également courir pour mieux vivre, mais la probabilité qu’il court pour ne pas mourir pour reprendre la fable d’Esope sera évidemment extrêmement plus mince. La première chose qu’achètera un coureur Kényan après une grande victoire sera le plus souvent une vache qui pourra assurer une vie meilleure à sa famille qui pourra ainsi boire du lait chaque jour.

Il est assez perturbant pour le suiveur occidental de voir un athlète du calibre d’Eliud Kipchoge sortir les vaches à la levée du jour et faire le ménage de sa petite cahute, alors qu’il a gagné tant de grandes victoires et de millions de dollars. Oui, mais il a une maison en dur et a assuré la survie de ses proches. La distinction entre vivre et mourir se fait sentir. Si vous souhaitez revoir le reportage sur Breaking 2, en dehors de la performance sportive, de l’investissement de Nike, ce reportage a également une portée sociale et un regard sur le quotidien de ses athlètes et de leur environnement très intéressant.

Cette distinction entre une pratique en occident basée sur la passion et la survie sur les Hauts Plateaux Africains est assez forte. Bien entendu les Kényans s’entraînent durs depuis leur plus jeune, âge démontrant une économie de course impressionnante, des seuils lactiques exceptionnels… Mais leur motivation viscérale à gagner est sociale et économique. S’ils viennent en Europe ce n’est pas que pour la beauté du sport. Les occidentaux en stage au Kenya sont toujours surpris de voir de jeunes kényans s’inviter à la séance du jour dans l’objectif de faire leurs preuves auprès des champions tutélaires qui pourront les prendre sous leur aile. Si cet entraînement débouche sur un départ en Europe, cela pourra se concrétiser par quelques primes dans un pays où le salaire moyen est à peine supérieur à un unique dollar par jour. Le Kényan court donc avant tout pour sa survie et celle de ses proches comme pourrait le faire le lièvre face à son prédateur.

 

L’apanage des coureurs des Hauts Plateaux ?

 

Dans le sport on pourra souvent parler de « l’œil du tueur », d’un « killer ». Seulement, celui-ci n’arrive pas comme par magie. Il est souvent propre à chacun, se travaille et se polit au quotidien. Lorsque la survie de votre communauté en dépend vous avez forcément « faim » une fois le dossard enfilé et la prime annoncée. Deux très récents articles de Romain Donneux dans Track and Life (http://www.trackandlife.fr/julien-wanders-lexemple-a-suivre/ et http://www.trackandlife.fr/mahiedine-mekhissi-je-compte-faire-le-double-steeple-5-000-m-aux-europe/) ont été très intéressants à lire . Le premier était un dossier consacré à Julien Wanders, Suisse à la double nationalité helvétique et française qui réalisa récemment un nouveau record de France du 10 km (28’02).

Notre finaliste et champion d’Europe du steeple Yoann Kowal le comparait à Mahiedine Mekhissi (sans doute le meilleur 1/2 fondeur français de sa génération : triple médaillé olympique, 2 médailles mondiales, 5 victoires européennes) dans sa capacité à vouloir battre ses adversaires coûte que coûte, comme dans un affrontement. Mahiedine Mekhissi expliquait d’ailleurs dans le second article sa déconvenue des derniers mondiaux par le fait qu’il était devenu spectateur de la course et non plus acteur comme par le passé. Mahiedine Mekhissi démontre des prédispositions pour la course à pied, s’entraîne dur et sans relâche comme tout athlète de ce niveau, mais il expliquerait donc également son omniprésence sur les podiums internationaux par sa capacité à se « battre » jusqu’à la ligne d’arrivée, en lâchant toutes ses forces dans la « bataille ».

Le lièvre et le chien. L’un veut plus que tout l’emporter. Il nous a été possible de voir cela l’an passé aux championnats du monde de natation en eau libre. Aurélie Muller ne pouvait que l’emporter sur 10km, personne ne pouvait la contester, elle était seule actrice de sa course, quoique fassent ses adversaires elle avait une réponse, elle dictait la course. Certains pourraient dire « oui mais cela est normale après son déclassement des JO ». Non, Aurélie a également développée cette qualité. Au Jeux elle revient « d’entre les morts » pour remonter ses adversaires alors que le podium semblait perdu vu de l’extérieur. L’année précédente, elle écrase les mondiaux sur une prise de décision osée mais décisive en partant de loin mais au bon moment pour ne rien abandonner à ses adversaires faisant pourtant cause commune. « Elle avait l’œil ». Les grands champions démontrent cette qualité, ils apportent une dimension en plus à leur effort physique, quelque chose de moins palpable, de moins mesurable, mais qui les définit justement comme de grands champions. C’est une compétence, mais elle peut se travailler et doit être actionnée. Mahiedine Mekhissi explique l’avoir oublié pendant 2600 mètres, il avait donc laissé de côté l’un des pans essentiels de ses performances passées.

 

Et pour le commun des mortels ?

 

Cela semble évident et presque simple de l’extérieur pour des êtres humains jouant leur survie. Mais, les champions que nous venons de citer n’ont pas actionné ces leviers pour les mêmes raisons, donc le sportif occidental semble en avoir les capacités. La posture du lièvre serait donc envisageable. Lorsque vous courez pour votre survie, les enjeux sont à leur plus haut niveau et vous devenez automatiquement plus concentré et plus à l’écoute de ce que les préparateurs mentaux appellent la « zone ». Sinon l’étincelle, le grain de folie en plus, les bonnes décisions manqueront.

Il y a bien longtemps Emil Zatopek (triple médaillé d’or 5000-10000-marathon aux JO 1952) déclarait « un athlète ne peut pas courir avec de l’argent dans ses poches, il doit courir avec l’espoir dans son cœur et des rêves dans la tête ».

Tout est dit ! Chaque fois qu’un athlète accroche son dossard avec des objectifs il doit donc le faire comme le lièvre. Ici, ce ne sera peut-être pas pour manger, mais la survie même de son rêve sera en jeu. Si vous vous fixez des objectifs de place ou de chrono, la course ne sera pas une affaire occasionnelle à prendre à la légère, mais une tâche importante qui exigera votre meilleur effort possible. Or, c’est avant tout en haut (le cerveau) que cela se passera. Aussi bien préparé soit-il, si l’être humain rencontre un adversaire à sa taille, comme dans la nature c’est bien le plus fort et le mieux préparé mentalement qui l’emportera.

Evidemment, si l’objectif est seulement de se faire plaisir entre amis ou de perdre du poids, pas sûr que notre article trouvera un écho. A l’inverse, si vous courez avec un objectif compétitif, quel que soit votre niveau, essayez de courir le jour J pour la survie de votre rêve (qu’il soit évidemment raisonnable). Donnez tout ce que vous avez et battez-vous jusqu’au bout. Faites-en une question de vie ou de mort (de votre rêve du jour). Parfois, la forme ne sera pas au rendez-vous et le mental ne suffira pas. Ce ne sera que partie remise. Mais le jour où tout ira bien, cette petite force en plus pourra potentiellement vous permettre de vous dépasser et permettre à votre rêve d’exister mais également de se développer.

 

image1
aubry_anael
image3
@AUBRYANAEL
image5
Anaël Aubry
image6
Anaël Aubry Sport Scientist

 

1 réaction à cet article

  1. je vo a la sports do machin ok

    Répondre

Réagissez