Qeul diagnostic pour une gene à l’ischio-jambier?

Bonjour,
j’ai 37 ans, homme, je pèse 61kg pour 1m65. je pratique la course à pied depuis plus de 15ans de manière régulière, j’ai fait pas mal de trail lorsque j’étais sur l’île de la réunion durant deux ans, j’ai eu par le passé des blessures – pathologies relativement classiques pour un coureur (TFL, syndrome femoro-patellaire gauche). Depuis plusieurs années, des séances d’osthéopathie afin de dévérouiller la zone lombaire, les cervicales, et j’ai eu pas mal de semelles pour contrer une voute assez plate et un décalage jambre gauche/droite d’environ 5mm (semelle gauche plus épaisse que la droite).
Courant depuis 5 ans maintenant avec des chaussures drop 6mm, je suis passé l’an dernier à une paire en 4mm. j’alterne les deux paires de manière à peu prés égale. Je n’utilise pas les semelles régulierement, encore moins lors de mes séances.
Depuis le mois de septembre, et en dépit d’une alimentation trés saine, j’ai eu comme une baisse de forme, et j’ai constaté une prise de poids (+2kg). J’ai donc décidé de m’y remettre et d’y employer les GRANDS moyens:
– intensification du running (nombre de séances / fractionné sur piste) 4 à 6 séances par semaine;
– une séance / jour de gainage et de travail abdominale sur le dos (levers de jambes etc…)

J’ai réalisé en janvier des efforts violents (courir avec un sac à dos, beaucoup de séances à 95% de la FCM, montées de marche 10 x 230 marches), les résultats étaient là, et rien ne semblait m’arrêter. De plus, j’ai pu atteindre des performances que je n’avais jusque là jamais réalisées (32′ sur 8km).

Depuis la fin du mois de janvier, j’ai cependant eu l’apparition d’une sensation dans l’ischio gauche. Je parle davantage d’une gene, que d’une douleur à proprement parler. Elle part du pli de la fesse, et s’étend verticalement jusqu’ à mi-hauteur des ischio, bien axée au milieu. Cette gene est arrivée progressivement, car je n’ai pas le souvenir d’un traumatisme particulier. Cette sensation peut e^tre décrite comme une sorte de raideur, si bien que l’on a l’envie d’appuyer sur le groupe musculaire pour le masser, le détendre. Même en appuyant fortement, cela n’est pas douloureux. Cette gene est présente en permanence (au repos également), position assise parfois inconfortable.
j’ajoute que cela ne m’a pas poussé tout de suite à arreter la CAP, car cette gene n’est pas immobilisante, pas d’entrave non plus sur un étirement de cette zone…
J’ai décidé en mars de stopper l’entranement « dur » et de m’infliger du repos. L’échograhie n’a pas donné grand chose:
pas d’hématome intramusculaire ou interaponévrotique / ni de signe de désinsertion myoaponévrotique centrale ou périphérique / cloisons sagittales respectées/ épaisseur normale sans flou écho. anormal / intégrité du tendon conjoint au niveau de l’ischion / visibilité du nerf grand sciatique gauche sans lésion à son contact.
Cependant, même aprés plusieurs tentatives de repos durant une semaine, elle est toujours là. J’ai remis les semelles ortho. Aujourd’hui (début avril) je ne cours que tranquillement une fois par semaine histoire de ne pas devenir fou et ne pas tuer quelqu’un :) mais je reste sans réponse précise quant au diagnostique.
l’osthéopathe me parle du bassin trop incliné vers l’avant, et je suis pour le moment dans l’incapacité professionnelle d’aller voir un kiné.
Je bois en suffisance, je mange de manière saine.
Petite précision, j’ai redevellopé un syndrome rotulien sur la même jambe au même moment, qui ne veut pas, lui non plus, partir (chose qui ne m’étais plus arrivé depuis 6 ans).
De manière factuelle, il parait évident qu’il y a eu une charge de travail + importante qu’à l’accoutumé, et des chronos battus.
Dernière chose, il y a 10 jours, j’ai ressenti cette gene revenir rapidement au bout de 1km, et soudain, s’amplifier à 1500m, c-a-d que j’ai eu la sensation que l’ischio allait totalement « cramper », mais cela n’a pas eu lieu, et cette gene est partie au bout de 500m si bien que j’ai pu terminer mes 10km sans encombre. Aussi, j’ai plusieurs fois par jour comme une sensation de chaleur dans l’ischio, qui ne dure pas plus de 2 secondes…un peu comme si il y avait un soudain deversement de liquide chaud interne. Etrange (nerf?).
Voilà, je suis sans réponse et en status-quo depuis 10 semaines…je me suis documenté sur l’élongation, la tendinopathie en haut du triceps, la bursite à l’ ischion, la sciatalgie etc…Je suis dans l’impasse.
Mais je me dis que d’autres coureurs ont et ont eu les mêmes symptomes.

par avance, merci. Bien cordialement

Une réponse à la question

  1. j’ai 63 ans et eu ce genre de probléme après une grosse séance piste,alors que j’avais la grande forme,ostéopathe,chiropracteur,beaucoup d’étirements et toujours cette gêne,pour moi ce serait Le syndrome du piriforme ,probléme que j’ai déjà eu en 2016.la douleur est beaucoup plus forte en cotes et la montée d’escalier n’est pas très bon pour ce problème.comme la fois dernière après une échographie je dois avoir une infiltration qui m’avait soulagé .pour ma part au niveau des chaussures j’ai remarqué plus de soucis avec des chaussures à faible drop!bon courage et bon rétablissement

    Répondre

Réagissez