Puis-je tenter l’UTMB ?

genou

Bonjour

Au cours d’un entrainement, fin février, j’ai fais une chute directe sur le genou avec hémarthrose ponctionnée une première fois puis une 2eme fois sous scanner. Au scanner fracture rotule verticale non déplacée 1/3 externe avec chondropathie sous-jacente. Aucune instabilité, ni lésion ligamentaire. Verdict: attelle postérieure pour 4 à 6 semaines, repos dès que possible avec glace et contractions isométriques du quadriceps, avec en prévision un programme de rééducation quadricipitale, proprioception, natation, puis reprise course à pied tout doux en avril et si tout va bien l’entrainement en mai. J’ai 46 ans, je pratique le trail de manière intensive depuis 2 ans avec des résultats (11 e Tchimbe raid 80km 4600D , 12e transmartinique 130km 5200D en 2010, 5e au tchimbe raid 2011, 15e Volcano 4800D 65km et 72e a la TDS 2011 7100D , 2e défi bleu 58km 2011. Pardon pour cela mais c’est pour me situer. 4 entrainements en moyenne par semaine dont une sortie longue de 2 à 4h selon la période). J’ai poursuivi mon entrainement tout l’hiver jusqu’à l’accident. Je sais qu’on ne joue pas avec le feu et les reprises trop rapides, mais j’ai un peu d’espoir. Dois-je garder confiance pour l’UTMB 2012 ou faut-il des à présent l’oublier ? Sinon, le programme de réeducation fonctionnelle envisagé vous parait-il adapté ? J’attends avec impatience votre expertise

Bien cordialement

Une réponse à la question

  1. Bonjour et merci pour cette question. Je ne suis pas spécialiste dans ce domaine et je ne suis pas médecin du sport, je vais donc davantage vous donner mon avis personnel et ce que je serais susceptible de faire dans ce type de situation.

    La première question qui me vient à l’esprit est : avez-vous fait une pause et une période de récupération durant ces deux dernières années ? Si ce n’est pas le cas, c’est une bonne occasion de le faire. A priori, avec votre pratique intensive, vous avez l’air de vous faire plaisir et c’est la seul chose qu’il faut garder en tête. Mais souvenez-vous aussi que la récupération fait partie de l’entraînement. Je pourrais vous citer plusieurs exemples, mais je n’en prendrais qu’un, qui est en l’occurrence mon cas : je rentre des Canaries et cela fait 15 jours que je n’ai pas chaussé de paire de baskets. Objectifs : bien récupérer, ne pas compromettre la suite de ma saison, et être en forme sur les autres épreuves objectifs que je me suis fixé.

    La récupération est un des facteurs les plus importants, surtout avec l’âge. Je suis aussi dans ce cas-là : j’ai eu 40 ans il y a quelques semaines et je sais que je ne récupère plus aussi facilement qu’à 25 ou même 35 ans. Je le sens et j’adapte mes périodes d’entraînement en fonction de cela. J’ai dû l’anticiper, car je vois trop (et de plus en plus) de coureurs de tout niveau, blessé, par manque de récupération ou à cause de reprises trop rapides après blessure.

    Personnellement, je considère votre cas comme un autre défi. Une reprise trop rapide risquerait de compromettre la suite de votre carrière, voire de précipiter sa fin… Or je suppose que ce n’est pas ce que vous souhaitez….? Vous êtes face à autre forme d’épreuve que vous devez réussir. Je pense que si vous vous laissez le temps de reprendre dans les délais qui vous ont été demandés par les médecins et que vous effectuez la rééducation comme il faut, vous avez le passif et l’expérience pour être en forme pour l’UTMB 2012, même si ce n’est pas un but en soi et que votre santé passe en priorité.
    Dites-vous simplement que vous devez passer les étapes, les unes après les autres, sans vous souciez de la suite. Vous allez devoir composer avec les éléments au fur et à mesure, car une inconnue est venue se rajouter à votre objectif.

    Ne pensez pas au fait qu’il n’est pas facile (et même compliqué) d’avoir un dossard et une place à l’UTMB. Ne vous dites pas qu’en faisant une croix dessus cette année, vous risquez de ne plus jamais avoir d’occasion de faire cette épreuve. Prenez les choses beaucoup plus simplement, en vous disant que ce n’est qu’une course. Or des courses, il y en a beaucoup et l’on recherche avant tout le plaisir plutôt que le résultat. Si vous raisonnez de cette manière, une grosse partie du travail sera fait et vous pourrez vous concentrer uniquement sur la récupération totale de votre genou et de votre blessure.

    La notion de plaisir ne doit jamais vous sortir de l’esprit. Devoir traverser des épreuves de ce type vous permettra de savoir si vous êtes, ou non, devenu « addict » à la course à pied. Profitez-en pour faire en famille ce que vous n’aviez plus le temps de faire ou pour revoir certains amis. Vous reviendrez à la compétition plus fort que jamais, en ayant récupéré physiquement et mentalement…

    Sébastien Chaigneau

    Répondre

Réagissez