Syndrome de l’essuie-glace et VTT : compatibles ?

VTT

VTT
La question : Je suis victime du syndrome de l’essuie glace depuis 4 mois, avec deux mois d’arrêt complet de sport.
J’ai effectué des séances d’ondes de choc, semelles orthopédiques, toujours la même douleur au genou.
Ayant des objectifs en vélo et VTT en 2013, je voudrais savoir si je peux reprendre le vélo, avec cette gène sur le coté du genou ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Bonjour,

Vous avez raison, comme je le dis souvent, vous ne serez pas récompensé en vous imposant du repos sportif face à un syndrome de l’essuie-glace (c’est-à-dire un conflit du TFL sur le condyle externe du genou).

Il  n’y a aucune étude médicale, scientifique, qui montre qu’il faut imposer aux patients qui souffrent d’un syndrome du TFL une durée déterminée, fixe et incontournable de repos sportif.

Alors pourquoi dire aux sportifs qu’il faut cesser le sport pendant deux jours (?), deux semaines (?), deux mois (?), deux ans ( ?), …

Comme je l’ai dit souvent sur ce site, il n’existe pas de réelle explication à cette symptomatologie et c’est pour cela que l’ensemble des traitements est décevant. D’ailleurs, les traitements qui vous ont été proposés et que vous avez effectués (semelles orthopédiques, ondes de choc) semblent être un échec.

Pour ce qui est de votre première question, la pratique du vélo ne présente aucune contre-indication formelle chez vous. Vous pouvez donc pratiquer ce sport.

Mais la course à pied n’est pas, non plus, contre-indiquée.

Donc le mieux, est de faire un « mixte » entre le vélo et la course à pied. Il faudra systématiquement appliquer de la glace sur la région douloureuse après le sport (vélo et course à pied). Pour le jogging, il faut un peu raccourcir la foulée, courir en terrain plat et ne pas hésiter à insister un peu sur vos douleurs. Car je me répète encore,  le tendon du fascia lata ne peut jamais rompre donc la prise de risque est uniquement sur la résistance à la douleur !

Bon sport !

Réagissez