Comment régler les problèmes d’allergie lorsque l’on est cycliste ?

Rhinite, asthme, conjonctivite, nez bouché, éternuements, maux de tête !!!! Attention ce sont souvent des signes d'allergies. Quelques conseils pour vous aider.

vélo champ campagne

Cela pourrait être pris comme une réponse simpliste mais votre première intention lorsque l’on est allergique doit être d’aller consulter un médecin qualifié, allergologue ou autre, pour identifier les facteurs de cette allergie et essayer d’y apporter le traitement le mieux adapté.

Le vélo, comme la plus part des sports de plein air, s’accompagnent d’un certain nombre de phénomènes rapportés à des allergies qui amènent les sportifs à se soigner avec des produits à base de Salbutamol, entre autres pour les allergies respiratoires, qui avaient fait  jeter l’opprobre sur ces activités du fait de la réglementation anti-dopage et de la triche possible.

Les allergies respiratoires, les plus fréquentes, peuvent revêtir différentes formes : rhume, rhume des foins, rhinite, trachéite, sinusites et surtout la maladie asthmatique.

Les causes en sont la quantité d’air ventilé lors des efforts, les facteurs climatiques, les allergènes et polluants véhiculés par l’air, voire le tabac, … Il existe des facteurs favorisant ou aggravant : infections virales ou bactériennes, état de fatigue, médicaments, l’hérédité, …

Donc une grande diversité de manifestations qui vont pouvoir handicaper le cycliste et l’obliger à moduler ou interrompre sa pratique.

Un bilan complet débouchera le plus souvent sur un traitement adapté qui évitera l’évolution vers des formes d’insuffisance respiratoire.

Attention toutefois pour celles et ceux qui font de la compétition, car les produits utilisés pour traiter les phénomènes respiratoires sont soumis à une réglementation de prescription dans le cadre de la lutte anti-dopage ; la cortisone est interdite par voie générale en compétition sauf urgence circonstanciée.

Pour lutter contre les allergies, il est important de les connaitre, donc passez voir votre médecin.

Il existe aussi quelques actions préventives, et les premiers symptômes doivent vous inviter à agir :

  1. Prendre son médicament anti-allergie (si vous faites de la compétition, signalez-le à votre médecin car certains sont interdits)
  2. Varier le médicament afin que votre organisme ne s’y habitue pas
  3. Lavez vous régulièrement les yeux avec un collyre antiallergie
  4. Prenez des gouttes nasales
  5. Lavez vous les cheveux le soir afin qu’ils ne conservent pas les pollens
  6. Faites de mêmes avec votre tête d’oreiller
  7. Lavez les vêtements portés la journée et surtout ne les laissez pas dans la chambre
  8. Optez pour des heures d’entraînement tôt le matin ou le soir afin d’éviter aux maximum les sources d’allergie
  9. Roulez après la pluie
  10. Portez toujours des lunettes de soleil à l’extérieur

1 réaction à cet article

  1. Très bon article. Le meilleur moyen pour être certain de savoir si son traitement est conforme à la législation antidopage est de consulter le site http://www.sport-protect.fr et sa base de données sur les médicaments mise à jour chaque mois par un pharmacien.

    Répondre

Réagissez