Votre victoire est aussi dans la tête

La part du mental lors d’un trail est très importante. Sébastien Chaigneau donne quelques clés.

La place du mental dans le trail

La tête ou le mental a une place prépondérante en trail…

Pourquoi ? Parce vous allez devoir GÉRER.

Sur un trail, sur une épreuve de 50 kilomètres, par exemple, vous allez courir physiquement 40 à 80 % du temps (selon votre préparation, votre objectif, vos capacités…). Sur des distances supérieures, la part de course à pied pure va encore se réduire et la fin de course sera de plus en plus compliquée à aborder. C’est là que votre force mentale va prendre toute sa place et c’est très souvent là que vous allez faire ou voir la différence entre un coureur qui dispose d’un « mental » et celui qui n’en a pas.

Pour faire simple : si vous avez des pensées plus positives que négatives, vous allez être en mesure d’aller chercher les ressources nécessaires pour terminer. Dans le cas contraire, vous allez vous trouver des dizaines et des dizaines d’excuses, toutes plus valables les unes que les autres, qui vous entraîneront plus ou moins rapidement vers l’abandon. Vous allez marcher de plus en plus souvent, vous arrêter de plus en plus longtemps au ravitaillement et, finalement, ne plus avoir envie.

Mobiliser les pensées positives pour continuer

Cela peut sembler très simpliste, pourtant, c’est cette approche qui fera la différence et qui vous permettra le plus souvent d’atteindre votre objectif quel que soit votre niveau. Un objectif qui peut être une place, un chrono, un copain ou une copine à battre, ou tout simplement une course à terminer : il doit simplement être défini avant le départ afin d’être source de motivation.

A l’entraînement et surtout les jours précédant la course, vous devez donc travailler sur ces pensées positives et sur les images qui vous serviront en course à continuer d’avancer. Des petits mots que vous allez vous répéter en course, que vous aurez mémorisés ou peut être écrits et glissés dans votre sac ou une poche. Ce peuvent être aussi des images de victoires, de bons moments. Il n’y a pas de règles, il faut simplement s’y être préparé.

C’est là qu’intervient l’imagerie mentale que vous allez travailler en état de relaxation ou avec de la sophrologie. Ce ne sont pas des exercices compliqués (mettez-vous au calme, travaillez sur votre respiration afin d’obtenir un état de relaxation totale et laissez votre imagination fonctionner tout en restant positif). Ce sont ces images, ces pensées que vous utiliserez en course afin de vous permettre d’aborder les évènements dans de bonnes conditions. Vous trouverez alors les ressources qui vous permettront de surmonter les moments difficiles et de terminer votre course…

Nous aborderons encore et encore ce sujet qui laisse perplexe un grand nombre de personnes. Toutefois, sachez-le, ce sont des outils qui aident un grand nombre de sportifs de haut niveau, toutes disciplines confondues. C’est ce qui fait la différence et qui leur permet de remporter des titres et des médailles.

Le mental fait souvent le champion, un mental d’acier vous permettra de réaliser vos objectifs.

Réagissez