Top départ du Marathon Des Sables (Maroc) le 8 avril 2016

Considéré comme l’une des courses les plus difficiles au monde, le Marathon des Sables revient à l’aube du printemps pour ne rien perdre de sa qualité qui en fait sa renommée. Malgré un parcours qui a gagné en longueur, rendant l'épreuve encore plus exigeante, cette compétition ne cesse d'accueillir de plus en plus de participants au parcours bien différents.

MDS

Il y a 30 ans, naissait le premier Marathon des Sables. Loin d’être le dernier, cette naissance marqua le début d’une épreuve mythique qui ne tarda pas à marquer son empreinte dans le monde de la course.

A partir du 8 avril 2016, un peu plus de 1 200 participants individuels ou en équipe, s’affronteront lors de 6 étapes du 10 au 15 avril 2016 de 30 à 80 km chacune, dans le désert sud marocain.

Tout au long de ce parcours, les difficultés s’enchaîneront pour offrir toutes les variantes du Sahara. Il faudra traverser des ergs (champs de dunes), des djébels (montagnes), des plateaux caillouteux, des lacs asséchés ou des oueds où ne coule que le sable, mais aussi des oasis, des campements nomades ou des villages traditionnels en pisé. Le désert a ses jardins secrets et les concurrents du Marathon des Sables auront la chance de les contempler en récompense de leurs efforts.

C’est la course la plus difficile du monde mais également de référence tout public, car elle est accessible en allure libre, de ce fait, on peut la finir en marchant. C’est d’ailleurs cette accessibilité et cette ouverture qui fait la beauté de cette épreuve car en plus d’avoir la volonté d’aller au bout de la course, les concurrents puisent dans leurs ressources pour se dépasser et venir à bout d’eux-mêmes.

Battant les records de distance depuis sa création avec un parcours de 257 km pour cette 31ème édition, le marathon des Sables se classe sans conteste parmi les épreuves sportives les plus exigeantes au monde. Mais cette compétition n’en est pas moins une magnifique aventure humaine, unique en son genre, où le partage et la solidarité deviennent un moteur pour avancer et aller toujours plus loin. La générosité et la bonne humeur règnent également tout au long des étapes malgré la fatigue et les blessures.

Accueillant chaque année de nouveaux arrivants motivés par l’expérience pour des raisons qui leur sont propres, le marathon des sables offre des histoires que peu de courses peuvent offrir. A l’instar de celle des membres de la team DEAF : Nicolas Jacob, Yan Motschwiller et Mickael Bloyet, trois sourds qui prendront place dans le déser le 10 avril 2016 pour prouver que « les sourds sont comme les entendants, sauf que leurs oreilles ne fonctionnent pas. Leur mental et leurs jambes sont exactement pareils que chez les entendants ». Ainsi, chaque année, tous les concurrents du marathon des sables suscitent le respect. Mais pour certains, au-delà de l’exploit loué par tous, surgit une profonde admiration. Duncan Slater qui a perdu ses deux jambes en Afghanistan et qui participera à cette 31ème édition en est l’exemple. Cette course est une histoire de sport mais aussi et avant tout une histoire de vie.

207 femmes et de nombreuses coureuses de renom

Si cette année, la course ne bat pas le record de participation générale, elle bat tout de même celui de participation féminine qui ne cesse de croître d’année en année. C’est donc 207 femmes qui seront présentes le 8 avril prochain dans le Sahara Sud Marocain. Parmi elles, des favorites, à commencer par la gagnante de l’édition précédente : Elisabet Barnes mais aussi, Laurence KleinNathalie Mauclair qui vivra le MDS pour la première fois tout comme l’espagnol Fernanda Maciel.

Côté homme, le marocain Rachid El Morabity (vainqueur à trois reprises de la course) est annoncé comme le grand favori. Néanmoins il faudra garder un oeil sur le français, Erik Clavéry, le norvégien Sondre Amdahl ou encore l’italien Franco Colle. Les challengers et les compétiteurs aguerris seront en nombre sur la ligne de départ avec pour objectif de terminer la course aux meilleures places. Mais des centaines et des centaines d’autres hommes et femmes anonymes se battront eux aussi avant tout contre eux-mêmes, au coeur du désert lors de cette aventure hors du commun.

Le Marathon des Sables est devenu d’année en année une grande famille, une communauté au sein de laquelle, les origines, l’âge, le genre, le niveau socio-professionnel sont gommés. Tous sont sur un même pied d’égalité, plein d‘humilité face à l’immensité et la beauté du désert. C’est donc dans un esprit de solidarité, d’humilité, d’amitié et même de fraternité que vous pourrez suivre le marathon des sables à partir du 8 avril 2016

1 réaction à cet article

  1. Bon courage de la part de l association Madrasti France Maroc.

    Répondre

Réagissez