Périostites récurrentes que faire !

Périostites récurrentes depuis 1 an, un internaute demande des conseils à notre médecin, Yannick Guillodo

jambes

Bonjour, je viens à vous car je traîne des périostites depuis plus d’un an. Malgré les visites chez un médecin du sport, des kinésithérapeutes, un podologue, des reprises progressives, les douleurs reviennent dès que je mets de l’intensité dans les entraînements (au bout de 3 à 4 entraînements . Je n’en peux plus de ne plus pouvoir m’entraîner régulièrement, et de plus pouvoir faire de bonnes préparations avant des courses. Je vous remercie d’avance pour vos avis et conseils.Yann

La réponse de notre médecin du sport, Yannick Guillodo.

Partons du principe que vous avez vraiment une périostite tibiale. En effet, vous ne donnez aucune précision sur la localisation de votre douleur, ni sur le côté bilatéral ou unilatéral.

S’il s’agit effectivement d’une périostite, vous savez que c’est une maladie spécifique de la course à pied. L’origine de ces douleurs est encore incertaine. Compte tenu de la difficulté de fixer un arrêt de sport, en temps, face à une périostite, on peut tolérer une certaine pratique sportive malgré la douleur. Car la périostite est souvent très chronique et la douleur évolue pendant plusieurs semaines, voire pendant plusieurs mois, mais on en guérit toujours. Si vous attendez de ne plus avoir de douleur, de ne plus avoir d’appréhension, vous risquez de rester très, très longtemps sans courir. En effet, il n’existe pas de traitement miracle permettant de régler ce type de douleur chronique.
De ce fait, je vous conseille :

  • d’affirmer le diagnostic de périostite (douleurs très précises à la jonction des 2 tiers supérieurs – tiers inférieur du tibia)
  • si c’est le cas, vous pouvez reprendre progressivement la course à pied. Vous serez attentif à tous les fondamentaux (avoir de bonnes chaussures, bien s’échauffer, beaucoup boire, …)
  • Faire systématiquement un ponçage à la glace au niveau de la douleur après votre pratique sportive.
  • Bien connaître votre « effet/dose », je m’explique. Par exemple, vous courez 40 minutes, à 12 km/h et vous avez un peu mal pendant cette pratique, mais les jours suivants, votre douleur, au quotidien, n’est pas plus importante que si vous n’aviez pas couru. C’est que cette dose (40 minutes à 12 km/h) est acceptable : donc on la valide et on peut la faire. Mais si vous courez par exemple 60 minutes, toujours à 12 km/h, et que vous avez une douleur plus importante (que votre quotidien habituel) les deux ou trois jours suivants, c’est que cette dose n’est pas acceptable.
  • Comprenez bien que, face à ces douleurs chroniques tibiales qui correspondent à la périostite, ne pouvant pas fixer médicalement un arrêt précis du sport, il est inutile d’attendre des semaines et des semaines avant de reprendre progressivement et à bonne dose (donc celle que vous avez déterminée comme je l’ai dit ci-dessus) votre activité physique.
  • Faire votre entraînement intensif (quantité et qualité) en privilégiant le vélo. Je sais qu’il est difficile d’avoir des sensations équivalentes entre la pratique du vélo et de la course à pied, mais malgré tout il faut introduire le vélo dans votre entraînement. Car la périostite est due en partie à un dysentraînement, il faut donc modifier votre entraînement.
  • Enfin, bien que cela puisse paraître barbare, les ondes de choc donnent de très bons résultats sur la périostite tibiale. Avez-vous essayé ce traitement ?

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

4 réaction à cet article

  1. Bonjour,
    Je vais commencer par la question et je donnerai des détails ensuite: c’est quoi le traitement par ondes de chocs?

    Je suis dans un cas similaire. J’ai attrapé des périostites bilatérales il y a 15 ans (j’avais 30 ans) lors d’une montée en puissance de mes entrainements. J’ai moi aussi vu tous les spécialistes possibles sans aucun succès. Depuis un an, je me suis remis doucement à la course, la douleur est présente après chaque entrainement, mais dès que je dépasse deux entrainements par semaine (de 30 min chacun), la douleur augmente et devient handicapante. Je me rabas sur le rameur mais ce n’est vraiment ma passion.

    Merci de votre aide,
    Rémy

    Répondre
    • Bonjour Rémy,

      La périostite du coureur à pied est parfois très complexe à soigner et à faire disparaitre. Le diagnostic de périostite se fait à l’interrogatoire du sportif et sur l’examen clinique. Les radiographies, et surtout l’IRM, permettent d’être certain qu’il n’existe pas une complication grave, la fracture de fatigue du tibia. Avez-vous passé une IRM ? Si oui, quels en sont les résultats ? En cas de périostite très douloureuse, et évidemment en cas de suspicion de fracture de fatigue, il est très important d’éviter les impacts au sol pendant plusieurs mois (trois à six selon les formes cliniques et l’importance des signes radiologiques). Chez vous la douleur survient vite avec des entraînements de courte durée. Je ne vous conseille donc pas d’insister.

      Les sports de remplacement sont les sports portés (natation, vélo) ou les sports avec impacts et sollicitations faibles (rameur, elliptique). Puisque vous semblez ne pas souffrir à la pratique de ces différents sports, ne vous en privez pas… !!!

      Les traitements par onde de choc peuvent être efficaces. La cible devrait être les insertions des muscles tibiaux postérieurs derrière le tibia mais les séances doivent être limitées si l’efficacité n’est pas réelle et rapide.

      Nous avons prévu de publier en début d’année 2015 un article complet sur les périostites du coureur. Vous pourrez le lire sur ce site et nous donner votre avis.

      Répondre
      • Bonjour,
        Je me reconnais bien là dans les échanges. J’ai eu deux périostites diagnostiqués par mon médecin, la guérison aussi longue que frustrante a duré des mois. Après plusieurs essais pour reprendre la course à pied tout doucement, je constate vite que les douleurs reviennent rapidement. Je ne peux pas courir plus de deux fois 30 min par semaine, pour que cette douleur reste acceptable.

        Mais donc, comment endiguer ce phénomène ? Est-ce un muscle qui n’est pas assez performant et qui nécessite un renforcement ?
        merci

        Répondre
  2. Bonjour Je souffre au niveau du tibia droit apres tt effort ou course a pied. Les antiinfl. soulagent peu .Les doul. reprennent apres effort de marche prolongee. J’ai 76 ans et 73 kg. Aidez moi,je vs remercie. Je traite par cartexan et rarement﷽par relaxol﴿de peur pour mon foie.قُل.هُوَ.اللَّهُ.أَحَدٌ.۞.اللَّهُ.الصَّمَدُ.۞.لَمْ.يَلِدْ.وَلَمْ.يُولَدْ.۞.وَلَمْ.يَكُن.لَّهُ.كُفُوًا.أَحَد.﴾.t

    Répondre

Réagissez