Brûleurs de graisse : Pas de miracle !

« Super brûleur », « Brûleur extreme », « Brûleur de graisses »… termes accrocheurs, et multitude de témoignages positifs malaxent vos neurones et votre bon sens. Les campagnes publicitaires vantent leurs promesses : déstockage de la masse graisseuse, activation du programme de « sèche » et le tout accompli sans effort. Que valent ces « brûleurs » ? Sont-ils vraiment efficaces ?

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Compositions disparates

Facile d’acheter un « brûleur de graisse » !  Son statut de complément alimentaire le dispense de toute prescription médicale. Il vous tend les bras dans les grandes surfaces, pharmacies, commerces spécialisés,… avec ses promesses jubilatoires : vous faire fondre de plusieurs kilos, sans faim, sans fatigue, et en quelques semaines.

Pilule, capsule, infusion,… thé vert, guarana, chitosane, chrome, actif dit naturel ou ingrédient chimique… des formules disparates destinées à éliminer vos rondeurs, et « activer » vos dépenses énergétiques. Soyons réaliste, aucune étude scientifique sérieuse n’a prouvé ni validé les vertus supposées de ces produits. Voire, certains d’entre eux peuvent s’avérer dangereux pour votre santé s’ils sont associés à des médicaments.

Aujourd’hui, deux substances ont le vent en poupe sur le marché fantaisiste ou affligeant des « brûleurs de graisse » :

 

Méthylhexanéamine, peu recommandable

Ses effets anti-graisses sont présentés par les fabricants à partir d’études scientifiques fort incertaines. C’est une molécule dont la sécurité a été largement mise en doute. Pas facile pour le sportif de se protéger. Sur les étiquetages, la formule se cache sous plusieurs noms alternatifs (geranamine, pentylamine, DMAA..). Méfiance, ce supplément figure sur la liste des produits interdits par l’Agence Mondiale Antidopage. Prudence, n’achetez pas vos compléments alimentaires sur des sites étrangers.

 

L-Carnitine en supplémentation, peu réaliste

On peut comprendre la curiosité des sportifs pour la L-carnitine.  Elle permet l’étape d’engagement des lipides dans le catabolisme énergétique. Elle est indispensable à l’entrée des acides gras dans les mitochondries* où a lieu la transformation des graisses en énergie.

Dans l’organisme, la L-carnitine provient majoritairement des aliments (75%) et en second lieu de sa fabrication naturelle dans le foie.  L’apport alimentaire est considéré comme suffisant pour couvrir nos besoins, même en l’absence de synthèse endogène.

  • La L-carnitine permet le transport des acides gras déjà présents au niveau musculaire. Elle ne va pas chercher vos rondeurs au niveau abdominal ou des cuisses pour les brûler.
  • Les études n’ont pas montré d’augmentation du taux de L-carnitine dans les muscles des sportifs utilisateurs de « Brûleur de graisses » carnitiques : pas d’amélioration des capacités physiques ou du métabolisme énergétique quelle que soit la durée de la supplémentation  

 

Pas d’efficacité démontrée

Alors, on fait quoi pour perdre le kilo superflu ? Une bonne fois pour toutes, malgré les mentions rassurantes apposées sur  les étiquetages des produits, il faut oublier l’idée qu’un complément puisse, seul,  vous aider à maigrir. L’ensemble des publications disponibles à ce jour ne fournit pas de base suffisante pour justifier l’intérêt des « brûleurs » au cours de votre perte pondérale. Arrêtons d’y croire ! Les produits allègent votre porte-monnaie et c’est tout.

A ce jour, maigrir passe encore par une alimentation qualitative, une activité physique durable et constante. Les fabricants de «brûleurs» le savent bien puisqu’ils rajoutent cette précaution sur les emballages.

 

Les « brûleurs de graisse » :

Ils ne font pas maigrir, ils n’améliorent pas les performances sportives. C’est dit.

 

Dominique POULAIN, Diététicienne nutritionniste du Sport.  Nutritionniste Diététicien

 

 

* Mitochondries : Petits organites présents dans les cellules du corps humain. C’est là que se joue la production d’énergie à partir des nutriments.

 

Lecture complémentaire : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2007sa0231q.pdf

 

1 réaction à cet article

  1. Très bon article. Très interesssant.

    Répondre

Réagissez