Benjamin Maze : « Avoir les triathlètes les plus compétitifs lors des Jeux Olympiques en individuel mais aussi pour le relais mixte. »

Dans un peu moins d'un mois, le circuit World Triathlon Series reprend ses droits à Abu-Dhabi (Emirats arabes unis). En cette année olympique, les 3 premières étapes WTS de la saison seront primordiales pour les triathlètes Français en quête d'une place aux Jeux de Tokyo. Le Directeur Technique National, Benjamin Maze tranchera au mois de mai. Entretien.

Benjamin Maze, Directeur Technique National de la Fédération Française de triathlon
Benjamin Maze, Directeur Technique National de la Fédération Française de triathlon

Lepape-info : Benjamin, le programme des semaines à venir s’annonce intense pour les triathlètes Français avec en ligne de mire les Jeux Olympiques de Tokyo 

Benjamin Maze : Les triathlètes sont en pleine préparation hivernale pour cette dernière partie de qualification olympique qui va les amener jusqu’au 17 mai. La première étape sera le début de la saison WTS (World Triathlon Series) à Abu Dhabi (5-7 mars) avec en individuel un format sprint et le lendemain le relais mixte très attendu car il s’agira de la dernière épreuve par équipes hommes-femmes avant l’annonce de la sélection olympique fin mai. Il reste quelques compétitions avant le choix final pour les Jeux. À ce jour, 3 hommes seront retenus et vraisemblablement il n’y aura que 2 femmes sélectionnées, actuellement la France ne dispose que de 2 dossards coté féminin.          

 

Lepape-info : Les triathlètes Français vont devoir faire les bons choix sur les compétitions où s’aligner 

B.M : Nous sommes au courant du programme de l’ensemble des triathlètes que ce soit les compétitions ou les entraînements depuis des semaines et d’ici aux prochaines compétitions. L’objectif pour nous est de faire en sorte d’avoir les triathlètes les plus compétitifs lors des Jeux Olympiques en individuel mais aussi au moment du relais mixte le 1er août parce que la France a une grosse chance de médaille. La sélection n’est qu’une étape dans ce processus qui doit nous permettre d’avoir des sportifs qui expriment leur meilleur potentiel le jour J.

 

Lepape-info : Sur quels critères votre choix va t’il se baser ? 

B.M : L’objectif de la Fédération et du Ministère des Sports est clair, c’est d’obtenir des médailles à Tokyo. Actuellement, Vincent Luis champion du monde 2019 est déjà en position de sélectionnable et il fait partie des favoris en individuel. En relais mixte, l’équipe de France double championne du monde en titre est également parmi les favorites. Nous avons un potentiel de performance en individuel qui permet à certains et à certaines d’ambitionner des places de finalistes. Il reste différentes compétions pour nous démontrer qui est capable d’aller chercher une médaille. On va aussi prendre en considération notamment lors des étapes WTS la capacité de chacun et chacune de  performer, de remporter des courses individuellement mais aussi avec le relais mixte. On va analyser les différentes parties de la performance en triathlon afin de faire le meilleur choix qui sera forcément cornélien. Nous avons actuellement 4 garçons parmi les 30 meilleurs mondiaux, chez filles c’est pareil avec 4 Françaises parmi les 35-40 meilleures mondiales. Ce sera un problème de riches mais on préfère avoir une épaisseur de champ assez conséquente chez nos triathlètes.

 

Benjamin Mazé : « Notre priorité est claire c’est d’aller chercher l’or aux Jeux Olympiques de Tokyo notamment sur le relais mixte et d’accompagner nos sportifs afin qu’ils soient les plus performants pour ceux qui sont en mesure comme Vincent Luis d’aller chercher une médaille en individuel et pourquoi pas de rêver à un doublé. »   

 

Lepape-info : Vous leur avez expliqué votre mode de sélection ? 

B.M : Oui on partage régulièrement avec les triathlètes, on fonctionne en équipe avec cette ambition, ce projet commun et cette envie de performance. Lors du regroupement en novembre dernier et encore en janvier avec les filles on leur a parlé de cette sélection qui sera un moment difficile pour les non-sélectionné(e)s et qu’on aura besoin de remplaçant(e)s en cas de pépin physique dans la dernière ligne droite de la préparation olympique.     

 

Lepape-info : Vous suivez attentivement leur préparation actuelle, les nouvelles sont bonnes ?

B.M : La tendance est plutôt bonne. 5 d’entre eux ont choisi de faire un stage à la Réunion pour préparer les JO de Tokyo dans des conditions chaudes et humides semblables à celles qu’il y’aura au Japon l’été prochain et que l’on avait déjà bien mesuré lors du Test Event en août dernier. On utilise aussi d’autres camps d’entraînement, Vincent Luis, Dorian Coninx et Léo Bergère se sont rendus aux Iles Canaries, les retours sont bons on est épargné par les pépins de santé. Hormis quelques petits problèmes pas de blessure grave. L’important à ce moment de la saison est de pouvoir faire un gros volume d’entraînement, de pouvoir à l’approche des compétitions solliciter ses intensités, ses allures de course. Pour le moment, le staff médical n’est pas trop mis à l’épreuve, espérons que cela dure.

 

Lepape-info : Quelles sont les dates importantes qui attendent les triathlètes Français ? 

B.M : Le premier rendez-vous est le WTS d’Abu Dhabi (5-7 mars) avec aussi la présence de l’équipe de France de paratriathlon. Ensuite la 2ème étape WTS des Bermudes (18-19 avril) sera l’occasion pour certains triathlètes tricolores de s’illustrer. Nous avons également choisi d’aller au Mexique sur l’étape de Coupe du Monde à Huatulco (25-26 avril) pour rencontrer là aussi des conditions chaudes et humides afin de tester nos stratégies d’acclimatation et les capacités à performer de nos athlètes. Enfin le dernier grand moment sera la 3ème étape WTS de Yokohama (16-17 mai) à l’issue de laquelle sera prise la décision de l’annonce de la sélection olympique.

 

Lepape-info : Une fois la sélection connue, ceux et celles qui seront retenus seront pris en charge de manière particulière, il y’aura une « cellule » olympique  ?

B.M : L’idée est de ne pas changer les habitudes. Dans la préparation des Jeux,  il y’aura d’autres étapes WTS comme celle de Leeds (6-7 juin), ou encore celle de Hambourg (11-12 juillet) avec le championnat du monde de relais mixte. Même si à Hambourg il y’aura deux titres à défendre il s’agira pour nous d’un rendez-vous de préparation pour la seule et unique compétition importante de l’année à savoir les JO. Notre priorité est claire c’est d’aller chercher l’or aux Jeux Olympiques de Tokyo notamment sur le relais mixte et d’accompagner nos sportifs afin qu’ils soient les plus performants pour ceux qui sont en mesure comme Vincent Luis d’aller chercher une médaille en individuel et pourquoi pas de rêver à un doublé en terme de médaille.

 

Réagissez