Cranberrie, un fruit à part ou remède de grand mère

Découvrez les vertus de cette baie rouge à la mode

Cranberries

La cranberrie est une baie rouge, augout acidulé et astringent, connue depuis des lustres en Amérique du Nord.

Mécanisme original

Les baies contiennent un élément au nom un peu barbare: la ProAnthoCyanidine de type A (PAC A) qui empêche la fixation, sur les parois urinaires, de la bactérie Escherichia coli (une des principales causes de cystites). Ne profitant plus de système d’adhésion, les micro-organismes sont alors naturellement éliminés dans les urines à la condition de ne pas oublier de s’hydrater.

Mais il faut la bonne dose

En 2004, l’AFSSA a rendu un avis favorable concernant la consommation du jus ‘’d’une variété très précise de cranberrie, la Vaccinium macrocarpon, pour constater une diminution de la fréquence des infections urinaires dues à certaines E.coli… chez des femmes adultes’’.

Les effets sont obtenus pour une dose journalière de 36 mg de PAC A apportés par 300 ml de jus de cranberrie.

Mais il faut le bon moment

Une remarque s’impose. Comme tous les autres jus de fruits, 100 ml de jus de cranberrie comportent 12 g de glucides (comme les autres jus de fruits), soit l’équivalent de 7 carrés de sucre pour 300 ml. Les jus seront partagés raisonnablement entre le petit déjeuner, le goûter ou après votre activité physique pour restaurer la glycémie. Il faut surtout éviter d’en boire à toute heure de la journé

Pour lire l’avis de l’AFSSA, c’est ici : Avis complet de l’Afssa sur les propriétés de la Cranberrie

Réagissez