La planification au coeur du dispositif d’entraînement

De plus en plus de coureurs recherchent un plan d'entraînement annuel afin de se préparer au mieux. Une bonne idée sur le papier mais pas si simple à mettre en place. Petite chronique de Jean-Claude Vollmer, entraîneur et responsable du haut niveau à l'INSEP.

10 km des Sables d'Olonne 2012

La planification est au cœur même du dispositif d’entraînement pour qui veut obtenir des résultats à moyen ou long terme ou qui se fixe des objectifs précis en termes de compétitions ou de performance.

  • Planifier, c’est structurer, organiser les contenus d’entraînement en fonction d’un objectif principal et d’objectifs secondaires bien identifiés.
  • Planifier, c’est construire autour d’une ligne directrice forte et de partis pris dans l’entraînement.
  • Planifier est à l’opposé du « Je m’entraîne au jour le jour » même si des ajustements sont possibles et autorisés.

On pourrait presque dire que c’est parce qu’il y a une ligne directrice qu’on peut se permettre d’adapter l’entraînement selon des circonstances. Une bonne planification n’est pas la condition suffisante et la garantie d’un résultat mais une mauvaise planification est très souvent responsable d’un échec car elle est la condition indispensable pour un coureur qui s’entraîne régulièrement entre 3 à 4 fois par semaine et qui veut progresser.

Planifier doit permettre par l’alternance de contenus d’entraînement, pensés, réfléchis et organisés amener le coureur au top le jour J. Une planification s’organise donc dans le temps (plus ou moins longtemps). Dans le sport de haut niveau cela peut être sur une olympiade et ce sera toujours annuel au plus court. Il en sera de même pour tous les sportifs.

Mais planifier oblige une certaine honnêteté à savoir être en mesure d’évaluer en toute objectivité ses points forts et faibles, les domaines dans lesquels il est nécessaire de progresser, utile de le faire ou si un statu quo est indiqué. Il faut donc planifier en fonction d’un objectif et ce n’est pas si simple puisqu’il faut aussi, par exemple pour les coureurs à pied, analyser « la logique » de la distance que vous souhaitez préparer (durée, environnement, exigences physiques et physiologiques …)

Bref planifier, c’est mettre en harmonie les exigences de l’épreuve, les objectifs du coureur, son potentiel physique (et son niveau du moment) et ses contraintes en termes de disponibilités.

Conclusion : il n’y a pas de recette miracle. Seul un examen au cas par cas (seul ou avec un entraîneur) permettra de ne pas faire d’erreur et surtout de progresser quelques soient les objectifs et les désirs de chacun.

Réagissez