Tout-petits : encourager l’activité physique

Alors que les recommandations d’activité physique (AP) pour les adultes se densifient dans un contexte de télétravail, que celles pour les adolescents se confrontent à l’usage sédentaire des téléphones portables, ou que celles pour les femmes enceintes progressent, qu’en est-il de la période intermédiaire ?
Qu’en est-il des recommandations d’AP pour les tout-petits ?

Crédit : Drazen Zigic
Crédit : Drazen Zigic

Il y a une dizaine d’années, les directives sur l’activité physique (AP) commençaient à introduire des recommandations pour les tout-petits. Déjà alors, celles-ci faisaient état d’un ensemble de preuves qui promouvaient l’importance de l’AP avant l’âge de 5 ans, notamment car :

  • l’AP favorise le développement physique, cognitif et social du tout-petit
  • l’inactivité dans la petite enfance entraîne un risque très élevé d’une santé plus fragile plus tard.

 

Malgré ces enjeux, il faut reconnaître que la connaissance de ces recommandations reste faible de façon générale et même insuffisamment partagée parmi les professionnels de santé – des gardiens clés dans la quête de lutte contre l’inactivité tout au long de la vie.

 

L’infographique ci-dessous a donc été pensée par un comité d’experts en AP, composé à la fois d’universitaires, de médecins, d’infirmières, de spécialistes des jeux et de responsables de crèches.

Bien que sa principale mission soit de sensibiliser davantage les parents et encadrants des tout-petits en matière de soins de santé, elle a également été élaborée pour servir de support au sein d’autres environnements (affiche, brochure ou format électronique).

 

Tout-Petits infographie

 

Source : Reid, Davies, Calderwood et al. BJSM, 2018

Réagissez